« Charles Wright entre égo surdimmensionné, manque d’humilité, de lucidité et dépassement de soi »

0

Je me permets enfin d’opiner sur cette crise à la Justice qui s’enlise depuis près de trois semaines maintenant.

Par principe, toute crise est passagère mais celle qui secoue la Justice actuellement est inédite par le simple fait qu’elle a été voulue et entretenue par un seul homme, le Garde des Sceaux.

Son attitude face à cette crise laisse entrevoir son problème d’égo très affirmé qui empêche de voir jusque-là le bout du tunnel.

Une seule vertu lui aurait évité ces ennuis là et éviter à la Justice une paralysie des activités : c’est l’humilité.

L’humilité est l’une de ces valeurs essentielles qui, dès sa définition, nous renvoie à nous-mêmes : Elle n’est autre, en effet, que la conscience de soi et de notre petitesse, aussi bien devant la masse des autres humains que dans l’univers. Partant, il s’agit d’avoir la lucidité d’admettre que nous sommes des êtres fragiles, provisoires, en un mot : mortels. La conscience de la mort physique rend humble immédiatement !

L’humilité, qui vient de “humus”, du latin terre, sol nous incite certes à lever la tête vers le ciel pour admirer modestement la création et pour mesurer notre petitesse, mais aussi à baisser la tête vers cette même terre, pour ne pas la perdre de vue : nous en venons et nous y retournerons…

L’humilité renvoie aussi d’évidence à la durée, à ce minuscule temps de passage, qu’est une vie humaine. La pâte humaine est de fait une pâte de vers. Et en tant qu’êtres de vers, c’est notre fragilité même qui nous rend transparents et laisse entrer en nous la lumière!
Restons humbles !

Il faut le plus vite possible (avant d’être atteint de boursouflures de l’ego !) comprendre que notre ascension professionnelle n’est qu’un cheminement tracé par Dieu qui ne doit pas être un motif pour cracher sur les difficultés que traversent certains Magistrats.

Pour tout bon croyant, on doit avoir la présence d’esprit que la roue de l’histoire tourne et que les opportunités, en plus d’être très Éphémères, sont cycliques.

Rester de nos jours un Responsable simple et… se parer d’enluminures n’est pas évident!
Là est si l’on peut, dire, l’une des « faiblesses » de certains Magistrats qui sont bombardés dans des fonctions par amitié. Ceux-ci doivent leur jeune carrière à Charles qui, au lieu d’adopter l’aptitude de bons Magistrats, ils se sont vite transformés en bourreaux contre leurs Collègues.

Ils sont devenus des valets du Palais Mohamed V et de la Chancellerie. Ils boivent et mangent avec le Prince et se tiennent toujours prêts à accomplir le sale boulot pour ce dernier.
Pourtant, l’humilité implique que l’on ne se mire pas dans le regard de l’autre, comme Narcisse dans l’eau de la fontaine !

Depuis le début de cette crise, au lieu que le Garde des Sceaux agit envers les autres comme des Collègues et en tant qu’êtres sociaux avec le besoin de construire l’édifice Justice, en “frottant” son intellect aux pensées des autres, à leurs idées et à leurs paroles, il a préféré trancher en faveur des perversions de la vie et très malheureusement, c’est cette noble profession qui touche le fond.

Jamais dans l’histoire de notre Pays, la Justice n’a été jetée en pâture comme maintenant, les Magistrats n’ont aussi été divisés en clan que maintenant.

L’égo surdimensionné de Charles fait qu’il est répulsif à toutes autres voix dissonantes.

« Il est grand temps de sauver la Justice Guinéenne qui se meurt à petit feu entre les mains d’un médiocre narcissique… »

Du coup, les salles d’audience ont cédé la place aux tribunes des médias, des envolées verbales sont devenues monnaie courante, la délation et les bassesses de toutes sortes font lésion, parce qu’il faut simplement être dans la bonne grâce du Garde des Sceaux.

La Robe est déshonorée!
Sinon, “Qu’est-ce qui est plus brillant que l’or?

La parole échangée!” dit Goethe!
C’est d’ailleurs à force de s’écouter …que l’on finit par s’entendre !

L’humilité sera ici de ne pas chercher à avoir raison, mais de raisonner.
N’oublions pas que l’humilité est une notion d’origine religieuse.

N’est ce pas certains versets coraniques et bibliques nous rappellent l’humilité, la sagesse mais aussi l’obéissance de Dieu?

Mais très malheureusement, certains Magistrats, businessmen de la crise qui ne jurent que par Charles, à travers des sorties discourtoises dans un français approximatif, ont trouvé des failles, s’y se sont engouffrés et l’ont sans cesse entretenu en enfumant le Garde des Sceaux qui, il faut le reconnaître, se reconnaissait bien aussi dans ce jeu parce que, dans ce milieu là, il s’est tout le temps illustré comme champion des coups tordus.

Le Ministre Charles a battu le record de la déloyauté à la Justice, après son audiogate avec le Procureur Sidy Souleymane Ndiaye, le voici éteindre aujourd’hui presque tous les esprits brillants de la maison : Pierre Lamah, Mohamed Diawara, Israël Kpogomou et tant d’autres en qui, il voit de potentielles pièces de rechange.

Comme quoi, l’humilité mal comprise par des esprits faibles comme lui, c’est-à-dire mise au service d’une puissance, peut conduire au fanatisme.

Il doit forcément s’affranchir de la hiérarchie de dominance.

Il est possible d’être humble par rapport à soi-même en ayant conscience de ses compétences et de sa finitude. Il est plus difficile, surtout dans ce cas présent (où il convient souvent d’écraser l’autre !).

L’humilité est mal comprise par le Ministre Charles, qui la prend pour de la faiblesse, parce que dans cette crise, il cherche surtout à être « gagnant» !

La chance des médiateurs est donc très mince: l’affirmation de soi du Ministre Charles, son assertivité, qui consiste à exister coûte que coûte et son agressive mégalomanie lui ont fait pousser les ailes et développer le complexe divin.

Alors qu’il devait être ni hérisson ni paillasson.

Comment être reconnu et considéré, tout en restant humble ?

En toute humilité, il s’agit de passer entre toutes les contradictions qu’implique cette qualité.

Au vrai, c’est une invention humaine qui fait de cette humilité une vertu et non un don divin.

Il est grand temps de sauver la Justice Guinéenne qui se meurt à petit feu entre les mains d’un médiocre narcissique devant le silence coupable des Institutions de la République.

SEKOU KOUNDOUNO

RESPONSABLE DES STRATÉGIES ET PLANIFICATION DU FNDC

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.