Guinafnews

« La fuite en avant du CNRD continue » (C. Baldé)

Le Coordinateur des fédérations de l’intérieur du pays de l’UFDG et ancien député uninominal de Labé était, hier (lundi, 11 juillet 2022) un des invités de ‘Mirador’ de FIM Fm pour commenter le communiqué du CNRD portant sur la suspension de tous travaux relatifs à la rédaction de l’avant-projet de la nouvelle constitution.

Il a indiqué que : « ma lecture est très simple. Il y a peut-être 5 jours j’ai publié sur ma page Facebook. J’avais dit que l’ensemble des organes de la transition se sont disqualifiés au regard de l’évolution de la situation dans notre pays, surtout la conduite de la transition. J’avais parlé notamment du CNT et j’avais demandé à ce que l’ensemble des forces vives exigent la dissolution du conseil national de transition (CNT).
Cellou Baldé ajoute que : »c’est quelques jours après que cette liste de Dansa est arrivée. Je crois que cela est venu quand même jeter de l’huile sur le feu. Ce n’est pas comme ça qu’on gère un organe législatif de transition. Nous sommes dans une période de rupture de légitimité et donc on va à la recherche du consensus. Oui, il y a eu un communiqué du colonel Sadiba au nom du CNRD, mais moi en tant qu’acteur politique, je considère qu’ils sont dans le dilatoire.
« Il dit qu’ils attendent le rapport des assises et ils savent très bien que ces assises n’ont pas été inclusives. Les assises ont été boudées par une bonne partie de la classe politique, par les grands acteurs politiques représentatifs et les acteurs de la société civile représentatifs dans notre pays. Donc, pour moi, jusqu’à présent il n’y a pas eu la volonté réelle d’aller vers un dialogue sincère et franc.

Dansa Kourouma, nommé par décret du Colonel Doumbouya Président du CNT, a créé une crise au sein de l’institution.

Il termine par croire que : « ces communiqués et contre communiqués c’est pour saper les efforts de la CEDEAO, saper les efforts du peuple de Guinée par rapport à la mise en place d’un véritable cadre de dialogue pour que les forces vives de la nation et le CNRD, de commun accord, puissent décider du chronogramme de la transition, puissent s’assoir et discuter du cadre légal et réglementaire des élections notamment cette constitution, le code électoral et l’organe de gestion des élections tel que nous l’avons demandé dans les différentes lettres que nous avons adressées aussi bien au ministre Mory Condé qu’au Premier ministre. C’est la fuite en avant du CNRD qui continue. Pour moi Sadiba et Dansa Kourouma c’est bonnet blanc et blanc bonnet« .

« Si Dansa Kourouma n’est pas arrêté dans son élan, il risque de brûler le pays » (C. Baldé)

Et sur les ondes de la radio GPP FM de Labé, le responsable politique de l’UFDG, dans des propos rassemblés par guineematin (*), a indiqué que : « à l’allure où vont les choses, je suggérerais aux Forces vives de la nation, en lieu et place de tout dialogue, d’exiger la suspension de la charte de la transition qui doit être rédigée à nouveau, la dissolution du gouvernement et la dissolution du CNT. Qu’on mette en place un gouvernement d’union nationale devant conduire le reste de la transition dans un délai plus raisonnable. Nous les acteurs politiques et l’ensemble des Forces vives, si nous ne voulons pas fatiguer la population qui nous soutient, nous devons nous laver les mains sur ce semblant de dialogue et sortir dans les rues pour exiger le retour rapide à l’ordre constitutionnel.

« Si vous voyez que Foniké Menguè et ses collègues du FNDC ont été libérés après leur arrestation, c’est parce qu’il y a eu des manifestations de rue pendant trois jours. Ils étaient persuadés que s’ils n’étaient pas libérés, la fête de Tabaski ne pouvait pas être célébrée dans le calme. Nous les acteurs politiques et les autres acteurs, nous devons sortir de ce qu’on appelle du surplace, en demandant la dissolution du CNT et du gouvernement, et la mise en place d’un gouvernement d’union nationale (…) Comment comprendre que quelqu’un qui n’est même pas élu, puisse décider comme ça de mettre en place un comité Ad-hoc en lieu et place de la commission des lois, qui est prévue dans le cadre du règlement intérieur que tous les conseillers du CNT ont voté ? Vous avez vu la liste qu’il a faite pour rédiger ce qui va être la loi fondamentale, la constitution de notre pays ? Il a exclut carrément des communautés importantes de ce pays. C’est extrêmement grave. Si Dansa Kourouma n’est pas arrêté dans son élan, il risque de brûler le pays ».

Pour un acteur des forces vives du G58, « Colonel Doumbouya devrait penser à ces propositions de Cellou Baldé. Mais plutôt que de dissoudre ce CNT, nommer des conseiller issus du camp des opposants aux politiques du CNRD pour rééquilibrer cette institution. J’ai souvent proposé dans vos colonnes que le nombre de conseillers passe de 81 membres à 149. Aussi, de voir également à mettre en place un gouvernement d’union nationale, comme le suggère M. Cellou Baldé, aiderait à créer toutes les conditions favorables à une transition apaisée« .

Mamadou S. Fadi DIALLO

(*) https://guineematin.com/2022/07/11/cellou-balde-aux-forces-vives-il-faut-exiger-la-dissolution-du-cnt-et-du-gouvernement/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.