Guinafnews

Soudan. Le chef des droits de l’homme de l’ONU s’inquiète du meurtre de manifestants par les forces de sécurité

La chef des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, a exprimé vendredi son inquiétude face au meurtre d’au moins neuf manifestants par les forces de sécurité au Soudan un jour plus tôt, dont un enfant de 15 ans.

Le Haut-Commissaire a déclaré dans un communiqué que les décès s’étaient produits, « même après que la police eut annoncé qu’elle n’utiliserait pas la force létale pour disperser les manifestants ».

Les manifestations dans la capitale Khartoum et ailleurs ont marqué le troisième anniversaire des grandes manifestations qui ont conduit au renversement du dirigeant de longue date, Omar al-Bashir.

Des milliers dans les rues

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue, selon les dépêches, beaucoup protestant contre le coup d’État militaire d’il y a huit mois qui a mis fin à l’accord de partage du pouvoir entre les hauts dirigeants militaires et civils, mettant fin à une période de gouvernement de transition vers des élections nationales.

Les forces de sécurité auraient tiré des gaz lacrymogènes et utilisé des canons à eau pour empêcher les manifestants de se diriger vers le palais présidentiel.

Le Haut Commissaire des Nations Unies a déclaré que des rapports indiquaient que les forces de sécurité avaient également utilisé des balles réelles .

Aucune responsabilité

Mme Micheline Bachelet

« Les derniers meurtres, qui ont eu lieu à un moment où les communications mobiles et Internet avaient été coupées dans tout le pays, portent à 113 le nombre de personnes tuées par les forces de sécurité dans le cadre des manifestations depuis le coup d’État de l’année dernière« , a-t-elle déclaré. a dit.

 » Jusqu’à présent, personne n’a été tenu responsable de ces décès . »

Mme Bachelet a déclaré que selon des sources médicales, la plupart des personnes tuées ont reçu des balles dans la poitrine, la tête et le dos. Les forces de sécurité ont également arrêté au moins 355 manifestants à travers le pays, dont au moins 39 femmes et un nombre considérable d’enfants, a-t-elle ajouté.

« J’insiste à nouveau auprès des autorités soudanaises sur le fait que la force ne doit être utilisée qu’en cas de stricte nécessité et dans le plein respect des principes de légalité, de nécessité, de précaution et de proportionnalité« , a déclaré le chef des droits de l’ONU.

La force létale doit être le « dernier recours »

« En aucun cas, la force n’est autorisée pour dissuader ou intimider les manifestants d’exercer leurs droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique, ou pour les menacer de violence. La force létale est une mesure de dernier recours et uniquement dans les cas où il existe une menace imminente pour la vie ou des blessures graves. »

Elle a rappelé que le droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique et à la participation aux affaires publiques est protégé par le droit international des droits de l’homme, « y compris par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques , auquel le Soudan est un État partie« .

Elle a appelé les autorités militaires à mener une enquête indépendante, transparente, approfondie et impartiale sur la réaction des forces de sécurité placées sous leur commandement, conformément aux normes internationales pertinentes, notamment le Protocole du Minnesota relatif aux enquêtes sur les décès potentiellement illégaux, et à tenir les responsables responsables.

« Les victimes, les survivants et leurs familles ont droit à la vérité, à la justice et à des réparations ».

 

(*) In https://news.un.org/en/story/2022/07/1121882

Photo de la UNE :

Salah Naser Les protestations se sont poursuivies au Soudan contre le coup d’État militaire.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.