Guinafnews

Colonel Doumbouya fait des aveux. Et s’il collaborait avec tous les guinéens, dont Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo ?

Lors du dernier conseil des Ministres, tenu le 19 janvier 2023, Colonel Mamadi Doumbouya a indiqué que « servir le pays au plus haut niveau n’est pas une chance qui est donnée à tous », en soulignant que les « changements ne sont pas forcément du goût de certains qui ne souhaiteraient pas voir la Transition réussir. Malheureusement, ces personnes sont parmi nous, avec nous et parfois à côté de nous, elles peuvent être des collaborateurs, des amis, la famille ou de simples connaissances ».

Ces commentaires du président de la transition guinéenne font la UNE des actualités. Et bien souvent les commentateurs conviennent qu’il « doit prendre les décisions appropriées plutôt qu’à généraliser« . Pour l’un de ces commentateurs, « notre pays est bloqué depuis plus d’un an. La crise est plus forte que lorsqu’Alpha Condé était au pouvoir. Le CNRD ne fait plus rêver… il fait plutôt peur. On ne sait plus où on va. Doumbouya dit qu’il a dans son entourage des gens qui n’aimeraient pas que la transition réussisse. Et, il dit lui-même ceci : malheureusement, ces personnes sont parmi nous, avec nous et parfois à côté de nous, elles peuvent être des collaborateurs, des amis, la famille ou de simples connaissances. Tout est réuni pour que des troubles éclatent pas à l’appel des forces vives politiques et sociales« .

Pour un autre, « là où Doumbouya et ses camarades du CNRD ont commencé à échouer, c’est en s’attaquant aux leaders politiques et sociaux comme Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Oumar Sylla, alias Foniké Manguè et les autres responsables du FNDC… C’est eux qui ont donné une légitimité à leur coup d’État et l’ont rendu irréversible. Au lieu d’en faire des partenaire pour le succès de la transition, en imitant feu Amadou Toumani Touré qui, en 1992, alors colonel de l’armée malienne, avait travaillé avec les forces vives pour entrer le Mali dans le multipartisme et la démocratie réelle. il s’est plutôt entouré d’escrocs politiques et sociaux. Regardez Mory Condé, qui veut rassembler par la force les populations, via un chantage sur les conseils communaux qu’il cherche à dissoudre, pour nettoyer les villes. Un État organisé sait comment le faire en recrutant des personnes à cet effet… Que chaque personne balaie devant sa porte, la ville sera propre ». 

Doumbouya devrait contacter Dalein et Sidya

De l’avis d’un analyste politique, « Colonel Doumbouya fait des aveux. Et s’il collaborait avec tous les guinéens, dont Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo ? Il devrait contacter Dalein et Sidya, qui n’ont jamais géré la Guinée contrairement à Sékou Touré, le destructeur, Lansana Conté le continuateur de cette destruction et Alpha Condé, qui a compliqué les choses, sans compter la parenthèses des barbares du CNDD de Dadis Camara, pour les inviter à participer à la reconstruction du pays. Avec le chronogramme de 24 mois convenus avec la Cedeao, Doumbouya devrait convenir avec la communauté internationale sur les garanties à donner aux exilés Cellou Dalein, Sidya et du FNDC pour qu’ils reviennent au pays ; permettre aux malades d’aller se soigner et mettre sous contrôle judiciaire les personnes qui n’ont pas été jugées ».

Colonel Doumbouya devrait cesser de mépriser les dirigeants politiques et des forces sociales.

 

Poursuivant, cet analyste politique explique : « maintenant que Doumbouya reconnaît des problèmes, il faut qu’il trouve les solutions, en changeant les méthodes de gestion par une meilleure implication du Trio et de ses alliés sociaux et politiques. On ne peut pas travailler une partie, très minoritaire et s’attendre à des résultats positifs. Lorsqu’ils ont prit le pouvoir, les gens ont un peu oublié que c’étaient eux qui tiraient à balle réelles sur eux, en tuant, blessant, séquestrant, torturant… Le discours libérateur a été applaudi. Aujourd’hui, cette ambiance a foutu le camp. Que le CNRD engage une politique de justice, de réconciliation… Fodé Oussou et Mamadou Sylla avait tous eu une autorisation pour aller se soigner en France. Le premier n’a pas eu les mêmes droits que le second ».

Brehim Ould MAHMOUD

 Collaboration M. A. BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.