Guinafnews
Votre pub ici 728

Il faut rééquilibrer le CNT en ajoutant 68 nouveaux conseillers issus des forces vives réelles.

0

Des quatre vingt un (81) membres du Conseil national de la transition (CNT), majoritairement choisis par le CNRD du Colonel Mamadi Doumbouya, la quasi totalité a voté en faveur d’une transition de 36 mois. Un délai contesté par les forces vives guinéennes représentatives et rejeté par la CEDEAO, dont la position détermine celle du reste de la communauté internationale. C’est dire qu’il est urgent et nécessaire de recomposer ce CNT, afin qu’il ait une légitimité.

Sur les 81 membres, trois (3) ont voté contre et trois (3) autres ont protesté et quitté la salle pour ne pas prendre part à « ce petit coup d’état« . C’est dire que le reste, soit soixante quinze (75) membres, a voté mécaniquement en faveur de la confiscation du pouvoir pour une période de trente six (36) mois, que les forces vives guinéennes et la CEDEAO, donc la communauté internationale ont rejetés.
Colonel Doumbouya et ses camarades du CNRD, plutôt que de garder en mémoire que le l’ANAD de Cellou Dalein Diallo et le FNDC ont joué de grands rôles pour leur acceptation par la communauté internationale, en ont malheureusement fait des adversaires, pour ne pas dire tout simplement des ennemis à abattre par toues les moyens.
Pour corriger cette situation et permettre aux forces vives de prendre part à cette phase de reconstruction du pays, il est souhaite de rééquilibre la composition de ce CNT en augmentant le nombre de conseillers nationaux, tous issus du G58, du RPG a-e-c et Alliés et des forces sociales, qui critiquent la conduite des affaires en Guinée par le CNRD et ses alliés sociopolitiques. Le CNT devrait ainsi compter 149 membres.
Même si l’on ne doit pas considérer les trois (3) personnes qui ont voté contre les 36 mois accordés par le CNT pour la durée de la transition, on peut croire que ce sont des démocrates, des respectueux des règles et des lois. Qu’ils se prononceront en conséquence chaque fois que leur avis sera requis. Le CNRD devrait donc accorder au G58, au RPG a-e-c et Alliés et des forces sociales soixante huit (68) places pour que le CNT soit équilibré et ait une légitimité.
Cette recomposition du CNT permettra de débattre de tous les sujets dans le cadre de l’Assemblée de transition et également au niveau d’un cadre de dialogue permanent qui devrait remplacer le cadre de concertation créé par le CNRD et le gouvernement. Que la durée de ce CNT soit égale à celle de la transition. Ses membres seront nommés pour une durée déterminée, sans aucune possibilité de prolongation ou de renouvellement de mandat.

Ibrahima Sory BALDÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies