Guinafnews

Toumba répond à Me Salifou Béavogui : ‘’Il faut forcer votre client à dire la vérité… »

Le face à face entre le commandant Aboubacar Sidiki Diakité, alias ‘Toumba’ et le célèbre avocat Salifou Béavogui a eu lieu ce lundi 31 octobre. Dans le cadre du procès du 28 septembre, l’ancien aide de camp du capitaine Moussa Dadis Camara a répondu aux questions de l’avocat, qui fait partie du groupe des défenseurs du putschiste de décembre 2008.

Me Salifou Béavogui, convaincu que les hommes de Begré étaient au stade avec ceux de ‘Toumba’ lui pose une question : ‘’où est-ce que vous avez rencontré Begré pour vous rendre au stade avec vos hommes ?’’ ; réponse de ‘Toumba’  Diakité : « non ! Je n’ai pas vu Begré… Vous (Me Béa, ndlr) étiez présent ?’’en ajoutant : ‘’Moi je ne suis pas là pour modifier l’histoire. J’ai parlé de l’attitude de Begré quand ils m’ont écarté. Ils les ont tous approchés quand on m’a écarté. Quand il rentrait au camp, il ne venait même plus pour me rendre visite. Le président [Dadis] les a récupérés pour m’isoler. Je ne le commandais pas, je vous le dis’’. ‘Toumba’ affirme également : ‘’je ne l’ai pas appelé.  On ne s’est même pas vu ce jour’’.

Me Salifou Béavogui d’attaquer de nouveau : ‘’Pourquoi avez-vous libéré les 8 éléments de Begré qui ont été arrêtés par la commission d’enquête ?’’. Réponse de ‘Toumba’ : ‘’Ce jour-là, lorsque je m’apprêtais à aller remettre des moyens à une famille à Sans Fil pour la lecture du Saint Coran (…), il y a eu des arrestations arbitraires. Begré m’a appelé, je ne m’attendais même pas son appel. Il m’a dit qu’ils sont venus arrêter deux de ses hommes. J’ai demandé qui les a arrêtés. Il m’a dit que c’est Makambo. J’ai demandé pourquoi il ne s’est pas référé. Il y avait une atmosphère à la présidence (…). Je ne peux reconnaitre les hommes qui étaient arrêtés mais c’est la manière ».

Et ‘Toumba’ de poursuivre : « ceux qui ont commis les choses au stade, ce sont eux qui commençaient à arrêter des innocents, les enfants des autres. Moi je ne peux pas m’asseoir et regarder ça. Les Makambo étaient où le 28 septembre ? Makambo était-il habilité à les arrêter ?’’,

Me Béa se lance dans une autre offensive : ‘’Aviez peur que ces deux éléments vous dénoncent ?’’ ; Toumba Diakité le tacle de nouveau : « avoir peur alors que le président lui-même a dit que c’est moi qui l’ai empêché de sortir’’.

Nouvelle tentative de l’avocat : ‘’Nous voulons voir clair dans cette affaire. Vous avez brouillé les pistes dès le départ. Et vous êtes dans cette logique. Les deux personnes qui ont été arrêtées et conduites à la gendarmerie pour des fins d’enquêtes, vous n’êtes pas procureur, commandant des forces armées, vous n’aviez aucune qualité. Pourquoi étiez-vous parti les libérer ?’’

Réponse de ‘Toumba’ : ‘’Il faut forcer votre client (Moussa Dadis Camara, ndlr) à dire la vérité. Je les ai libérés parce qu’ils avaient été arrêtés de façon arbitraire (…) Me, vous n’aimez pas comme ça le président Dadis Camara. Si vous l’aimez, c’était de lui dire de venir s’agenouiller pour demander pardon au peuple de Guinée. C’est de ça qu’il s’agit. Moi, le mensonge ne sortira pas de ma bouche ». Et il  souligne :  « le schéma qui a été mis en place pour mettre tout sur Toumba est tombé. Nous sommes avec les nouvelles autorités désormais ». 

« Si Toumba n’avait pas mis fin à ce régime, Dieu seul sait ce que la Guinée serait devenue sous Dadis »

Me Salifou Béavogui revient avec d’autres questions : ‘’C’est vous la justice ? Quand vous avez libéré ces deux personnes, où est-ce que vous les avez envoyés ?’’. Et Aboubacar Sidiki Diakité, alias Toumba de répondre : ‘’à Koundara. Parce qu’ils relevaient de là-bas(…) Rien ne m’effraie ici, je suis en train de dire la vérité (…). On doit protéger ses hommes. C’est ça le rôle d’un chef. Moi, personne ne viendra prendre mes hommes de cette manière. Ça ne doit pas se passer ainsi’’.

Le procès du 28 septembre, selon certains commentateurs, « est en train de nous démontrer que notre pays était dans une situation dangereuse. Le régime CNDD de Dadis implantait une stratégie régionaliste de contrôle du pouvoir. Toumba, qui a été le principal acteur de la prise du pouvoir par Dadis, était sur le point d’être liquidé par celui-ci et ses proches ethniques. Rappelez-vous du nombre de Ministres originaires de cette région, ceux des hauts cadres civils et militaires, des Ambassadeurs, etc... Si Toumba n’avait pas mis fin à ce régime, Dieu seul sait ce que la Guinée serait devenue sous Dadis« .

Toumba et ses avocats. Le Juge a décidé que les conseils doivent désormais se tenir à plus d’un mètre de leur client.

 

Les réponses de ‘Toumba’ semblent avoir dérangé la stratégie des avocats du clan Dadis Camara. Ces derniers soutiennent que les défenseurs de ‘Toumba’ lui suggèrent des réponses. L’un d’entre eux, Me Kpana Emmanuel est allé jusqu’à soutenir que ses confrères Paul Yomba et Lancinet Sylla soufflent des réponses à leur client.

C’est ainsi que le président du tribunal a prit la décision que les avocats ne vont plus se tenir aux côtés de leur clients.

Mody Abdoulaye DIALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.