Guinafnews

Dégringolade ou déchéance du système éducatif !

Une vision d’ensemble de notre système éducatif révèle avant tout la nature catastrophique des résultats des examens nationaux  d’année en année, depuis plus d’une décennie avant d’aboutir à ce coup de grâce de 2022.

Catastrophe d’autant plus sensible qu’à aucun niveau le pourcentage d’admission n’est reluisant : 17% au CEP ; 15% au BEPC  et enfin 9% au baccalauréat. Ces résultats sont pourtant  l’expression du vrai visage de l’Ecole guinéenne, quand on se souvient des mesures prises pour rendre les évaluations crédibles. Ils ont mis à nu les modes d’évaluation coutumière depuis des décennies, ce malgré les slogans : ‘’Tolérance zéro!’’ ou encore ‘’Tolérance zéro vers l’excellence!’’

Ces résultats prouvent à suffisance que la tricherie, la fraude et le laxisme avaient gagné jusque dans ses racines le système éducatif guinéen, et par tant toute la sphère administrative et la vie publique nationale. On s’était habitué à une corruption devenue institutionnelle. Nous connaissions tous les modes opératoires malsains de nombreuses écoles tant publiques que privées lors de ces examens  visant à s’offrir les meilleurs scores, gage certain des gros effectifs dans les classes pour les années à venir. La notoriété des établissements, le crédit des maîtres enseignants ainsi que leur prospérité en dépendent.

Tout le monde le sait mais personne n’en parlait ! D’où la culpabilité collective.

Mais ce système n’est pas installé instantanément. Il s’est établi au fur et à mesure. En effet, depuis l’instauration du programme EPT (éducation pour tous) autour des années 2000, le passage automatique a été introduit dans les écoles,  à partir des classes intermédiaires. L’éducation de masses a gagné le pas sur la qualité des apprentissages. Il fallut alors pour combler le manque d’enseignants recruter toutes catégories ‘’d’instructeurs’’, juste pour maintenir les enfants en classe pendant la période de cours. Des gens mal formés eux-mêmes, choisis pour dit-on former des enfants, au lieu de les former, ils les déforment, les détruisent. Nous voilà avec les conséquences directement ou non liées à ce programme inadapté.

En outre, l’école était devenue un centre d’enseignement et non d’éducation car tout acte de pression, physique ou verbal est vu comme ‘’une violence, physique ou morale/verbale. Pour cette raison les enseignants laissent le soin aux parents d’éduquer leurs propres enfants et eux s’occupent désormais de la simple instruction. Nous savons tous la conscience d’un adolescent et sa responsabilité personnelle quand il n’est pas suivi. Or, les parents ont peu de temps avec les enfants à domicile. Si on peut en parler, c’est le règne de ‘’l’auto-éducation!’’. À qui la faute ?

Dans un autre sens, la mondialisation et les technologies de l’information et de la communication ont joué leur partition pour détourner les apprenants des objectifs d’apprentissage scolaire. Cette période de la digitalisation, de ‘’la vie aux écrans’’ pourtant incontournable agit de manière irréversible sur le processus de formation- apprentissage qui unit enseignants et élèves. Alors qu’on aurait pu domestiquer ces outils pour qu’ils soient au service de l’Education, dommage ! Ils sont plutôt entrain de casser les pratiques éducatives.

Autres raisons de la baisse de l’Enseignement guinéen, c’est la précarité de la vie des enseignants et des conditions de travail: faibles ressources, absence de gestion des carrières des enseignants, l’absence du moindre confort au sein des milieux éducatifs ou sphères de travail, l’absence d’outils pédagogiques modernes, le manque de formation continue des enseignants, la sédentarisation des enseignants et encadreurs de l’éducation, l’inadéquation entre la formation et le marché de l’emploi, le manque d’infrastructures et équipements scolaires, surtout de qualité,  entre autres.

Enfin, les responsabilités on peut imputer l’entière responsabilité à l’Etat. En termes clairs, aux décideurs. Pour s’en convaincre posons-nous les questions suivantes :

  1. Qui définit la politique éducative dans un pays ? La réponse sans équivoque c’est que c’est l’Etat !
  2. Qui élabore les programmes à enseigner ? C’est aussi l’Etat !
  3. Qui définit les stratégies de mise en œuvre ? C’est encore l’Etat !
  4. À travers qui les moyens techniques et financiers nécessaires sont-ils reçus ? C’est également à travers l’Etat !
  5. Qui fournit le personnel ? C’est toujours l’Etat.!
  6. Qui Enfin assure le suivi/évaluation des enseignements/apprentissages ? C’est en définitive le même État.

En conclusion, l’échec des élèves qui est aussi l’échec du système éducatif et en même temps celui de toute la Nation est de la responsabilité des dirigeants. Eux seuls sont investis des pouvoirs publics leur permettant d’agir ou d’interagir pour relever le défi de notre système éducatif en lambeaux, il faut l’avouer.

Les solutions à envisager peuvent être situées à certains niveaux dont :

Au plan de la politique éducative, du mode d’enseignement et des contenus des apprentissages, il faut :

  • réviser politique éducative guinéenne ;
  • réglementer et contrôler la mise en place et le fonctionnement des écoles privées ;
  • redéfinir des nouvelles orientations éducatives
  • réviser tous les programmes d’enseignement de la maternelle au lycée ;
  • instaurer de la valeur sociale, l’enseignement du Patriotisme et de la citoyenneté dans les programmes du secondaire à l’image du sport scolaire ;
  • transformer des techniques et méthodes d’enseignement, en liant l’équilibre entre la théorie et la pratique ;
  • valoriser l’enseignement technique.
  • opérer des mutations pour aller vers le numérique, la digitalisation.

Au plan de la gestion du personnel, il faut :

  • assurer la formation et le suivi des enseignants et encadreurs des écoles ;
  • professionnaliser le mode de recrutement des enseignants en privilégiant le mérite ;
  • procéder à une gestion efficiente des carrières des enseignants ;
  • promouvoir les qualités et les valeurs et non pas des individus;
  • assurer l’équilibre du mouvement fonctionnel des enseignants au sein du territoire national ;

Au plan technique et infrastructurel, il faut :

  • rendre le secteur de l’Education plus attractif par les privilèges accordés aux travailleurs du secteur ;
  • améliorer les infrastructures et équipements scolaires ;
  • augmenter le budget alloué au secteur de l’Education
  • exiger de la rigueur pour accroître le rendement.

NB: N’ayant pas de poubelles à enfants, aucun élève ne doit être jeté en pâture car chacun a son domaine de prédilection. C’est aux Enseignants et encadreurs d’identifier ce domaine pour y orienter les enfants. Sinon on dira simplement que le système est inopérant et inefficace

Je dirai en dernier ressort que la Guinée est en mal de l’éducation de ses futures élites. Et pour retrouver son équilibre,  il est urgent qu’elle repense son système éducatif, qui seul pourra changer la  courbe de sa progression. Et pour l’heure, je considère les résultats de cette année comme un pas vers la Refondation de notre système éducatif. Ce succès est à l’actif des nouvelles autorités éducatives. Qu’elles considèrent alors ces prétendus échecs telle une étape vers le changement tant voulu.  Et comme tout changement a besoin de sacrifices, il convient d’assumer le choix.

Aux élèves,  et même aux parents d’élèves, de courir derrière les compétences au lieu de  chercher des attestations, car le vrai diplôme se trouve en tête. Le monde cesse de demander ton diplôme mais de prouver tes capacités et c’est elles qui valent désormais.

Abdoulaye Dieng

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.