Guinafnews
Votre pub ici 728

Il est temps pour Cellou Dalein Diallo de reprendre ses habits de chef

0

Par son silence, le président de l’UFDG commence à se faire oublier. Ce qui n’est pas du goût de ses partisans et sympathisants, aussi bien en Guinée qu’ailleurs. Certes on l’entend donner des consignes pour soutenir des actions du FNDC, mais rarement commenter l’actualité politique du pays qu’il cherche, légitimement, à diriger. Il est temps pour Cellou Dalein Diallo de reprendre ses habits de chef pour contribuer au succès de la médiation de la CEDEAO. Il ne doit pas attendre dans son salon les solutions qui seront négociées à Conakry.

Toutes proportions gardées, le parti de Cellou Dalein Diallo est la plus importante formation politique de l’espace CEDEAO et même d’ailleurs. Depuis qu’il est arrivé à la tête de cette force politique, l’ancien premier ministre du Général-Président Lansana Conté l’a transformée en machine politique présente sur toute l’étendue du territoire. L’UFDG, il n’est pas exagéré de le dire, est la seule formation politique réellement implantée dans tous les coins du pays, regroupement ainsi toutes les composantes ethniques de Guinée. Le RPG AEC, avant le coup d’État du 5 septembre 2021, prétendait l’être car, l’administration politisée était à son service.

A Conakry, s’ouvre aujourd’hui les travaux de médiation pour une sortie de crise. Comme l’ont laissé entendre certaines sources, « c’est sûr que cette fois-ci le Médiateur Boni Yayi va rencontrer les forces politiques et sociales« . Mais pour un analyste politique, « les bonnes places pourraient être réservées aux partenaires sociaux et politiques du CNRD du Colonel Doumbouya. Les plus mauvaises aux partisans de Cellou et Sidya… Donc, il faut que Cellou Dalein sorte un peu de sa réserve, comme il l’avait un jour à Banjul déstabilisant les stratèges du Palais Mohamed V. Cellou doit parler ; l’UFDG et l’ANAD doivent proposer un chronogramme de 24 mois, comme le voudrait la CEDEAO, en tenant compte des dix points identifiés par le CNRD. Et si cette transition devrait ne commencer que ce mois d’août, pour aller jusqu’à fin août 2024, la nomination d’un gouvernement d’union nationale et une recomposition du CNT devraient s’opérer, comme vous l’avez expliqué dans votre site (*). C’est pour vous dire qu’il faut que Cellou parle et qu’il bouge ; qu’il parte comme vous l’avez suggéré è Abidjan, Bissau, Banjul, Lomé, Cotonou, Abuja, partout pour appuyer la médiation de la CEDEAO. Il doit inviter l’UFR et le FNDC à aller dans ce sens« .

Marcher ou organiser des « villes mortes », pour exiger le retour à l’ordre constitutionnel, comme le voudrait le FNDC, n’équivaudrait-il pas à soutenir la médiation de la CEDEAO ?  Il faudrait que l’UFDG, l’UFR, le FNDC et leurs alliés respectifs, principaux demandeurs d’un dialogue inclusif et permanent, apportent un soutien à cette médiation aussi bien en Guinée qu’ailleurs dans l’espace CEDEAO, à Paris, Washington, New-York, capitales des pays membres du groupe des 5 Guinée et siège de l’ONU.

 

Brehim Ould MAHMOUD

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies