Guinafnews

Fodé Oussou Fofana recommande la mise en place d’une équipe de constitutionalistes

Face à la crise créée au CNT par son président, Dr Dansa Kourouma, le vice-président de l’UFDG indique : « A mon avis, pour nous sortir de cette transition en toute tranquillité, la première chose qu’on doit faire, c’est de dissoudre le CNT et mettre en place une équipe de Constitutionnalistes, lui donner un délai comme au Burkina Faso. Sinon on ne s’en sortira pas du tout. Parce que tous ces actes sont faits à dessein pour pouvoir retarder les choses« .
Il intervenait, hier lundi, dans l’émission ‘Mirador’ de FIM FM pour donner son opinion sur la suspension par le CNRD de toutes les activités reliées à la rédaction de l’avant projet de la nouvelle constitution. Pour lui, « le mieux pour le CNRD, c’est de dissoudre complètement le CNT qui a prouvé sa volonté de continuer à nous maintenir dans cette transition. Depuis le mois de septembre, il n’y a aucune visibilité, sauf des violations répétées de la Charte de la Transition, des violations de toutes les procédures ».
Après avoir rappelé qu’il y a eu « d’abord, la validation du chronogramme de Transition à 36 mois qui n’était pas du ressort du CNT, ensuite la violation du règlement intérieur du CNT ainsi que de la Charte« , Fodé Oussou Fofana a souligné que : « le Président du CNT se permet de mettre en place un comité ad-hoc qui n’est prévu nulle part, qu’il a fait valider par la conférence des Présidents sans passer par la plénière« .
Le vice président de l’UFDG a également indiqué que : « cela prouve à suffisance que son objectif est de créer toutes les conditions pour qu’on ne sorte plus de cette transition. Il nous fait perdre du temps en créant toutes les conditions pour ne pas que le dialogue entamé par le Premier ministre aboutisse. Je ne mets pas en doute la qualité des personnes choisies, c’est le fait qu’il n’a pas le droit de le faire. Parce que tout ce qui sortira de ça ne sera pas accepté par le peuple« .

Le CNT, dont les membres ont été majoritairement choisis par Dansa Kourouma et ses camarades, est un instrument au service du CNRD.

C’est que, pour lui, « au lieu de demander de sursoir au projet de rédaction du projet de la nouvelle constitution, le mieux est de dissoudre le CNT, qui a prouvé son incompétence de nous sortir de cette situation. On a la Constitution de 2010 qui peut être l’élément de base sur lequel on peut travailler, amender et la faire adopter par référendum. C’est mieux que de continuer à réunir des gens qui ne travaillent pas autour de quelqu’un qui dit qu’il se battra pour qu’il y ait deux partis politiques en Guinée ».

Propositions d’avant-projets

Pour un analyste politique, « il est temps que les uns et les autres mettent balle à terre, surtout les gens du pouvoir (CNRD, CNT et gouvernement). Aujourd’hui, il y a deux camps en face. Ceux qui soutiennent, malgré leurs différences, le CNRD et ceux qui veulent autre chose et dont le discours cadre le mieux avec les désirs de la population et les attentes de la Communauté internationale, la CEDEAO en tête. Eux sont les gens du G58 et possiblement le RPG a-e-c et ses alliés. Que chaque camp propose un avant-projet et qu’une mouture soit faite sous la supervision du Président Thomas Yayi Boni, le Médiateur de la CEDEAO« .
Poursuivant, cet analyste estime que « la classe politique doit davantage proposer que critiquer. Lorsqu’on leur demande des propositions, même si c’est la même que celles qu’ils avaient déjà faites, qu’ils la mettent à jour, en l’enrichissant. La seule exigence, c’est que la mise en place d’un comité pour faire la mouture du travail. Ce n’est plus au gouvernement de faire la synthèse. C’est au Comité de dialogue permanent. Là-bas ils pourront proposer la dissolution ou le rééquilibrage du CNT. Moi je suis pour le rééquilibrage. Ils pourront y présenter la proposition de M. Cellou Baldé pour la mise en place du gouvernement d’union nationale« .

 

Brehim Ould MAHMOUD

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.