Guinafnews
Votre pub ici 728

A Conakry, le rendez-vous inédit entre victimes et bourreaux

0

Victimes, accusés et journalistes ont assisté à l’ouverture du procès du massacre du 28 septembre à Conakry. Le procès est supposé durer des mois.

Après des heures de retard, le procès du massacre du 28 septembre 2009 s’est ouvert ce mercredi (28.09.2022) dans un tribunal de Conakry où des dizaines de victimes ont pris place.
Celles-ci attendent de voir l’ancien dictateur guinéen Moussa Dadis Camara répondre, pour la première fois, avec une dizaine de co-accusés, des meurtres et viols commis il y a 13 ans. 156 personnes au moins avaient perdu la vie ce jour-là.
Contrairement aux usages en vigueur dans les tribunaux, les juges, assis à une tribune drapée dans les couleurs guinéennes, ont accepté que les journalistes vidéastes et les photographes restent dans la salle.

Une litanie de chefs d’accusation

Le capitaine Moussa Dadis Camara, éphémère et extravagant président autoproclamé, et ses co-accusés doivent répondre d’une litanie d’assassinats, violences sexuelles, enlèvements et séquestrations, incendies, pillages et autres crimes.
Le 28 septembre 2009 en effet, les Bérets rouges de la garde présidentielle, des policiers, gendarmes et miliciens avaient fait couler le sang en réprimant un rassemblement de dizaines de milliers de sympathisants de l’opposition, réunis dans un stade de la banlieue de Conakry pour dissuader Dadis Camara de se présenter à la présidentielle de janvier 2010.
Les exactions, perpétrées avec une cruauté effrénée et une froideur inhumaine selon les témoins, ont continué pendant plusieurs jours contre des femmes séquestrées et des détenus torturés.
Au cours de ces journées, au moins 156 personnes ont été tuées et des centaines blessées et au moins 109 femmes ont été violées, selon le rapport d’une commission d’enquête internationale mandatée par l’Onu.

Selon le porte-parole du gouvernement de transition, Ousmane Gaoual Diallo, la tenue de procès est à mettre à l’actif du pouvoir militaire aux mains du colonel Mamady Doumbouya.

Par Abdoulaye Sadio Diallo

In. https://www.dw.com/fr/a-conakry-le-rendez-vous-inedit-entre-victimes-et-bourreaux/a-63272607

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies