Guinafnews

Monsieur le PG Charles Wright, il y a d’autres urgences que ces cas de Foniké, Djanii et Soumah GDE

Chez FIM FM dont vous étiez l’invité de l’émission ‘Mirador’ de ce mardi 5 juillet, vous avez soulignez que « c’est tout à fait normal que l’on dise qu’on n’est pas d’accord avec l’exécutif. Celui qui ne peut pas accepter ces critiques, c’est que tu es anti-démocratique. Mais naturellement, cette liberté d’expression, il ne faut pas la confondre avec le libertinage« .

Dans un de nos récents articles dont le titre est « Aboubacar Soumah doit changer son discours ethno-Régionaliste » (*) guinafnews.org a évoqué ce sujet soulevé par le politicien. J’ai également lu le post de l’artiste Djanii Alfa, qui doit se produire normalement le 16 juillet prochain au Bataclan de Paris. Je ne sais pas exactement ce qui est reproché à Oumar Sylla, alias Foniké Mangué et Bah du FNDC.
Personnellement, aux premières heures de la libération du 5 septembre 2021, lorsque la CEDEAO s’est mise à prendre des mesures exclusives contre la Guinée et les nouvelles autorités, j’ai suggéré d’accepter ces décisions, mais d’entreprendre des poursuites contre l’organisation sous-régionale pour avoir été complice, à travers ses principaux dirigeants (l’Ivoirien Jean-Claude Kassi Brou et le Béninois Francis Béhanzin, Général de Police) qui ont cautionné le coup d’état constitutionnel du 22 mars 2020 et validé le hold up électoral du 18 octobre 2020. Je suis allé jusqu’à recommander le retrait de la Guinée de la CEDEAO en attendant des reformes au sein de cette organisation devenue un « gang de chefs d’États« , généralement très mal élus.

Depuis janvier dernier, lorsque le CNRD a contredit le Premier ministre Béavogui, je suis au nombre des déçus de la conduite des affaires du pays. Le pays est malade de sa mauvaise situation sociopolitique. Il faut en parler et surtout proposer des solutions de crise. C’est ce que, de mon point de vue, Djanii Alfa, Foniké Manguè et Aboubacar Soumah, chacun à sa manière, ont voulu faire.

Monsieur le le PG Charles Wright,

Il y a de nombreux faits et déclarations du genre de ceux de l’ex député Aboubacar Soumah ou de l’artiste Djanii Alfa. Il y a des déclarations néfastes sur la Justice guinéenne qui sont faites, notamment ceux des leaders politiques (UFDG et Cellou Dalein Diallo, UFR et Sidya Touré, RPG a-e-c avec les Diané, Kassory, Damaro, etc). Dans ces dossiers ‘politiques’, les commentaires des avocats m’ont amené à comprendre que la Justice est toujours téléguidée.
Sinon, pourquoi Cellou Dalein Diallo est sa principale cible, pour des raisons, disons-nous la vérité, politiques ? Pourquoi cette Justice n’a pas encore commencé à traiter le dossier des crimes de sang, ne serait que ceux des 15 dernières années, au cours desquelles plusieurs centaines de guinéens ont été tués sur ordre des tenants du pouvoir ? Pourquoi cette Justice et particulièrement sa CRIEF n’inquiète pas le parrain de ces crimes de sang et économiques, Monsieur Alpha Condé (je souligne que j’ai été son ami et il l’a dit devant le Bureau politique et le Comité central du RPG le ou vers le 17 septembre 2012, qui réunissait au moins 200 personnes) ?

En pleine campagne électorale, Cellou Dalein Diallo a été empêché d’aller à Kankan, et dans le reste de la région.

Nous les aînés (65 ans et plus) de cette Guinée savons que l’ethnostratégie a été toujours le mode de gouvernement de ce pays. Au Sénégal aujourd’hui, certains parlent d’une gouvernance de Peul (environ 30 pour cent de la population) parce que Macky Sall, le président du pays depuis 2012, a nommé à différents postes de premier plan des peuls. Aboubacar Soumah n’a pas tort de dire ce qu’il a dit. Il aurait dû mieux expliquer, en démontrant que si des élections démocratiques avaient eu lieu, que la Justice avait osé donné les vrais résultats et l’Armée et les forces paramilitaires, en républicains s’étaient chargés de les appliquer, on aurait pas connu ces ‘régimes ethnocentristes’.

Rédiger une bonne Constitution

Je ne suis pas juriste M. le PG Charles Wright. Je suis juste un journaliste qui depuis 40 ans maintenant analyse et commente les actualités africaines et principalement de Guinée, au cours des 12 dernières années. De dire que le CNT actuel n’est pas légitime et que son président, Dr. Dansa Kourouma, nommé par décret du Colonel Doumbouya devrait se garder de dire qu’ils sont les représentants du peuple est une vérité. Car, comme vous le savez, c’est le CNRD qui a choisi avec les Dr. Dansa Kourouma et consorts les gens qu’ils voulaient avoir dans cette institution.
Aujourd’hui, comme l’ont dit différents acteurs sociopolitiques et des analystes de la situation, « il nous faut une bonne Constitution qui va instituer la répartition des postes de direction du pays afin d’inclure les ressortissants de toutes les régions administratives et de toutes les ethnies. Ainsi, nous n’aurons plus à réaliser que tous les ministères clés et les états-majors des armées sont entre des ressortissants d’une seule région, voire même d’une seule ou tout au plus de 2 ethnies. Et n’oublions pas que depuis plus d’un siècle, des mariages interethniques sont courants entre ces régions et ethnies« .
Certains d’entre eux, comme Mamadou Baadiko Bah, président de l’UFD a proposé une espèce de fédération pour corriger cette situation. Un autre recommande « la création d’un poste de vice-président, qui sera élu en même temps que le président. Que l’un et l’autre ne soient pas pas de la même ethnie et de région ; que le président de l’Assemblée nationale ne soit pas de la même ethnie et de région que le président et son vice-président. Que le premier Ministre vienne d’une région et d’une ethnie qui ne soit pas celles des présidents, du vice-président, du président de l’Assemblée nationale… Il nous faut penser à ça et que cela se reflète dans les cabinets ministériels aussi. Il faut des équilibres ethniques et régionaux dans tous les services« .
Alors M. le PG Charles Wright, envoyez les criminels devant les Juges et laissez Djanii Alfa aller à Paris, au Bataclan, pour son concert du 16 juillet 2022, c’est-à-dire dans 11 jours, et où il va contribuer à remettre la Guinée sur la carte. Laissez Foniké Manguè et ses camarades qui, malgré certaines de leurs prises de positions controversées (Sékou Touré) sont plus utiles à la promotion de la Démocratie en Guinée, que ceux qui animent des mouvements de soutien au CNRD. Laissez les Aboubacar Soumah et autres tenants de discours ethnocentristes dire ce qu’ils veulent car, c’est le système sociopolitique en place depuis plusieurs dizaines d’années, sous le régime du Général Lansana Conté (avril 1984 – décembre 2008) qui l’a permis, héritage du premier régime du sanguinaire Sékou Touré, qui n’a pas suivi l’exemple de son parrain politique, feu Félix Houphouët Boigny, premier président de la Côte d’Ivoire.

 

Ibrahima Sory BALDÉ

 

(*) https://guinafnews.org/5725-2/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.