Guinafnews

Pépé Francis Haba veut un consensus pour la formation des délégations spéciales

Le Président de l’UGDD, Pépé Francis Haba a soutenu chez nos confrères de siam-magazine (*) que le CNRD fait tout pour « confisquer le pouvoir pour longtemps« . Prenant l’exemple de l’installation prochaine des délégations spéciales, il souligne que « c’est une décision unilatérale. En période de transition, de telles décisions doivent être consensuelles et discutées avec l’essentiel de la classe politique et sociale qui sont les plus représentatives« .
Pour ce cadre de l’ANAD, coalition politique dirigée par Cellou Dalein Diallo, cette décision du CNRD « va au détriment de la démocratie et du peuple souverain de Guinée. Puisque ces conseillers là ont été élus, et les gens élues sont loin plus représentatives que les gens qui sont nommées. (…) Même s’il est vrai que les élections locales ont eu lieu le 18 février 2018 et que le code de collectivités prévoit l’entrée en fonction des conseillers deux semaines après, il faut quand même ajouter que le mandat de ces conseillers là prend effet à partir de leur première session. Donc, c’est la première session qui définit le mandat. Et les premières sessions ont démarré après plusieurs mois, voire une année pour certaines communes ».

« Violation des codes de collectivités locales…« .

Poursuivant, il indique qu’il « est donc inconcevable que le CNRD à travers son ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation qui est d’ailleurs le ministre qui est censé connaître le code des collectivités décentralisées s’exprime de la sorte (…) il passe à côté. Parce qu’encore une fois, les conseillers ont été élus. S’ils doivent être remplacés, ça doit être consensuel. C’est une violation des codes de collectivités locales. Nous sommes à un an quatre mois depuis la prise du pouvoir par le CNRD. On aurait pu organiser les élections locales afin de donner aux populations les représentants légitimes. Mais quand on veut confisquer le pouvoir, quand on veut y rester le plus longtemps que possible, plusieurs stratégies sont envisagées ».
Pépé Francis Haba explique : « quand on met les délégations spéciales, ce sont des gens qui vont obéir à l’oeil et au doigt du CNRD. Donc, ce sont des gens qui vont être capables de manipuler et de frauder les élections. Et tout le monde sait qu’en Guinée les élections sont source de conflits. Je pense qu’il (Mory Condé ndlr) passe à côté. C’est une source conflictuelle, je pense qu’il faut faire attention, il faut que le CNRD fasse attention, même s’ils ont fait de la violation de certains droits humains et de la loi, mais il y a des choses auxquelles il faut faire extrêmement attention« .
Pour un commentateur, « il est temps que l’ANAD et surtout l’UFDG se mettent à réfléchir sur leurs stratégies. C’est eux qui auraient dû être partout lors des débats politiques. Certains les ont convaincus de boycotter, d’exiger la satisfaction de problèmes posés. Ils auraient pu faire tout cela autour de la table où sont présents les gens du G5-Guinée que sont la Cedeao, les Nations-Unies, l’Union européenne, la France et les USA. C’est là-bas qu’ils auraient dû le faire et soutenir qu’il faut un CNT représentatif, des Conseils régionaux, communaux, de districts, de quartiers équilibrés entre le camp CNRD et celui des absents au dialogue. Que M. Haba comprenne que le consensus pour mettre en place des délégations spéciales, c’est ce qu’il leur reste à négocier… le reste sera difficile, car le CNRD et son gouvernement ont trouvé les moyens de se faire accepter, par des lobbys ($$$$) au niveau de l’Administration de la Cedeao… Vous avez vu ce qui se passe à l’Union européenne, alors pourquoi à la Cedeao cela ne serait pas possible. Alpha Condé a acheté ses élections de 22 mars et 18 octobre 2020 auprès de la direction de la Cedeao. C’est possible que ce soit le cas du CNRD avec l’accord signé en octobre ici à Conakry« .

Brehim Ould MAHMOUD

(*) https://siam-magazine.com/391

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.