Guinafnews

En Guinée, il est temps que le CNRD intègre l’idée de respecter sa promesse.

Le Sénégal vient de boucler ses élections legislatives sans aucun incident majeur après avoir organisé celles des communales en début janvier.
Eh tenez vous bien, le parti au pouvoir a perdu la majorité absolue et vous savez qui organise ces élections au Sénégal ? C’est le ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation. Pour dire que quand il y a la volonté avec le devoir patriotique tout est possible.
En Guinée, 11 mois de transition, le CNRD est toujours incapable de donner une visibilité précise et vraie de la transition.
On pourrait même prêter des intentions à vouloir s’éterniser de la part des putschistes sans légitimité, ni légalité admise en démocratie.
Avec sa posture actuelle qui n’est nullement possible et qui mettra la Guinée sur un lendemain très incertain.
Le défi qui s’impose à chacun et à tous, particulièrement au CNRD, est de mettre les fondamentaux  pour un retour rapide à la démocratie dans un temps record, non pas dans la durée mais dans l’acceptation.
Pour ceux qui disent qu’il faut un dialogue avec une bonne volonté affichée pour discuter de ce qui est nécessaire et vital, il ne faut pas se leurrer.
Le développement auquel nous aspirons tous n’est possible que dans la légalité et la légitimité. Aucun investisseur, ni interne ou moins externe ne fera des investissements dans l’incertitude et le flou.
Il faut la continuité dans le temps sur des bonnes bases en adéquation avec des pratiques démocratiques. C’est ce que le Sénégal est parvenu à faire, alors que la Guinée est incapable de faire cela. Par le simple malheur de son élite égoïste et trop soumise qui ne protège que ses intérêts.
Il est triste de voir que les donneurs de leçons d’hier sont, très malheureusement, avec le privilège de la fonction et le prestige du moment devenus une caution morale au désordre d’aujourd’hui. C’est pourquoi, je dis, il est temps que le CNRD intègre l’idée de respecter sa promesse. Celle de quitter les affaires dans l’honneur et que le président fasse un discours clair et précis pour permettre de lancer les bases d’un dialogue afin de faciliter le retour à l’ordre constitutionnel.
Ne nous leurrons pas, ne nous trompons pas, un pouvoir qui n’a aucune légitimité ne rassure pas. Il est encore temps pour un dialogue sincère et inclusif pour discuter du contenu et de la durée de la transition.  La Guinée et les Guinéens méritent mieux qu’un éternel recommencement sans fin des mêmes.
En attendant une prise de conscience, malheureusement, le pauvre citoyen s’enfonce dans la pauvreté.
Mon colonel, il est l’heure du réveil, bien entendu, celui de la prise de la conscience.
On a plus droit à l’heure. Avançons dans l’équilibre pour grandir ensemble.

Bella BAH
Président de la jeunesse citoyenne abbellabah@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.