Guinafnews

Le CNRD et ses alliés devraient associer le Trio et les leurs dans la formation des conseils communaux

Sur l’échiquier politique guinéen, nul ne peut contester la forte représentativité des forces qui ont boudé le Cadre de dialogue. Les différents scrutins organisés au cours des 12 dernières années l’ont démontré, notamment celui du premier tour de la présidentielle de  juin 2010.

L’UFDG de Cellou Dalein Diallo, nettement au dessus des autres, l’UFR de Sidya Touré et le RPG AEC de l’ex président Alpha Condé ont été toujours dominants. Lansana Kouyaté est arrivé en quatrième position de cette élection, la première dans le cadre du multipartisme à revêtir les critères de démocratie depuis l’indépendance du pays.

Près de deux cents (200) partis politiques sont légalement constitués en Guinée et, selon les autorités du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD), plus d’une centaine attendent leurs agréments.

Le gouvernement guinéen envisage, dans quelques semaines, de mettre en place des délégations spéciales pour diriger les communes et probablement les districts, quartiers et secteurs, pratiquement tous dirigés par des élus du RPG-AEC, de l’UFDG et de l’UFR. Les formations politiques chouchoutées par les nouvelles autorités du pays n’ayant pas d’assises, étaient des figurants, récompensés par le parti au pouvoir (RPG AEC) pour leur participation à la Mouvance présidentielle.

De l’avis d’un analyste politique, « Colonel Mamadi Doumbouya, ses camarades du CNRD et leurs alliés devraient associer le Trio et les leurs dans la formation des conseils communaux, de districts, de quartiers . Voir même s’entendre pour former des Conseils régionaux et élargir le CNT pour équilibrer cet organe composé essentiellement par leurs partisans. Ce serait pour eux une meilleure manière de démontrer qu’ils ont les bras ouverts et qu’ils travaillent pour que la transition réussisse. Et la Guinée, comme tout autre pays d’ailleurs, a besoin de paix et de fraternité pour se construire ».

Avis que partage un commentateur qui estime que « les Faya Millimono, Bah Oury, Lansana Kouyaté et consorts ne seront jamais pour une telle approche. Dans leurs têtes, c’est occuper toutes les places et créer les conditions nécessaires pour frauder les résultats des élections. Sinon, comment voulez-vous qu’un Faya Millimono se mette à penser qu’il va remporter la présidentielle ? Lui est fâché contre Cellou Dalein vers lequel sont allés différents responsables de son parti. Les autres sont plus réalistes… il ne parlent pas d’une victoire car ils savent que la candidature de Cellou Dalein sera nécessaire pour que ces élections soient inclusives. Et Cellou candidat, il a toutes les chances de gagner dès le premier tour« .

Brehim Ould MAHMOUD

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.