Guinafnews

Dialogue: Quand colonel Doumbouya prend le contrepied de son Premier ministre

Alors que le Premier ministre s’était engagé à l’ouverture d’un “Cadre de dialogue inclusif” conformément aux revendications des forces vives de la nation, voilà que le président de la transition prend le contrepied en annonçant la poursuite des activités du “Cadre de concertation” lequel est contesté par les plus grandes formations politiques guinéennes.

En conférence de presse, le 20 juin, le Premier ministre a exprimé la volonté d’engager le dialogue avec l’ensemble des forces vives de la nation.

“J’appelle toutes les forces vives de la nation autour de la table du dialogue. Je vous assure de la détermination du CNRD et de mon gouvernement à travailler main dans la main avec tous les acteurs concernés pour rendre ce dialogue le plus inclusif et le plus constructif possibles”, s’est engagé Mohamed Beavogui  annonçant, par la même occasion, que des invitations allaient être adressées aux acteurs politiques et la société civile.

Dans les courriers adressés  aux acteurs politiques, le ministre de l’Administration du territoire les convie à la 3e session du cadre de concertation sous la présidence du Premier ministre. La réaction des coalitions politiques n’a pas tardé. L’Anad, la Cored, le Fndc politique ont exprimé leur déception et fait part de leur refus de prendre part à un cadre de concertations dont ils avaient boudé dès au départ. Du coup, la rencontre initialement prévue, ce vendredi 24 juin 2022, a dû être reportée à lundi 27 juin.

Alors que Mohamed Beavogui avait rassuré avoir obtenu l’aval du président de la transition, voilà que celui-ci vient de prendre son contrepied en annonçant la poursuite des activités du cadre de concertation en lieu et place d’un cadre de dialogue tant réclamé par les forces vives.

Le compte rendu du Conseil des ministres rapporte que “conformément aux engagements pris par le président de la transition de faire de l’inclusivité son cheval de bataille dans la conduite de la transition, un décret à date du 6 avril 2022 à créé le cadre de concertation inclusive. Depuis ses activités ont été lancées et ont connu un début d’exécution. Le chef de l’Etat rassurait les membres du Conseil que les activités se poursuivront car il estime être convaincu que c’est par l’inclusivité que les Guinéens réussiront à surmonter les nombreux défis du développement. Le président de la transition a saisi cette occasion pour remercier toutes celles et ceux qui se sont impliqués dans ce travail d’intérêt national, CNRD, Premier ministre, gouvernement, CNT, CNA, politiques, société civile et les nombreux anonymes qu’ils soient Guinéens ou pas. Le chef de l’État a invité les membres du gouvernement à écouter et recueillir les avis des Guinéens de l’intérieur comme de l’extérieur afin que la transition puisse continuer à répondre a leur légitime aspiration”.

Il revient à la classe politique spécifiquement au G58 d’être plus exigeante quant à l’ouverture d’un cadre de dialogue inclusif. Cela nécessite que la président du Cnrd revienne sur le décret du 6 avril instaurant un cadre de concertation.

Que l’Anad, la Cored, le Fndc politique sachent que participer, de quelle que manière que ce soit, au cadre de concertations déjà amorcé équivaut à se tirer une balle dans le pied.

Abdoul Malick Diallo pour Afriquotidien.com

(*) In. https://afriquotidien.com/dialogue-quand-colonel-doumbouya-prend-le-contrepied-de-son-premier-ministre/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.