Alerte: La liberté d’expression en danger en Guinée

0

En Guinée, la presse guinéenne est de nouveau menacée par les autorités de transition. Depuis l’annonce des manifestations des Forces Vives de Guinée, on constate une restriction des libertés d’expression. « Penser qu’on restreint la liberté des autres est une vaine illusion : en réalité ceux qui encouragent une telle démarche sont en train de se mettre eux-mêmes en cage… » (Saliou Samb, journaliste). 

Depuis hier, l’accès aux réseaux sociaux relève d’un parcours de combattant en Guinée. Pour y arriver, les plus futés utilisent les VPN, cette fameuse connexion qui permet à l’utilisateur de se jouer des restrictions imposées sur un territoire. La restriction de l’accès aux réseaux sociaux s’ajoute à celle déjà en vigueur contre des sites d’information jugés critiques à l’égard de la junte au pouvoir. L’accès à ces sites d’information dont www.guinee7.com depuis l’annonce des manifestations de l’opposition réunie au sein des « Forces vives de Guinée » est plus qu’un casse-tête chinois.

Plusieurs autres sites d’informations, dont Guineenews.org, mediaguinee.org, Guineematin.com, Kababachir.com, Visionguine.info, Africaguinee, guinee114, mosaiqueguinee.com …connaissent soit une restriction ou ne sont même pas accessibles depuis la veille de la manifestation des Forces Vives de Guinée.

Pire le  groupe de presse Africvision rapporte, dans un communiqué, qu’hier des gendarmes au service de l’ARPT -Autorité de Régulation des Postes et Télécommunication-, ont démonté les émetteurs des radios Sabari FM et Love FM avant de les emporter. Et depuis, ces radios n’émettent plus. Cela se fait quelques jours après la nomination à la tête de l’ARPT de Mamadi Doumbouya, un proche du président de la junte guinéenne. Tous ces faits démontrent si besoin en est, que la liberté d’expression y compris celle de la presse est menacée par ces temps qui courent en Guinée.

De son côté, FIM fm, a dans un communiqué publié jeudi matin évoque des ‘’soucis techniques’’ qui l’oblige à arrêter ses programmes habituels, notamment ‘’Mirador’’, une émission de grande écoute.

« En raison de quelques soucis techniques qui persistent ce jeudi matin, nous ne sommes momentanément pas en mesure d’assurer les programmes habituels de FIM FM.

Nous nous excusons des désagréments qui en découlent. Nos équipes techniques sont à pied d’œuvre pour y remédier. Merci de votre compréhension. », a annoncé la Direction Générale de FIM FM.

Devant cette menace de la liberté d’expression, la réaction des professionnels des médias est très attendue.

Affaire à suivre….

Abdoul Wahab Barry

In.  www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.