Guinafnews

Abdourahmane Sano prend la parole : « Il y a un besoin évident de recadrage de la conduite de la transition »

Deux jours après son acquittement par le tribunal de première instance de Mafanco où il était poursuivi pour participation à une réunion non déclarée, l’ancien Coordinateur national du FNDC reprend la parole pour parler de la conduite de la transition par les militaires en Guinée.

A la faveur d’une conférence de presse animée ce vendredi,13 janvier 2023 au siège de la PCUD, Abdourahmane Sano après avoir brièvement parlé de ses récents ennuis judiciaires, a dit à qui veut l’entendre que la transition que traverse la Guinée a besoin d’un « recadrage »

 »Au regard du climat sociopolitique de plus en plus précaire qui prévaut actuellement dans notre pays. Il devient urgent que chacun œuvre davantage et avec sincérité, à la consolidation de la cohésion nationale et de la paix, à commencer par les autorités militaires. Il y a un besoin évident de recadrage de la conduite de la transition pour créer de véritables conditions d’un réel apaisement, d’une légitimité des actes, d’une fiabilité des acquis. C’est de cette façon que nous poserons ensemble les vraies bases d’une transition réussie  », a indiqué l’activiste de la société civile.

Plus loin, Abdourahmane Sano a envoyé un message aux nouvelles autorités pour redresser la transition qui semble selon lui, sur une mauvaise voie.

Poursuivant, l’ancien Coordinateur du FNDC souligne :  »Je ne peux pas dire avec certitude pourquoi j’ai été interpelé. Et sans être dupe, je voudrais éviter d’alimenter les supputations en ce moment très difficile pour notre pays, d’autant que je reconnais à l’État, le droit de renseignements et d’investigation dans les limites de la loi.
« Cependant, je retiens de la procédure qui a conduit à ce procès, qu’il y a encore du chemin à faire dans notre marche vers la démocratie. Et que, nos magistrats ont un rôle prépondérant et une responsabilité indéfinie dans la consolidation de l’État de droit et dans le respect de la dignité des Guinéens, condition fondamentale de la stabilité. Un système judiciaire indépendant et impartial est la pierre angulaire de la démocratie, l’unité nationale et de la bonne gouvernance  », a rappelé
 » Dans cette circonstance très évocatrice des droits de l’homme, je voudrais une pensée pour Oumar Sylla et Ibrahima Diallo pour qui, j’éprouve beaucoup de peines à voir en prison, plus pour leur opinion, que pour toute autre raison. J’exhorte les autorités à leur rendre au plus vite leur liberté. Il en est ainsi pour tous ceux qui sont en détention, en violation de leurs droits ».
Pour Abdourahmane Sano,  »notre pays est à la croisée des chemins et est encore davantage miné par ses travers d’hier. C’est pourquoi, conscient du poids de la division sociale sur l’unité et la stabilité de la nation, de la démission de l’élite qui affecte l’exercice et la jouissance de la citoyenneté, de la mauvaise gouvernance qui amplifie la prévarication et aggrave les inégalités, j’ai décidé de m’engager dans un idéal contraire, qui ne peut véritablement s’exprimer que par la prise de conscience au bénéfice de la citoyenneté. Ce choix qui n’est pas nouveau, est inébranlable et aucun sacrifice n’est de trop pour l’assumer. C’est pour cela que, pour moi, le plein exercice de la citoyenneté est une question de dignité. Le négocier, l’aliéner, l’abandonner ou ruser avec, est un acte de lâcheté« .
Pour ces raisons, il encourage « les autorités de la transition à examiner objectivement les fractures devenues nombreuses et à explorer les possibilités d’un recadrage strictement fondé sur l’intérêt de la nation à travers le citoyen guinéen. Ce serait un acte de grandeur sublime que seuls les dirigeants d’exception peuvent poser » et les exhorte « à un acte d’apaisement envers les acteurs sociaux en clandestinité et sous contrôle judiciaire et envers ceux qui sont en exil dans le respect de la loi. Ce serait un acte d’apaisement dont notre pays a plus que jamais besoin aujourd’hui« .

 

N’Daïry siam-magazine.com

Mouture de Khady THIAM

611 75 08 37

In. https://siam-magazine.com/420 et https://siam-magazine.com/421

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.