Guinafnews

Insécurité « sans précédent » en Afrique de l’Ouest et au Sahel, selon le Conseil de sécurité

Bien que l’Afrique de l’Ouest et le Sahel continuent de faire face à des défis sécuritaires sans précédent, c’est toujours « une terre d’immenses opportunités« , a déclaré mardi un haut responsable de l’ONU au Conseil de sécurité.

Dans son exposé, Giovanie Biha, Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général et responsable du Bureau des Nations Unies pour la région, UNOWAS, a exhorté les ambassadeurs à continuer de soutenir une stratégie centrée sur le renforcement de la résilience, la promotion de la bonne gouvernance et le renforcement paix et sécurité.

Mme Biha a présenté le dernier rapport de l’UNOWAS couvrant les tendances et les développements au cours des six derniers mois.

L’insécurité touche des millions de personnes 

« Malgré les efforts des forces de sécurité nationales et des partenaires internationaux, l’insécurité s’est à nouveau détériorée dans de grandes parties de la région« , a-t-elle déclaré au Conseil.

Mme Giovanie Biha

 

Les opérations menées par des groupes armés, des extrémistes violents et des réseaux criminels ont forcé la fermeture de plus de 10 000 écoles , avec des millions d’enfants touchés, et quelque 7 000 centres de santé .

Ces groupes non étatiques se battent entre eux pour la suprématie et le contrôle des ressources, a-t-elle déclaré, ce qui pousse les États à la marge et cause une misère indicible à des millions de personnes qui ont fui ailleurs pour se mettre en sécurité.

« En effet, le Sahel central continue de faire face à des défis multidimensionnels, des niveaux de sécurité et des défis humanitaires sans précédent, une instabilité sociopolitique, encore aggravée par l’impact du changement climatique, et une insécurité alimentaire exacerbée par le conflit en Ukraine« , a-t-elle ajouté.

Dans le même temps, les pays situés le long de la côte du golfe de Guinée ont également connu une augmentation des attaques contre leurs territoires, menaçant les voies de transport vers les pays enclavés plus au nord.

Promouvoir le consensus et le dialogue 

Mme Biha a rendu compte des activités de l’UNOWAS, y compris ses efforts pour promouvoir le consensus politique et assurer des conditions équitables avant les élections de cette année dans des pays comme le Nigeria.

Le Bureau a également travaillé avec le bloc économique ouest-africain de la CEDEAO et d’autres entités des Nations Unies pour contribuer à la résolution des conflits, tant au niveau régional que local, y compris parmi les communautés agricoles et pastorales du nord du Bénin.

Dans le même ordre d’idées, UNOWAS a également travaillé avec des groupes de jeunes et de femmes pour promouvoir les meilleures pratiques sensibles aux conflits en matière d’adaptation au changement climatique. Ces conclusions ont été présentées à la conférence des Nations Unies sur le climat COP27 en Égypte en novembre dernier.

« En Guinée et en Côte d’Ivoire, les caravanes de la paix soutenues par les Nations Unies ont terminé leur voyage à travers les pays respectifs, offrant des espaces pour un dialogue intercommunautaire efficace sur leur chemin », a-t-elle ajouté.

© UNICEF/Milequem Diarassouba Des enfants vont en classe dans une école de Boundiali, dans le nord de la Côte d’Ivoire.

Engagement et soutien 

Au lendemain du coup d’État de septembre 2022 au Burkina Faso, et d’un autre en Guinée un an plus tôt, l’UNOWAS s’est félicité des accords sur la durée des transitions politiques.

« UNOWAS restera activement engagé dans le mécanisme d’évaluation et de suivi convenu entre le Burkina Faso et la CEDEAO et dans l’opérationnalisation du calendrier de transition en Guinée« , a déclaré Mme Biha.

« Le système des Nations Unies devra continuer à apporter son soutien aux pays concernés en se concentrant sur la réponse aux griefs qui ont conduit à ces coups d’État « .

La lutte contre l’insécurité et l’intensification de l’aide humanitaire sont particulièrement importantes dans le contexte de ces défis urgents, a-t-elle souligné, notant que des millions de personnes restent la cible d’attaques apparemment sans fin, en particulier au Mali et au Burkina Faso.

Elle a en outre salué les efforts déployés en Gambie pour continuer à mettre en œuvre les recommandations formulées par la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations du pays.

Plaidoyer pour les femmes 

« Nous sommes également heureux de voir que plusieurs pays de la région ont adopté une nouvelle législation nationale, sur la parité dans la participation des femmes à la prise de décision politique , et cela après des années de plaidoyer soutenu« , a-t-elle déclaré aux ambassadeurs.

Le responsable de l’ONU a exprimé l’espoir que les législateurs et autres acteurs au Nigeria et en Gambie relanceront le processus législatif sur cette question très importante.

« Pour sa part, UNOWAS poursuivra sa collaboration avec le Groupe de travail sur les femmes, les jeunes, la paix et la sécurité en Afrique de l’Ouest et au Sahel pour évaluer l’efficacité des approches actuelles et trouver de nouvelles façons de garantir que la moitié de la population de la région peuvent faire entendre leur voix dans les assemblées où les décisions sont prises et les budgets approuvés », a-t-elle déclaré.

Entre-temps, un processus visant à établir un forum des ministres de la justice entre les pays de la CEDEAO « peut être un outil essentiel, compte tenu des allégations récurrentes selon lesquelles le système judiciaire est instrumentalisé dans la région« .

L’occasion se présente 

Mme Biha a exhorté le Conseil à continuer de soutenir la stratégie de l’ONU.

« Malgré les nombreux défis auxquels sont confrontés les pays de la région, en particulier la région du Sahel, la région reste une terre d’immenses opportunités« , a-t-elle déclaré.

« Je saisis cette occasion pour saluer l’énorme résilience de la population de la région, en particulier le peuple sahélien qui, confronté à de nombreux défis d’une ampleur sans précédent, continue de se battre chaque jour pour un avenir meilleur« .

In. https://news.un.org/en/story/2023/01/1132332

Image à la UNE : © PAM/Cheick Omar Bandaogo Des personnes déplacées font la queue pour une distribution de nourriture à Gorom-Gorom, au Burkina Faso.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.