Guinafnews

Aidez-nous à comprendre le communiqué de l’Ambassade des Etats-Unis en Guinée

Quelques heures après la fin des travaux du Cadre de dialogue dit inclusif et inter-guinéen, l’Ambassade des États-Unis, dans un communiqué, a indiqué : « A l’issue de cette phase importante du dialogue inter-guinéen, dont les recommandations ont été remises aux autorités guinéennes le 21 décembre 2022, les Etats-Unis félicitent toutes les parties prenantes à ce processus. Nous saluons et encourageons l’engagement du gouvernement à poursuivre ce dialogue inclusif pour une Transition pacifique ».

Guinafnews.org, dans un article (*) a estimé que les autorités américaines, par leur communiqué, compliquent la transition guinéenne, car plutôt que d’appuyer les efforts de la Cedeao, qui a convenu avec le gouvernement guinéen d’un chronogramme de 24 mois. Certains commentateurs estiment que nous n’avons pas bien compris ledit communiqué et qu’au contraire, selon eux, « l’Ambassade américaine en parlant salue et encourage l’engagement du gouvernement à poursuivre le dialogue inclusif pour une transition pacifique« .

Nous n’aurions pas critiqué ce communiqué s’il avait été clairement dit les USA saluent et encouragent le gouvernement à tenir un dialogue inclusif, plutôt qu’à « poursuivre le dialogue inclusif pour une transition pacifique ». Pour nous, la non participation des principales forces politiques et sociales guinéennes à cette rencontre était indispensable pour que ce Cadre de dialogue soit inclusif. Et cette participation ne devrait pas consister qu’à la seule figuration aux travaux.

Nous estimons que le gouvernement aurait dû inviter ces forces politiques et sociales, notamment les Coalition ANAD (UFDG et Alliés) FNDC-Politique (UFR, MoDel et alliés) et RPG-AEC (et alliés) à la préparation des travaux du Cadre de dialogue, à la désignation d’un comité pour assurer la tenue du dialogue et le suivi des recommandations.

C’est ce qu’auraient dû faire les partenaires techniques et financiers de la Guinée qui forment le G5-Guinée (Cedeao, Nations-Unies, Union européenne, France et Etats-Unis). L’Ambassade américaine n’avait pas à publier son communiqué pour encourager une partie (le gouvernement et ses accompagnateurs) et ignorer l’autre (le Trio et des forces sociales) qui rassemblent la quasi totalité des guinéens. Elle devrait, en tout temps appeler ces parties à s’asseoir autour de la table pour trouver des solutions consensuelles.

Les conclusions du Cadre de dialogue doivent être revues et corrigées sur bien des aspects si nous voulons des élections crédibles et une transition pacifique. Par exemple, il ne faudrait pas que des mesures sélectives soient adoptées pour éliminer des candidats soit pour leur âge ou soit pour leur lieu de résidence.

Il faudrait surtout que les conclusions du Cadre de dialogue adoptent des mesures qui empêcheront tout glissement du chronogramme et toute candidature des autorités de la transition (membres du CNRD, du CNT et même les gouverneurs, préfets et sous préfets). Il faudrait que les membres du G5 appuient les autorités pour l’organisation des procès des personnalités politiques et sociales ciblées par le gouvernement partout où leur sécurité physique sera assurée. 

Ce n’est pas parce que la Guinée est abonnée aux aides internationales pour faire fonctionner l’État que ses partenaires devraient s’autoriser certains commentaires comme l’a fait l’Ambassade des États-Unis. Si la France, la Cedeao ou quelque autre représentation l’avaient fait, nous aurions eu la même réaction.

Autant nous saluons l’appui des Américains et de l’Occident à l’Ukraine, qui fait face à l’agression de la Russie du dictateur et criminel  Vladimir Poutine, autant nous aimerions que ces puissances soutiennent à travers le monde entier les peuples qui se battent pour la démocratie, la justice et la paix. Des peuples qui ne chercheront plus, au risque de leurs vies, à chercher à aller chez eux, forcés qu’ils sont de fuir la malgouvernance.

Dans le cas particulier de la Guinée, ils ont les moyens d’appuyer la Cedeao qui a un programme de médiation entre les parties guinéennes. Ils peuvent aider pour la tenue en Guinée d’un dialogue inclusif entre ces parties et non s’aligner derrière les autorités actuelles. Ils ne doivent soutenir le CNRD, son gouvernement et son CNT que dans l’application de la Charte de la transition.

Ibrahima Sory BALDÉ     

 

 

In. https://guinafnews.org/les-etats-unis-compliquent-la-transition-guineenne/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.