Guinafnews

Il existe un « plan machiavélique, diabolique pour mettre de côté tous ceux qui ont la légitimité de hisser haut les destinées de notre pays ».

Sékou Koundouno, Responsable des Stratégies et planification du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) appelle à la mobilisation des guinéens face à la junte militaire. Il rappelle que le FNDC a lutté contre le 3ème mandat d’Alpha Condé : « ce combat, nous l’avons mené avec beaucoup de sacrifices. Nos compatriotes, nos frères et sœurs sont morts pendant cette lutte. Des personnes ont été handicapées à vie. Il y en a qui ont fait la prison et d’autres qui ont connu l’exil’’. 

Il estime qu’il existe un « plan machiavélique, diabolique pour mettre de côté tous ceux qui ont la légitimité de hisser haut les destinées de notre pays. C’est pourquoi, nous estimons que l’heure est plus grave. C’est le moment de se rassembler. L’heure n’est plus à la division et aux querelles intestines mais plutôt se donner les mains« . Il souligne : « Nous avions tous estimé qu’au lendemain du 5 septembre 2021, les évènements douloureux que nous avons connus étaient complétement derrière nous. Mais très fort malheureusement, nous avons été surpris que les mêmes réalités, les mêmes pratiques liberticides continuent dans notre pays.  A l’instant où je vous parle, nous avons une dizaine de nos compatriotes qui ont été lâchement assassinés par Mamadi Doumbouya. Nous avons des compatriotes, des amis qui continuent à croupir injustement en prison. Nous avons aussi des camarades, des amis qui sont empêchés de sortir du territoire national »

Cependant, Sékou Koundouno reste optimiste :  « L’espoir n’est pas du tout perdu. Nous aurons des élections où tous les candidats vont compétir librement. Mamadi Doumbouya aura un seul choix, je vous le dis la main sur le Saint Coran, soit il laisse les guinéens exprimer librement leur choix, on fait l’élection avec lui ou il s’engage à défier le peuple et on fera les élections sans lui (…) il faut que chaque guinéen puisse contribuer à sa façon. Que ceux peuvent lire le Saint Coran, la Bible ou ceux qui peuvent lutter dans les règles de l’art le fassent. Mais on ne peut pas laisser notre pays dans les mains de gens mal intentionnés, des narcotrafiquants qui n’ont qu’un seul objectif : créer des problèmes et nous faire perdre l’espoir que nous avait accumulé durant des décennies. La lutte n’est pas du tout perdue ».

Poursuivant, il explique : « si vous voyez qu’aucune action n’est entreprise, c’est parce que la Cedeao nous a dit d’attendre et qu’ils vont essayer de mener des actions pour les faire revenir à la raison. Le jour où la Cedeao va délivrer officiellement les limites de ses initiatives, je puis vous rassurer que les forces vives vont prendre toutes les mesures nécessaires pour faire venir ces narcotrafiquants à la raison. On ne peut pas comprendre que quelqu’un qui n’a pas son brevet secondaire puisse prétendre être plus patriote, engagé à changer la Guinée« .

Pour un commentateur, « c’est aux acteurs politiques et des forces sociales de démontrer au G5 Guinée leurs responsabilités dans le pourrissement de la situation sociopolitique en Guinée. En commençant par dire à l’Ambassade américaine qu’elle a coupé l’herbe sous les pieds de la Cedeao. Les autorités guinéennes actuelles sont issues d’un coup d’État. Ils le savent bien et celles-ci étaient le bras armé de la dictature d’Alpha Condé, président très mal élu. En tout cas, c’est sur ce terrain qu’il faut savoir se battre et non dans les manifestations toujours réprimées dans les mêmes zones de la commune de Ratoma, même si les protestations sont faites à Kassa ou Yomou ».

Mamadou B. BAH

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.