Guinafnews
Votre pub ici 728

le Ministre Mory Condé annonce la dissolution du FNDC

0

Par un arrêté du Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD), Mory Condé, daté du 6 août 2022, le gouvernement guinéen met fin à l’existence du mouvement citoyen Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) créé en avril 2019, pour s’opposer au coup d’État constitutionnel que l’ex président Alpha Condé et ses alliés s’apprêtaient à commettre.

Dans sa décision, le MATD écrit : «le mouvement de fait dit Front National pour la Défense de la Constitution s’est toujours illustré par la voie de violence sur les personnes, la dégradation et la destruction des biens publics et privés, des actes d’incitation à la haine ou à la discrimination contre les personnes en raison de leur origine ou leur idéologie ;
Que mieux, ce groupement de fait, à travers ses activités, provoque des manifestations armées sur les voies et lieux publics, ayant les agissements d’un groupement de combat ou de milices privés. Qu’en outre, ce groupement utilise les réseaux sociaux comme vitrine de ses idées et agissements ;
Qu’il s’identifie par ailleurs à travers des symboles communs, tels que son nom, son logo régulièrement affiché sur les publications des réseaux sociaux et autres moyens d’expression du groupement ou de ses membres, leur permettant ainsi de se reconnaître lors des actions qu’ils mènent et revendiquent au nom du groupement.
Que leur mode opératoire se structure par des actions violentes au cours des manifestations interdites ou non autorisées telles que des attaques contre des individus qui ne partagent pas leur idéologie, d’actions ciblées contre les forces de l’ordre, des publications mettant en scène et favorisant les agissements violents et l’utilisation des mineurs dont l’âge varie entre 10 à 13 ans dans les manifestations en violation des conventions internationales de la protection de l’enfance.
Considérant que ce groupement de fait, organisé de manière hiérarchisée, disposant d’administrateurs et des membres violents, mettant en péril l’unité nationale, la paix publique et le vivre ensemble, ne figure pas sur la liste des organisations non gouvernementales en République de Guinée, ni sur la liste des collectifs d’association en République de Guinée et encore moins dans le répertoire des organisations non gouvernementales agréées en République de Guinée »,

Oumar Sylla, alias Foniké Manguè, brutalisé par des forces policières lors d’une interpellation illégale.

Nombre d’analystes trouvent que cette décision est inutile. L’un d’entre eux se demande « pourquoi le CNRD et surtout son chef, Colonel Mamadi Doumbouya, a reçu les dirigeants du mouvement FNDC, si ce mouvement n’a pas d’acte de naissance ? Et quand Mory Condé parle de brutalité de mercenaires et d’armes, n’est-ce pas de gros mensonges ? Le cimetière de Bambeto, où Doumbouya et lui-même Mory Condé sont allés se recueillir, quelques jours après sa prise du pouvoir, n’est-ce des innocents tués par les forces militaires et paramilitaires qui reposent là-bas ? Les personnes tuées et blessées les 28 et 29 juillet derniers ne sont-elles pas des victimes de leurs forces armées ? Pourquoi ils refusent de dialoguer avec les forces vives de la nation ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies