Guinafnews
Votre pub ici 728

Hommage anthume à Souleymane Diallo

0

La véritable insulte à son maître est de toujours se considérer son élève” , professe-t-on. La pire offense qu’on pourrait lui faire est d’oublier qu’il fût le maître. Certes, d’un avis unanime, Souleymane Diallo est une icône des médias et l’un des chantres de la liberté d’expression en Guinée dont il est aussi un des illustres pionniers, il demeure, surtout et pour toujours une école pour une génération entière de journalistes, qu’il a reçus, en père et mentor, dans sa mythique rédaction et contribué à façonner le profil intellectuel et la conscience professionnelle.

Lui rendre hommage et de son vivant pour qu’il soit témoin de la reconnaissance de ses pairs jeunes ou de son âge, qu’il se rende compte dans l’émotion des jours de gloire, de la fierté de sa nation de l’avoir enfanté, est un acte d’honneur et de dignité de la grande famille des médias une et indivisible.

Diallo Souleymane avait toutes les chances et a eu toutes les opportunités de s’essayer à un autre destin , fulgurant , comme celui d’autres qui ont suivi le même chemin que lui, mais, sa vocation innée d’homme libre et indomptable l’a retenu dans les limites du journaliste dans l’âme qui entend vivre jusqu’au bout son choix, en vérité, sa passion révélée, unique et incorruptible. Incorruptible, exigeant avec les autres et lui-même d’abord, de loin, il inspire crainte et méfiance, auprès de lui, on est fasciné par sa personnalité singulière, son instinct professionnel phénoménal et son profond humanisme. Il ne ressemble à personne et ne veut s’aliéner qu’à ses convictions inébranlables et aux valeurs qu’il porte comme un lourd fardeau personnel de sacrifices de tous les jours. Sa vie d’épreuves et de défis quotidiens ne lui a jamais fait perdre sa foi, ni altéré sa volonté, son courage et sa détermination à aller au bout de ses rêves.

Je m’associe pleinement à l’initiative noble de Sanou Kerfala Cissé portée par beaucoup d’autres comme moi qui ont connu et pratiqué Diallo Souleymane, ont fréquenté ses rédactions, collaboré à ses journaux à des moments de leur vie. Je suis de ceux qui portent dans leur cœur ce grand homme dont l’histoire personnelle reste intimément liée à l’avènement de la presse libre guinéenne, la réputation traversera le temps, les âges , parce qu’il a vécu pour son pays, auquel il a tout donné, dont il n’aura pas beaucoup reçu, en réalité et très malheureusement. La cérémonie d’hommage, d’aujourd’hui, de ce point de vue, sonne comme une réparation, voir une réhabilitation de notre aîné et référence dans sa légitimité acquise et sa notoriété dûment établie.
S’il est vrai que l’œuvre immortalise l’homme, Diallo Souleymane, une légende vivante, a déjà vaincu l’oubli tragique de la mort, en plantant dans le temps une mémoire qui ne s’efface pas, une empreinte qui ne disparaitra jamais. Les grands hommes restent dans l’histoire, vivent toujours dans les cœurs et les mémoires de chacun et de tous.

Tibou Kamara

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies