Guinafnews

« Aucune situation d’exception ou d’urgence ne doit justifier les violations des droits humains ».

Même s’il lui a été reproché certaines décisions liées à la libérations de détenus, sans aucun jugement, on peut estimer que Me Alain Moriba Koné s’est fait montrer la porte de sortie du gouvernement pour le contenu du communiqué qu’il a signé et dans lequel il indique : « Le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme condamne fermement cet agissement des officiers de police judiciaire à l’encontre des citoyens qui n’ont commis aucune infraction d’ordre criminelle pour être traités de la sorte« .

Malheureusement pour le désormais ancien Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, membre des Barreaux de Guinée et du Québec (Canada), il n’a pas voulu croire que le CNRD cherchait à museler le FNDC dirigé par Oumar Sylla, alias Foniké Manguè. A-t-il voulu prendre des distances vis-à-vis des voies empruntées par les nouvelles autorités pour confisquer le pouvoir ?

De l’avis d’un acteur des forces vives, quand Me Moriba Koné, désormais ancien Ministre dit que : « Le Ministère de la justice et des droits de l’homme s’engage à privilégier l’indépendance de la justice et garantir aux citoyens l’exercice des droits et libertés fondamentaux dans le strict respect de la loi », c’est quelque part encourager les Juges patriotes, justes à prendre des décisions conformes aux lois et non de suivre les directives du pouvoir. Malheureusement pour les démocrates guinéens, son remplaçant, Alphonse Charles Wright, qui roule pour le Colonel Doumbouya et le CNRD, depuis son altercation avec le Colonel Bala Samoura, Haut comandant de la Gendarmerie« .

 

Lisez le communiqué signé du Ministre Alain Moriba Koné

Communiqué du Ministère de la justice et des Droits de l’Homme

 

Le ministère de la justice et des Droits de l’Homme, informe l’opinion publique nationale que depuis 24 heures, la justice guinéenne est au cœur des débats publics dans les médias et les réseaux sociaux, liés à la procédure judiciaire contre les sieurs Oumar SYLLA alias Foniké Mengué, Alpha Midiaou BAH alias Djanii Alpha et Billo BAH, tous membres du FNDC.

Pour avoir dénoncé les conditions d’arrestation de leader du FNDC, le Ministre de la Justice, Alain Moriba Koné a été limogé.

En effet, le mardi 5 Juillet 2022, dans après-midi, des OPJ ont procédé à leurs interprétations dans des conditions non conformes à la loi et au respect des droits de l’homme.

Le ministère de la justice et des Droits de l’Homme déplore ce manquement qui n’obéit à aucune procédure judiciaire en vigueur dans notre pays.

Le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme condamne fermement cet agissement des officiers de police judiciaire à l’encontre des citoyens qui n’ont commis aucune infraction d’ordre criminelle pour être traités de la sorte.

C’est pourquoi, le ministère de la justice et des Droits de l’Homme, présente des excuses les plus sincères au peuple de Guinée et à toutes les personnes qui ont été choquées par cet acte venant de certains éléments de nos forces de sécurité. Cela n’est nullement le vœu, encore moins la volonté du chef de l’Etat le Colonel Mamadi Doumbouya et son gouvernement.

« Aucune situation d’exception ou d’urgence ne doit justifier les violations des droits humains ».

Le Ministère de la justice et des droits de l’homme, rassure les citoyens d’œuvrer dans tous les sens pour éviter que de telle situation regrettable ne se reproduise.

Le Ministère de la justice et des droits de l’homme s’engage à privilégier l’indépendance de la justice et garantir aux citoyens l’exercice des droits et libertés fondamentaux dans le strict respect de la loi.

 

Fait, à Conakry le 6 Juillet 2022  

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.