Guinafnews
Votre pub ici 728

Il est important que nous parlions avec ceux qui sont en train de gérer la transition

0

Etienne Soropogui de « Nos valeurs communes », invité à l’émission ‘Mirador’ de FIM FM, a invité ses camarades de lutte contre le 3 ème mandat, devenus proches collaborateurs du Colonel Doumbouya et du CNRD, à prodiguer des conseils aux nouvelles autorités du pays.

Ancien prisonnier politique du régime déchu d’Alpha Condé, pour avoir été un des acteurs de la victoire non reconnue de Cellou Dalein Diallo lors de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, Etienne Soropogui croit que « c’est important, dans le cadre de la conduite de cette transition, que nous nous parlons avec ceux qui sont en train de gérer la transition aujourd’hui. Je crois qu’il y a des disponibilités. On sent que de leur côté il y a des gens qui pensent qu’il est important qu’on discute, il est important qu’on se parle » et rappelle que « le gouvernement dans sa composition actuelle, vous avez des personnes là-bas avec lesquelles nous avons fait beaucoup de choses, avec lesquelles, à un moment donné, nous avons organisé des manifestations« .

Ousmane Gaoual Diallo lors d’une manifestation du FNDC. Aujourd’hui, il est du côté du CNRD.

S’adressant à « Ousmane Gaoual (Ministre et porte-parole du gouvernement, ndlr) et à beaucoup d’autres responsables autour de Doumbouya« , Etienne Soropogui indique qu’il « serait extrêmement dommage que nous, nous sortons encore pour aller manifester contre eux. Alors qu’il n’y a pas longtemps, ensemble nous nous organisions, nous discutions pour qu’il y ait ces genres de manifestations, naturellement au profit de la démocratie au niveau de notre pays« .

Poursuivant, il trouve que « quand on a été à ce niveau, assez impliqués dans la lutte pour la démocratie au niveau de notre pays, je crois qu’il leur appartient, dès l’instant qu’ils sont de l’autre côté, à l’époque ils étaient du côté plus ou moins des faibles, aujourd’hui, ils semblent être du côté de ceux qui sont forts, c’est important. Et on le dit parce que ça y va de l’intérêt et de la stabilité de notre pays« .

Il y avait AMOULANFÉ et A BARA GUÈLANDÉ.

Etienne Soropogui souligne qu’il « est important qu’ils se ressaisissent et qu’ils viennent aux côtés du Président Doumbouya, l’aider à éviter que le pays ne soit divisé en deux. Le 29 septembre, j’avais écrit au Président Doumbouya, j’avais demandé d’éviter de diviser notre pays en deux camps. On l’a connu ici, il y avait AMOULANFÉ sous Alpha Condé et puis A BARA GUÈLANDÉ. Je crois qu’on est en train de partir plus ou moins vers la même configuration. D’un côté vous aurez 36 c’est bon et transition mandat m’mara. Quand on fait une situation de clivage de cette nature ce n’est pas profitable dans le cadre de la gestion d’une transition. Ceux qui gèrent la transition ne s’en sortiront pas plus ou moins bien y compris la Guinée« .

« Le problème, estime un commentateur, c’est que le CNRD et ses amis sont engagés à faire durer le plus longtemps possible cette transition. Tous les bénéficiaires des décrets travaillent dans ce sens. Ils sont sortis des misères de nombreuses années et ne voudront pas que cela change de sitôt. Regardez ce qui s’est passé au CNT. Tout le monde, exception faite de 6 personnes, a voté illégalement pour donner un chronogramme de 36 mois. Ce n’est pas seulement pour soutenir Doumbouya, mais c’est pour avoir un bon revenu pendant quelques années. Espérons que le 4 juin prochain, ils entendront raison au Sommet de la CEDEAO à Accra« .

 

Khady THIAM

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies