Guinafnews
Votre pub ici 728

Doumbouya veut sa CAN 2025. Mais en a-t-il les moyens ?

0

En recevant hier (mercredi) la délégation de deux membres du Comité exécutif (Mathurin De Chacus, le président de la fédération béninoise de football et son homologue libérien, M. Mustapha Ishola Raji),et du secrétaire général de la CAF (Confédération africaine de football) M. Véron Mensengo-Omega,  Colonel-Président Mamadi Doumbouya a indiqué que « l’organisation de la CAN 2025 est une priorité nationale. On n’ira pas en 2026, ni en 2027. Cette CAN, on l’organisera en 2025″.

L’optimisme du président de la transition vient-il des assurances données par son ministre des Sports, Lansana ‘Béa’ Diallo qui a indiqué récemment que « d’ici le 1er octobre, les premières constructions des stades vont commencer. Le travail sur les infrastructures aéroportuaires viennent d’être finalisés au ministère des infrastructures. Les travaux de construction des quatre hôpitaux régionaux aussi viennent d’être finalisés » ?. Précisant que la Guinée est « en train de travailler sur les hôtels qui doivent être construits à l’intérieur du pays« , le Ministre des Sports a souligné que « tous les contrats de construction des infrastructures sportives et les villas de la CAN font environ 800 millions d’euros. Et vous devez savoir que le coup par infrastructure comparativement à la Côte d’Ivoire et le Cameroun on est à 50% de différence de moins après toutes les négociations« .

Parlant des stades à construire, l’ancien Champion de boxe a informé qu’en tout, « la Guinée prévoit la construction de six stades dont un de 40 mille places prévu au quartier Ansoumania ici à Conakry. A Kankan et Kindia, il y aura un stade de 20 mille places. A N’Zérékoré, Labé et Boké, il y aura un stade de 15 mille places. Ce sont des nouveaux stades qui seront construits. Et dans chaque région, nous allons construire trois à quatre terrain d’entraînements entre mille à cinq mille places et réhabilités les stades régionaux. Le stade du 28 septembre sera entièrement rénové avec un complexe omnisport entre 5 à dix mille places sauf que le 28 septembre ne sera pas utilisé pour la compétition ».

Trop tard pour être prêt

De l’avis d’un analyste, « la Guinée ne comprend pas que les improvisations ça ne marche pas. Ici à Conakry, notre capitale, on n’a même pas pas de routes. Pour cette CAN 2025, ce ne sera pas la faute du CNRD si la Guinée perdait son organisation. C’est le régime de l’ex président, Alpha Condé, qui n’a rien fait pour l’organiser. Ce qui l’intéressait, c’était les mines et les forces militaires et paramilitaires. Enrichir son clan familial et politique et protéger le régime, c’est ce qui était la priorité d’Alpha Condé et des ses collaborateurs. Ils n’ont  pas voulu comprendre que développer les capitales régionales, allait contribuer à renforcer les bases de la mouvance présidentielle partout à travers le pays. Et certaines de ces capitales auraient accueilli sans difficultés les compétitions de l a CAN 2025″.

Poursuivant, cet analyste souligne que « l’autre problème majeur pour l’attribution de cette CAN à la Guinée, c’est sa transition. Le CNRD au pouvoir et le climat sociopolitique que cela entraîne feront en sorte que cette organisation soit retirée à notre pays. Rappelez-vous que l’on parlait du temps de la Présidence de la Féguifoot par Antonio Souaré, d’une co-organisation de la CAN 2023, devenue CAN 2025, par le Sénégal et la Guinée. Après avoir inauguré en février dernier un des stades des plus modernes, le Sénégal s’est lancée dans la modernisation d’une dizaine de stades à travers le pays, dont celui de Léopold Sédar Senghor de Yoff, à Dakar, d’une capacité de 60 mille places. Notre voisin est un pays de tourisme, doté des infrastructures hôtelières, de transports (aéroports). Comme je l’ai dit hier, je ne vois pas comment les autres vont nous appuyer. Tout au plus, le Sénégal pourrait faire de la Guinée une poule de la CAN 2025, avec la possibilité de jouer un quart et une demi-finale« .

Colonel Doumbouya veut sa CAN 2025. Mais en a-t-il les moyens financiers, humains et diplomatiques ? On peut en douter.

 

Brehim Ould MAHMOUD

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies