Guinafnews

Cellou Dalein est arrivé à Tallin

Le président de l’UFDG et de l’AND séjourne actuellement dans la capitale estonienne, Tallin. Sur sa page Facebook, il a écrit :

« Invité par les réformateurs et les centristes, deux partis libéraux estoniens, membres de l’Internationale Libérale et de l’Alliance des Libéraux Démocrates(ALDE) pour l’Europe, je suis arrivé à Tallinn la nuit du 06 au 07 septembre.

Le mercredi 07 septembre, j’ai commencé par visiter la Mairie de Tallinn tenue par le Parti centriste où je me suis entretenu avec les membres du conseil communal et avec les responsables de l’Association des Maires d’Estonie qui m’y attendaient.

Ensuite, je me suis rendu au parlement où le Président du groupe parlementaire des réformateurs, M. Mart Vorklaev, m’a fait visiter les locaux du Parlement avant de me conduire au bureau du Président de l’Assemblée Nationale, M. Juri Ratas. Au cours de mon entretien avec cet ancien PM, plusieurs sujets d’actualité ont été abordés, notamment la guerre en Ukraine, la coopération entre l’UE et l’Afrique, la présence des soldats estoniens au Mali, le dérèglement climatique, le rôle des Nations Unies et la nécessité de renforcer le multilatéralisme« .

Attendu du côté de l’Italie, de la Suisse et de l’Espagne, Cellou Dalein Diallo a annoncé son retour prochain au pays. Ce que de nombreux analystes politiques lui déconseillent pour le moment. L’un d’entre eux estime que « cela ne sera possible que lorsque la médiation de la Cedeao va avancer. Il ne faudrait pas la communauté internationale oublie que la junte guinéenne n’a aucune légitimité. Il faudrait que le dialogue permette de jeter des bases pour mettre fin au harcèlement que subissent les forces vives ».

Pour un autre, « les acteurs politiques ne doivent être des figurants et attendre tout de Cellou Dalein et de Sidya Touré. Ils doivent refuser le remplacement des conseils communaux par des délégations spéciales nommées par le CNRD comme ils l’ont fait avec le CNT. Doumbouya et ses camarades n’ont aucune légitimité pour mettre au chômage des élus. Donc ils n’ont qu’à entamer les procédures devant les tribunaux pour contester ces destitutions. Les partis politiques ayant des élus devraient les soutenir« .

Brehim Ould MAHMOUD

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.