Guinafnews

« La Guinée n’est pas pour une ethnie, ni pour une famille, ni pour une région naturelle. C’est pour tous les Guinéens ».

Pour cette Aïd-El-Kébir, le 1er Imam de la Grande Mosquée de Conakry, El-Hadj Mamadou Saliou Camara, dans son sermon, a livré un message d’unité et de fraternité, en indiquant notamment : « …la Guinée n’est pas pour une ethnie, ni pour une famille, ni pour une région naturelle. C’est pour tous les Guinéens. Et nous devons être ensemble pour gagner ». C’était en présence Colonel Mamadi Doumbouya, Président de la Transition.

L’Imam a indiqué que : « l’esprit d’un bon musulman doit être saint. Il faut qu’il aime le bien pour les autres comme il l’aime pour soi-même. Nous devons laver nos cœurs pour s’aimer entre nous et aimer notre belle patrie. Dieu a accordé à la Guinée tout ce que l’homme peut espérer. Ce qui nous manque, c’est la ressource humaine. Alors je demande aux Guinéens d’être ensemble et d’oublier l’esprit ethnocentrique, l’esprit de tribalisme et régionaliste« .

Ce message sera-t-il bien compris par les nouvelles autorités du pays qui ne semblent pas réaliser qu’elles ont engagé le pays dans un système d’ethnostratégie et de régionalisme sur lequel l’ex président Alpha Condé avait construit son pouvoir. « L’euphorie du changement de régime le 5 septembre (2021) a cédé le terrain à des analyses sociopolitiques teintées d’ethnocentrisme et de régionalisme. A chaque nomination, on ne voit que le nom et l’origine régionale des personnes. C’est malheureux… c’est vrai que cette fois-ci les peuls ne sont pas exclus comme c’était le cas sous Alpha Condé. Mais on doit déplorer que c’est d’abord Siguiri, Kankan et Faranah, ensuite le reste de la Haute-Guinée, et enfin le reste du pays« , analyse un observateur.

Face à cette situation, l’Imam Mamadou Saliou Camara, souligne : « il faut qu’on se donne la main. Parce que la Guinée n’est pas pour une ethnie, ni pour une famille, ni pour une région naturelle. C’est pour tous les Guinéens. Et nous devons être ensemble pour gagner… Il faut que cette fois-ci ça marche. Parce qu’on ne peut pas rester en Guinée si ça ne marche pas. Si ça ne marche pas, on va mourir de faim et dans la pauvreté pendant qu’on a tout ».

Il a rappelé que : « on a été colonisés pendant 60 ans par les blancs. On s’est unis, on est tombé d’accord pour qu’ils quittent le pays parce que ça n’allait pas en notre faveur. Ils sont partis sans la guerre. Après, c’est un président guinéen qui nous a dirigés, Ahmed Sékou Touré (26 ans). Avec lui, on a dit que ça n’a pas marché, il a quitté. Le président Lansana Conté a fait 24 ans. Tout le monde a dit ça ne marche pas. Dadis Camara est venu là également on a dit encore que ça n’a pas marché. Avec Sékouba Konaté, ça n’a pas marché. Durant les 11 ans d’Alpha Condé, ça n’a pas marché », et indiqué : « il faut qu’on se donne la main pour que ça marche cette fois. Pour ce faire, il faut bannir les considérations ethnique et régionalistes … Nous voulons que les Guinéens tout court soient ensemble pour construire notre pays ».

Les gens sont allés faire leurs prières, mais on sent la crise économique et la tension sociopolitique. Colonel Doumbouya et ses camarades du CNRD vont-ils rectifier le tir, afin d’éviter que le pays ne soit sanctionner par la communauté internationale ?

 

M. A. BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.