Guinafnews
Votre pub ici 728

Les putschistes en échec face aux djihadistes (*)

0

En dépit des affirmations des militaires maliens et burkinabè, les attaques augmentent tandis que l’armée malienne a tué plus de civils que les extrémistes.

 

Les putschistes maliens et burkinabè sont arrivés au pouvoir en justifiant leur coup de force par l’incapacité des autorités civiles de restaurer la sécurité sur le territoire. Mais les chiffres que la DW a rassemblés, en grande partie grâce au travail de l’Acled (Armed Conflict Location & Event Data Project), montrent que l’action des militaires n’a apporté aucun résultat sur ce point.

Pire encore, les massacres de civils ont augmenté, surtout au Mali.

Le colonel Assimi Goïta, à la tête de la junte qui a pris le pouvoir à Bamako, ou encore le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui dirige les putschistes à Ouagadougou, ont beau affirmer que leur armée remporte des victoires sur le terrain, les chiffres contredisent pour l’instant leurs déclarations.

La courbe ci-dessous montre que les attaques de groupes rebelles, djihadistes ou autres, n’ont pas diminué depuis le premier coup d’Etat au Mali du 18 août 2020. Au contraire, elles ont augmenté en 2021 et les prévisions du Centre d’études stratégiques pour l’Afrique sont pessimistes.

Même en se contentant des chiffres actuels de l’Acled, soit 349 attaques de groupes rebelles, les cinq premiers mois de l’année sont pires que 2021, déjà une année noire en matière de violences.

 


Celles-ci pourraient être proches du millier en 2022.

 

Mais qui pourrait espérer que les militaires au pouvoir résolvent un problème qui dure depuis des années et, il faut bien le dire, dont ils ne sont pas responsables ?

Car la litanie des massacres, celle de l’horreur, se répète au Mali. Comme l’attaque du village d’Ogossagou, proche de Mopti, dans le centre du pays.

Massacres et charniers

En mai 2019, la Minusma, la force militaire de l’Onu au Mali, expliquait dans un rapport que « le samedi 23 mars 2019, aux alentours de 5h du matin, un groupe composé d’au moins une centaine d’hommes armés, identifiés comme des chasseurs traditionnels (dozos) et accompagnés par une dizaine d’hommes en tenue militaire et d’autres en tenue civile, a mené une attaque planifiée, organisée et coordonnée sur la partie peule du village d’Ogossagou”.

Les assaillants ont tué 157 personnes ce jour-là. Le 14 février 2020, une nouvelle attaque frappera ce même village avec cette fois un bilan de 21 morts.

 

L’Armée malienne à Niono.

 

Le 8 août 2021, soit après le second putsch du 24 mai 2021, ce sont cette fois 51 personnes qui sont tuées dans des attaques simultanées contre les villages de Karou, Ouatagouna et Daoutegeft, dans la région de Gao, dans l’est du pays.

En mars dernier, un charnier est découvert près de Dogofry, dans le cercle de Niono, avec environ 35 corps.

Mais si les militaires ne sont pas responsables d’une tragédie qui dure depuis des années au Mali, leur prise du pouvoir par la force, en dépit de leurs promesses, n’a pas amélioré la sécurité des populations.

Elle l’a même aggravé selon les chiffres que nous publions aujourd’hui.

Des centaines de civils tués par les forces de sécurité

Selon une enquête récente de la fondation allemande Friedrich Ebert, 95% des Maliens seraient satisfaits de l’action de la junte au pouvoir. Les putschistes se sont en effet rendus populaire avec un discours anti-français et en flattant un sentiment nationaliste qui se nourrit d’années de frustrations.

Mais qu’en est-il dans le centre du pays, autour de Mopti ou plus au nord vers Gao ? Les habitants de ces régions sont-ils aussi convaincus de l’action des FAMa ou de leurs alliés russes ?

Car 550 personne ont été tuées en cinq mois, depuis le début de l’année, lors de violences commises contre les civils par les forces armées maliennes.

C’est plus que ce que les groupes rebelles ont pu massacrer de leur côté.

 

L’armée malienne et les mercenaires russes de Wagner sont accusés de crimes contre les populations civiles.

 

Le massacre de Moura y est pour beaucoup. Ce village, situé entre Mopti et Djenné, dans le centre du pays, a été le théâtre d’une tuerie qui a duré plusieurs jours.

Les soldats maliens, associés à des combattants étrangers, sans doute russes, sont accusés par Human Rights Watch d’avoir exécuté 300 civils qu’ils soupçonnaient être des djihadistes. Le massacre aurait été perpétré entre le 27 et le 31 mars.

La justice malienne a ouvert une enquête dont on attend toujours les résultats tandis que les autorités de Bamako ont empêché les enquêteurs de l’Onu de se rendre sur place.

L’émissaire de l’Onu pour le Mali, El-Ghassim Wane, a affirmé que « l’autorisation de déploiement d’une mission intégrée n’a pas été autorisée malgré un engagement important auprès des autorités nationales ».

Pendant ce temps, Bamako continue de clamer des victoires. « Dix-neuf terroristes et trois groupes armés” auraient ainsi été éliminés par les forces armées maliennes depuis le 22 mars, selon un communiqué de l’état-major général publié début avril. D’autres décomptes ont suivi.

Moscou a félicité la junte malienne pour sa « victoire importante” contre le terrorisme à Moura et a en même temps bloqué une demande du Conseil de Sécurité d’avoir une enquête indépendante sur ce massacre.

Le coup d’Etat qui aide les djihadistes

Au Burkina Faso, la situation est aussi dramatique et là encore, la junte au pouvoir se montre impuissante face à l’emprise grandissante des djihadistes sur le pays.

Les attaques meurtrières se multiplient en effet depuis le putsch du 23 janvier.

 


Les prévisions du second trimestre sont encore provisoires.

 

Le dernier massacre de civils a fait une cinquantaine de victimes, le 25 mai, dans la commune de Madjoari, dans l’est du pays, près de la frontière avec le Bénin.

Selon le ministère de l’Administration territoriale, un groupe de civils qui fuyait l’encerclement de leur ville par les djihadistes a été attaqué au niveau d’un pont par un groupe armé non identifié. Toutes les victimes sont des hommes.

Comme d’autres communes du nord et de l’est du Burkina Fasso, telles que Djibo et Titao, celle de Madjoari a été placée sous blocus par les djihadistes qui opèrent dans cette région. L’armée burkinabè ne parvient pas à libérer les habitants de ces villes assiégées et réussit parfois à faire passer des convois de ravitaillement.

Les violences djihadistes autour de Madjohari ont déjà causé la mort de 17 civils et onze militaires les 14 et 19 mai derniers. Mais ce nouveau massacre est le plus grave depuis celui perpétré il y a près d’un an à Solhan, dans le nord-est, qui avait fait 132 morts.

Depuis le coup d’Etat militaire, le bilan est terrible : près de 700 attaques ont eu lieu dans ce pays et ont causé la mort de plus de 400 personnes, soit largement plus que lors de la même période l’année dernière.

L’insécurité s’est donc accrue et selon l’Acled, les djihadistes ont « tiré avantage de la rupture dans la chaine de commandement” militaire consécutive du putsch du 23 janvier.

Au Burkina Faso comme au Mali, l’armée s’en prend de plus en plus violemment aux civils.

 

Par Jean-Michel Bos

(*) In. https://www.dw.com/fr/putschistes-echec-face-aux-djihadistes/a-61979215

Photo en Une :
Des Burkinabè expriment leur soutien aux putschistes, le colonel colonel Assimi Goïta et le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies