Guinafnews
Votre pub ici 728

Le CNRD est en train de faire une répression arbitraire à caractère hautement ethnique et tribale dans la commune de Ratoma

0

Depuis la manifestation pacifique et citoyenne du 28 juillet 2022 dans le Grand Conakry pour exiger le retour rapide à l’ordre constitutionnel en Guinée, le CNRD, dans sa volonté de confisquer le pouvoir du peuple, est en train de faire une répression arbitraire à caractère hautement ethnique et tribale dans la commune de Ratoma.

De la nuit du 27 juillet jusqu’à la publication de cette tribune, une vaste opération de ratissage menée conjointement par l’armée, la police et la gendarmerie nationales s’est abattue sur plusieurs secteurs et quartiers de Ratoma notamment de Commandanya jusqu’à Kagbelen. Les paisibles citoyens de cette zone dénommée « axe de la démocratie » sont persécutés avec une haine viscérale par les éléments de forces de défense et de sécurité au nom du CNRD dont le président est le légionnaire français Colonel Mamadi Doumbouya.

La répression ethnique et les persécutions haineuses sur les citoyens de Ratoma sont inadmissibles, inconcevables et inacceptables. Je condamne fermement cette attitude irresponsable des éléments de forces de défense et de sécurité qui sont nourris, logés et blanchis par l’argent du contribuable Guinéen. Ces pratiques de la nébuleuse aux abois accompagnées de mensonges éhontés qui contrastent avec le discours du 5 septembre montrent l’ambivalence des actuels usurpateurs du pouvoir du peuple de Guinée.

En cette période aussi cruciale du combat citoyen pour l’ancrage de la démocratie et l’État de droit dans notre pays, j’en appelle à tous les patriotes des forces de défense et de sécurité, les sages, les religieux, les chefs coutumiers et les ambassadeurs de la paix à condamner avec la dernière énergie les barbaries policières contre les citoyens de Ratoma. En plus des grossièretés contre la communauté Peulh proférées par des éléments de forces de défense et de sécurité déployées sur les lieux, ce sont des jeunes et enfants qui sont kidnappés entre 18h et 00h dans les concessions envoyés dans des commissariats de polices, des postes gendarmerie et camps militaires pour subir des sévices corporels en violation flagrante de la charte de la transition, les traités et conventions auxquelles la Guinée a souscris.

Lors de mes visites dans certaines familles, je constate avec regret sur la base des témoignages recueillis que la majorité des personnes libérées ont été obligées de payer une rançon qui varie entre 500.000 à 2 000.000 GNF. Au CNRD et au gouvernement, sommes-nous dans un État terroriste ou narcotique ?

Par cette tribune, j’interpelle les organisations de défense des droits humains et les partenaires de la Guinée que ces violations graves des droits de l’homme doivent être condamnées. Je lance un appel pressant aux autorités pour la mise en place d’une Commission d’enquête indépendante pour faire la lumière, afin d’identifier et sanctionner sévèrement les auteurs, co-auteur et complices de ces actes de barbarie du moyen âge.

Je lance un appel fraternel au vaillant peuple de Guinée au rassemblement et à la mobilisation générale pour ne céder à aucune manœuvre divisionniste pour permettre au CNRD de consolider son pouvoir illégal et illégitime. La libération sans condition des détenus politiques de la prison civile de Conakry et le retour rapide à l’ordre constitutionnel sont nos objectifs ultimes.

 

Alsény Farinta CAMARA
Responsable à l’organisation du FNDC.

Alsenyfarinta@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies