Guinafnews

Bilan 2022: une année d’idylle entre Mamadi Doumbouya et la presse.

Jamais autant de journalistes n’ont été nommés à des postes de responsabilité que cette année 2022 qui s’est achevée. Près d’une trentaine !

La dernière nomination était celle de Ansoumane Toumani Camara, journaliste à la RTG, qui a été promu le 30 décembre  Directeur de l’Information et des relations Publiques de l’Armée (DIRPA).Le journaliste d’Espace FM Moussa Moise Sylla qui était déjà le directeur de la communication et de l’information de la Présidence avait été aussi nommé le 2 décembre 2022 cumulativement Président du Conseil d’Administration de l’Institut National de l’Audiovisuel. Au sein du même conseil d’administration, ont été nommés les journalistes Cheick Sadibou N’Doye de Djoma Media, Ibrahima Diallo d’Afrik Info Media, et le journaliste réalisateur de la RTG Fodé Georges Soumah.

Avant eux, le 7 mai, le journaliste et ancien directeur du journal Le Défi  Thierno Mamadou Bah, conseiller personnel du Président de la République, avait été nommé Président du Conseil d’administration de l’Office Guinéen de Publicité. Il siège dans ce conseil d’administration avec une autre journaliste de la RTG, Madame Adèle Koné Camara, cheffe de Cabinet du ministère de l’Information.

Plusieurs journalistes s’étaient taillés naturellement la part du lion dans le ministère de la communication lors des nominations du 15 avril dernier. En effet, Nestor Sovogui devint l’inspecteur général, Boubacar Bah dit Azoca du Lynx est promu directeur national adjoint de la communication et des Relations avec les Medias Privés. Dans le même décret, la correspondante de BBC en Guinée Makème Bamba est bombardée directrice des Radios Rurales, le journaliste spécialiste des chroniques judicaires de la RTG Abdoulaye Djibril Diallo est nommé Directeur général du Centre de formation et de Perfectionnement en Technique de l’Information et de la Communication et avec comme adjointe la journaliste  Hadiatou Yaya Sall de Sabari Fm. Quant à Ibrahima Koné du journal Le Régional Infos, il a été promu directeur général de Horoya et avec comme directrice adjointe, la journaliste Mame Diallo de Guineenews tandis que François Mara a été nommé DG de  l’Agence Guinéenne de Presse et comme adjointe Fatoumata Diaraye Diallo, journaliste chez GuinéeBuzz.

Et comme si cela ne suffisait pas, d’autres journalistes ont été nommés dans d’autres secteurs. D’abord, dans la diplomatie, la journaliste Hadja Fanta Sow de la RTG a été nommée à l’Ambassade de Guinée à Addis-Abeba, le trublion Mohamed Kaba de FIM FM est parti à la Mission Permanente de la Guinée à Genève, Joséphine Béavogui de Horoya est mutée à l’Ambassade de Guinée à Dakar et l’iconoclaste Antoine Kourouma d’Espace FM débarque comme diplomate à Bruxelles.

Ensuite, le correspondant de Guinéenews à Genève Thierno Mamadou Barry est nommé Directeur Général de l’Agence Guinéenne de Sécurité Routière (AGUISER), et le correspondant de Guinéenews à Paris Korka Bah dit Eric Korka est promu directeur du service de modernisation du système informatique du Ministère de la Sécurité.

Tous ces noms viennent allonger une liste d’hommes ou d’anciens hommes de médias qui avaient été préalablement nommés. Il s’agit du ministre de l’Enseignement Technique de la Formation Professionnelle, Alpha Bacar Barry, ancien correspondant d’AfricaGuinée et de son secrétaire général Dr Youssouf Boundou Sylla, ancien coordinateur de Guinéenews. Il en est de même de Souleymane Tchanguel Bah du Lynx nommé secrétaire général au ministère de l’Information et de la Communication et de Mandjan Sidibé, ancien correspondant de Guinéenews au Gabon.

Aucune poursuite judiciaire contre aucun journaliste !

Si sous le régime d’Alpha Condé, quatre journalistes ont été placés sous mandat de dépôt à la Maison Centrale de Conakry pour des délits de presse, à savoir le journaliste sportif et historien Amadou Djouldé Diallo de la RTG, Ibrahima Sadio Bah de la RTG, Lansana Camara de Conakrylive et Saliou Diallo de Nouvelles de Guinée, le régime militaire au pouvoir n’a pas engagé de  poursuite judiciaire contre aucun journaliste.

Les quatre brèves interpellations de journaliste par la police, la gendarmerie ou dans un camp militaire n’ont pas abouti à des poursuites judiciaires, et tous les cas de délits de presse ont été réglés à la Haute Autorité de la Communication. Conséquence : aucun journaliste n’a été poursuivi en justice en 2022, à fortiori placé sous mandat de dépôt à la Maison Centrale!

Valorisation de la subvention des médias et les Maisons de la presse

En 2022, le Colonel Mamadi Doumbouya promit au début de l’année 2022 une revalorisation de la subvention que l’Etat accorde aux médias privés, qui était figée à 3 milliards FG depuis 2009. Cette promesse sera tenue par le doublement de ce montant dans la Loi des finances rectificative.

De même, il octroiera une Maison de la presse à Conakry, Kankan, Mamou, Nzérékoré et Kindia. Avant d’équiper la Maison de la presse de Conakry.

La Radiotélévision Guinéenne de Boulbinet qui n’émettait plus depuis plusieurs années, a été entièrement dotée d’équipements ultramodernes et émet désormais sur satellite.

Cette relation entre le Colonel Doumbouya et la presse guinéenne qui a commencé par un flirt le 22 septembre 2021 lors des concertations au Palais du Peuple, s’est ainsi  muée en une  idylle tout au long de l’année 2022. Pourvu que ça dure !

Alpha Abdoulaye DIALLO

lepopulaireguinee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.