Guinafnews

Sénégal: frustration, indignation et colère après une bagarre à l’Assemblée

Au Sénégal, les organisations de défense des femmes dénoncent la récente bagarre durant laquelle une parlementaire a été battue par deux de ses collègues.

Une vidéo virale de bagarres à l’Assemblée nationale. Deux députés de l’opposition agressent une parlementaire proche du pouvoir et cela en pleine session. Le premier la gifle. Le second lui donne un coup de pied au ventre. A Dakar, l’acte suscite frustration, indignation et colère au sein de la population.

‘’ Pour moi, c’est tout simplement inacceptable. C’est un événement qui n’est pas nouveau. Cette année, il y a eu beaucoup d’événements de ce genre, de ce type à l’Assemblée. Il faut vraiment que ça cesse » estime Mariétou, une jeune sénégalaise.

Mame Basse une autre sénégalaise pense elle que « c’est désolant de voir nos députés qui sont sensés nous représenter, en train de se bagarrer. Pour l’image des hommes Sénégalais, c’est un peu décevant de leur part ». Ousmane, lui, estime qu’un tel acte ‘’salit l’image du pays ».

Aucune excuse

L’année 2022 se termine sur un paroxysme de violences envers les femmes, déplore le Collectif de la Marche Blanche Des Femmes (MBDF). Pour ce collectif d’associations de lutte contre les violences faites aux femmes, aux filles et aux enfants, aucune violence n’est excusable ou tolérable.

‘’Nous, nous nous accusons. Nous nous auto-accusons. Nous nous disons que la plupart du temps nous avons notre part de responsabilité mais ce n’est pas une raison de lever la main sur la femme. Il y a d’autres moyens de répressions autres que les agressions physiques, verbales et autres. Nous avons des réalités socio-culturelles mais nous, ce que nous disons, tant qu’une femme est battue, tant qu’une femme subit des violences, nous serons à ses côtés pour l’aider, pour l’encadrer, pour lui montrer toute notre solidarité et dire halte à ces violences » explique à la DW Aminata Diallo, vice-présidente du Collectif Marche Blanche Des Femmes, Dakar.

L’indignation est d’autant plus grande que la députée victime de cette violence, Amy Ndiaye, proche de la coalition présidentielle, serait enceinte et aurait été admise à l’hôpital après son agression.

Les deux députés auteurs de ces violences sont quant à eux recherchés par la police. Ils seraient tous deux membres du Parti de l’Unité et du rassemblement, une composante de la principale coalition de l’opposition. Les altercations entre députés sont récurrentes depuis les dernières législatives de juillet dernier.

Par Robert Adé

In. https://www.dw.com/fr/senegaldeputes-agression-assemble-nationale/a-64005346

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.