Contre La sansure

Démarrage du débat d’orientation constitutionnel initié par le Conseil National de la Transition (CNT)

0

En présence du PM Bernard Goumou et de nombreux membres de son gouvernement, des présidents des institutions, Dr Dansa Kourouma a procédé au lancement officiel des travaux du débat d’orientation constitutionnel.

Il a soutenu que « le débat d’orientation constitutionnel, que nous allons avoir, n’est pas d’ordre disciplinaire ou académique, comme ce fut le cas du symposium en février dernier (…) Le débat d’orientation constitutionnel est alors un moment majeur de la Transition, conviant toutes les composantes de la Nation à donner leurs avis, formuler leurs propositions sur les grandes lignes de la nouvelle Constitution, collecter, disséquer et clarifier les positions respectives des partis politiques, des organisations de la société civile, les syndicats et les autres organisations professionnelles pertinentes« .

Des membres du CNRD et du gouvernement de transition ont prit part au lancement du débat.

Précisant que ce débat d’orientation de « réfléchir ensemble, sans complaisance, ni restriction mentale d’aucune sorte, pour choisir notre orientation constitutionnelle, poser les balises juridiques et politiques utiles au succès espéré de la Transition », le président du CNT souligne que : « les travaux un rendez-vous essentiel en amont de l’élaboration de la Constitution, qui vise l’intériorisation profonde du futur ordre constitutionnel dans la culture politique et dans le mode de vie civique de nos populations. L’objectif est de repenser la réorganisation de l’espace politique guinéen, à la lumière de notre histoire constitutionnelle« .

« La constitution est déjà prête… »

Pour un commentateur, « le CNRD et son gouvernement ont déjà fini la rédaction. La constitution est déjà prête. Rappelez-vous comment ils ont tenu le cadre de dialogue des facilitatrices. Tous les documents étaient prêts. Dans 15 jours, ils vont les sortir pour dire que ce sont les résultats du débat. Le problème, c’est que les forces vives ne comprennent pas qu’ils faut bien suivre ces gens pour les vaincre… ce n’est pas avec les marches pacifiques qu’elles vont aider leurs causes. C’est en les surveillant dans l’exécution des étapes du chronogramme de 24 mois, devant finir en décembre 2024 pour un retour à l’ordre constitutionnel le 1er janvier 2025″.

Le Secrétaire général de l’Union interparlementaire, le camerounais, Martin Chungong a prit part à la cérémonie.

Mamadou S. Fadi DIALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

× Comment puis-je vous aider ?