Guinafnews

Afrique subsaharienne : sur la corde raide

C’est une analyse publiée par le Fonds monétaire internationale (FMI) la semaine dernière (14 octobre 2022).

Elle indique notamment que : « la croissance de l’Afrique subsaharienne devrait s’établir à 3,6 % en 2022, soit un recul de plus d’un point de pourcentage par rapport à 2021. Ce recul tient pour l’essentiel au ralentissement international, au resserrement des conditions financières et à la volatilité des prix des produits de base ».

Que : « l’augmentation des prix des produits alimentaires et de l’énergie pénalise les populations les plus vulnérables de la région, tandis que la dette publique et l’inflation se situent à des niveaux jamais observés depuis des décennies ».

Que : « les bouleversements récents viennent s’ajouter aux effets d’une pandémie toujours d’actualité, si bien que les autorités sont aux prises avec la conjoncture la plus difficile et incertaine depuis de nombreuses années ».

Que : « l’aide internationale reste capitale pour répondre aux besoins actuels en matière de sécurité alimentaire et de transition vers les énergies vertes ».

Washington: L’activité économique de l’Afrique subsaharienne devrait fortement ralentir en 2022 et rester relativement modérée en 2023. Le ralentissement économique dans les pays avancés et les pays émergents, le resserrement des conditions financières et la volatilité des prix des produits de base ont mis à mal les progrès réalisés l’an dernier. Les perspectives demeurent très incertaines. Les pays de la région se retrouvent donc sur la corde raide, note le Fonds monétaire international (FMI) dans son dernier rapport sur les Perspectives économiques régionales pour l’Afrique subsaharienne.

Abebe Aemro Selassie, directeur du département Afrique du FMI.

« En fin d’année dernière, l’Afrique subsaharienne semblait emprunter la voie d’une reprise vigoureuse, au sortir d’une longue pandémie. Malheureusement, cette amélioration a été brutalement interrompue par les bouleversements sur les marchés internationaux, ce qui exerce de nouvelles pressions sur les dirigeants de la région », souligne Abebe Aemro Selassie, directeur du département Afrique du FMI.

La croissance de la région devrait ralentir de 4,7 % en 2021 à 3,6 % en 2022, en raison de l’atonie des investissements et d’une détérioration générale de sa balance commerciale. Les pays pauvres en ressources naturelles, dont la structure économique est plus diversifiée, continueront à figurer parmi les pays les plus dynamiques et les plus résilients de la région, avec une croissance de 4,6 % en 2022, contre 3,3 % pour les pays exportateurs de pétrole et 3,1 % pour les pays riches en autres ressources naturelles.

Faisant écho aux tendances mondiales, l’inflation a progressé de manière plus rapide et plus durable que prévu, tirée par l’augmentation des prix des produits alimentaires et énergétiques, qui représentent environ 50 % du panier de consommation de la région. La récente poussée d’inflation est certes moins spectaculaire quand on la compare aux moyennes historiques de l’Afrique subsaharienne, mais l’augmentation du coût de la vie confronte des millions de personnes à une insécurité alimentaire aiguë. Elle pourrait également freiner la croissance économique, et mettre en péril la stabilité sociale et politique.

Le récent bouleversement s’ajoute à la série de chocs subis ces dernières années, qui ont tous réduis la marge d’action des autorités de la région. La dette publique a atteint environ 60 % du PIB , soit un niveau d’endettement que la région n’avait pas connu depuis le début des années 2000. À cet égard, la part des fonds privés à coût plus élevé a augmenté dans la composition de la dette, avec pour conséquences une hausse des coûts du service de la dette et un accroissement des risques de refinancement. De fait, 19 des 35 pays à faible revenu de la région se trouvent en situation de surendettement ou présentent un risque élevé de surendettement.

Dans ce contexte, M. Selassie préconise quatre priorités pour l’action publique dans la région :

« Premièrement, compte tenu de l’aggravation de l’insécurité alimentaire, la priorité absolue est de protéger les plus vulnérables. Les maigres ressources disponibles doivent revenir aux personnes qui en ont le plus besoin. Il convient de supprimer progressivement les mesures d’urgence mal ciblées.

« Deuxièmement, afin de faire face à la montée de l’inflation et à la hausse des taux d’intérêt à l’échelle mondiale, les autorités doivent relever les taux directeurs de manière prudente, en surveillant de près les anticipations d’inflation et le stock des réserves de change.

« Troisièmement, les pays de la région doivent continuer de consolider leurs finances publiques afin de préserver leur viabilité budgétaire, à plus forte raison dans le contexte actuel de hausse des taux d’intérêt. Des cadres budgétaires à moyen terme crédibles, y compris pour la gestion efficace de la dette, peuvent contribuer à réduire les coûts d’emprunt. Pour certains pays présentant de fortes vulnérabilités liées à la dette, une restructuration ou un rééchelonnement de la dette pourrait s’imposer, ce qui met en évidence la nécessité d’améliorer la mise en œuvre du cadre commun du G20.

« Enfin, les dirigeants doivent créer les conditions propices à une croissance de qualité, sur fond d’accélération du changement climatique. Des solutions de financement privé innovantes ainsi que des réformes du secteur de l’énergie seront nécessaires pour permettre les investissements dans des infrastructures résilientes et vertes, et tirer parti des abondantes ressources d’énergie renouvelable de la région.

« Les appuis budgétaires, y compris les financements publics en faveur du développement et l’aide humanitaire, sont en recul depuis vingt ans, alors même que les besoins immédiats et de long terme de la région en matière de développement augmentent, notamment dans les domaines de la sécurité alimentaire et du changement climatique. Pour que l’Afrique subsaharienne suive une trajectoire de croissance à faible intensité de carbone et résiliente face aux chocs climatiques, elle devra bénéficier d’une aide renforcée, et notamment d’une augmentation des financements concessionnels.

« Depuis le début de la pandémie, le FMI a apporté une aide de près de 50 milliards de dollars à l’Afrique subsaharienne. De nouveaux programmes appuyés par le FMI (ex. : Bénin, Cabo Verde, Mozambique, Tanzanie et Zambie) comportent des mesures qui s’attaquent aux effets de la crise alimentaire. Le conseil d’administration vient en outre d’approuver une nouvelle fenêtre de financement « chocs alimentaires » pour aider nos pays membres qui subissent une situation d’insécurité alimentaire aiguë, un choc brutal sur les denrées alimentaires à l’importation ou un choc sur les exportations de céréales.

« Nous contribuons également à mobiliser de nouvelles entrées de capitaux en renforçant les capacités des pays et nous étoffons notre arsenal d’instruments de prêt avec notre nouveau fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, qui vise à octroyer des financements abordables aux pays pour qu’ils relèvent des défis structurels de plus long terme.

« Grâce à l’aide apportée, l’Afrique subsaharienne sera en mesure de tenir la promesse du « siècle africain », en contribuant à un avenir plus prospère et plus écologique pour la région et pour le monde. »

Source : Département de la communication du FMI

RELATIONS AVEC LES MÉDIAS

ATTACHÉ DE PRESSE: TATIANA MOSSOT

TÉLÉPHONE:+1 202 623-7100COURRIEL: MEDIA@IMF.ORG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.