Guinafnews

Les avocats de Kassory ont élaboré et probablement déposé une demande de libération

Hier mercredi, Ibrahima Kassory Fofana, dernier Premier ministre de l’ex Président Alpha Condé, renversé le 5 septembre par les Forces spéciales du Colonel Mamady Doumbouya, était devant la première chambre d’instruction de la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF).

Après plusieurs heures d’audition et alors que de nombreux commentateurs s’attendaient à ce qu’il soit placé sous contrôle judiciaire, il a été reconduit en prison. Très déçu, un de ses avocats, Me Dinah Sampil a indiqué qu’il au cours de cette audience, « il a été question de l’interrogatoire sur le fond. Le parquet devait présenter à M. Kassory Fofana les preuves des charges qu’il a mises à son compte. Très malheureusement, il n’en a rien été. Nous sommes ressortis comme nous étions rentrés sans que rien ne soit montré dans le sens de la culpabilité de notre client« .
Il a informé qu’ils ont élaboré une demande de libération, qu’ils vont « signer tout de suite, la déposer et attendre la réponse que la chambre spéciale va donner (…) A partir du moment où aucune preuve ne nous a été montrée, le droit veut que nous ne soyons plus retenus, sauf pour autre considération, comme ce qui a prévalu depuis le début de ce procès jusqu’à maintenant« .
Pour sa part, Me Sidiki Bérété a précisé que « quand la demande de mise en liberté sera déposée, la chambre de contrôle aura 48 heures pour communiquer au procureur. Le procureur très spécial de la CRIEF a 5 jours pour répondre. Au minimum, ils ont trois jours pour réagir. A compter de la date de dépôt, ils ont minimum 9 à 10 jours pour prononcer un avis favorable ou défavorable« .
Dans le cas de l’ancien ministre de l’Environnement, Oyé Guilavogui, Me Bérété informe qu’il « était devant la deuxième chambre d’instruction« . Il a également informé que Dr Mohamed Diané, ancien ministre de la défense sera devant la Cour aujourd’hui pour être entendu sur le fond.
Ce que certains analystes ne comprennent pas dans les actions de la Justice guinéenne, « c’est le pourquoi garder des gens présumés innocents et contre lesquels ils n’ont présenté des preuves du chef d’accusation pour des faits de détournement de deniers publics, corruption et enrichissement illicite. Et puis, Alpha Condé, l’ex président lui est en liberté alors qu’il est poursuivi, surtout pour des crimes de sang. La CRIEF a laissé filer beaucoup de personnes interdites de sortie du territoire et n’a rien fait pour délivrer des mandats d’arrêt. Les seules personnes qui les intéresse c’est Sidya Touré et surtout Cellou Dalein Diallo« .

 

Oumou BARRY

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.