Guinafnews

Entretien avec Ibrahima Sory Baldé: « les manifestations du FNDC devraient être des mouvements de soutien à la médiation de la Cedeao.»

Par actu21.com

Dans la rubrique “Entretien” nous avons donné la parole à Ibrahima Sory BALDÉ, guinéen de l’étranger vivant à Laval, dans la région métropolitaine de Montréal (Québec) au Canada. Avec lui, nous abordons les questions liées à l’actualité sociale et politique du pays. Sur la question du rôle de la presse guinéenne dans le traitement de l’information durant cette transition, l’ancien journaliste, natif de la sous/préfecture de Yembering, Préfecture de Mali et ancien membre du Comité National du RPG arc-en-ciel (nommé et non élu, précise-t-il), estime que la presse n’est pas dans les conditions minimales d’exercer correctement car presque partout, les sources d’informations officielles sont inaccessibles, en raison de la gouvernance politique. La faiblesse des revenus publicitaires limite les moyens financiers ; donc elle travaille dans des conditions difficiles.

Lisez l’entretien

 

Dans quelques semaines le Coup d’État militaire fera un an! Quelle analyse faites-vous de la gestion de la transition par l la junte militaire au pouvoir depuis le 5 septembre dernier ?
Très déçu depuis la composition du CNT. Aux premières heures du putsch, à travers guinafnews.org, j’ai apporté un soutien total à la junte et suggéré des solutions…
Je ne suis pas de ceux qui vont regretter le régime d’Alpha Condé, un ami jusqu’en décembre 2012. Nos relations étaient excellentes et, je ne cesserais de le rappeler, lors de mon mariage à Dakar, en novembre 1987, il a été le principal bailleur de fonds. Nos relations ont fait que j’ai été nommé membre du Comité Central du RPG arc-en-ciel. Je n’ai pas été un bon militant, étant plus journaliste que politique.

Pour revenir au régime CNRD, je dois dire que je suis très déçu et souhaite une transition réellement inclusive, comme je l’ai écrit samedi dans guinafnews (*). Ce régime est en train compliquer la situation.

Ces derniers temps la situation sociale et politique du pays reste tendue à cause d’une incompréhension entre la junte militaire et une frange de la classe politique et les organisations de la société civile guinéenne. Un désaccord qui a conduit le FNDC à mettre les citoyens dans les rues faisant ainsi des morts. Selon vous quelle est la solution pour mettre fin à cette tension ?
Je crois que la majorité des guinéens de tous les coins et de toutes les ethnies est Fndc. C’est un mouvement citoyen qui veut une Guinée unie, prospère … des populations vivant en harmonie partout à travers le monde, surtout ici en Guinée. Moi je suis FNDC et ne suis militant d’aucun parti politique. Je suis Fndc et les autorités civiles guinéennes ont trompé les gens du CNRD en prenant cette décision inutile de dissoudre le mouvement.
Pour revenir à votre question, les manifestations du Fndc devraient être des mouvements de soutien à la médiation de la Cedeao. Et cela devrait également se faire dans toutes les villes à travers le monde, notamment les capitales des pays de la Cedeao.
Le gouvernement doit libérer les détenus politiques du FNDC et ceux du RPG arc-en-ciel pour qu’ils puissent participer au dialogue.

Ce gouvernement doit mettre fin à ces arrestations et détentions arbitraires.
Je suis de l’Axe et je peux vous dire que les militaires et paramilitaires provoquent les populations chez elles. Le reste vous savez… tueries, blessures, violences et même viols

À Travers une série de décrets publiés ce samedi 20 août ,col Mamadi Doumbouya a nommé un nouveau PM ! Quelle est votre réaction et attente à l’endroit de Dr Bernard Gomou?
Personnellement, j’aurais souhaité que la nomination d’un nouveau gouvernement ne soit faite que suite à une concertation avec les forces vives dont l’Ufdg, l’UFR et le Rpg arc-en-ciel.

Il nous faut un gouvernement d’union nationale car, le CNRD et ses alliés politiques et sociaux ont échoué.
La Guinée ne doit pas, de nouveau, manquer son départ comme en 1958, avec Sékou Touré, en 1984, avec Lansana Conté et surtout sous Alpha Condé… mon ami qui a réinventé l’ethnostratégie.
Donc, ces décrets ne vont rien changer dans la conduite des affaires. La misère et les autres crises sociopolitiques vont encore rester. Ça prend des mesures plus fortes.

Quelle lecture faites-vous du traitement de l’information par les professionnels de presse guinéenne pendant cette transition ?
C’est pas facile de répondre à cette question. Cette presse n’est pas dans les conditions minimales d’exercer correctement. Comme presque partout, les sources d’informations officielles sont inaccessibles, en raison de la gouvernance politique. La faiblesse des revenus publicitaires limite les moyens financiers ; donc vous travaillez dans des conditions difficiles… Gagner sa vie dans ce contexte est pratiquement impossible. Ça prend un soutien… derrière chaque média il y a des intérêts politiques ou économiques. Comment faire ?
De nombreux journalistes font partie des gens qui tirent le diable par la queue. J’espère avoir répondu… mais l’environnement de travail est difficile.

Votre piste de solution pour une sortie de crise?
Le dialogue sous les auspices de la Cedeao. Les partis politiques et le FNDC doivent privilégier cette voie. Le CNRD et ses alliés doivent comprendre que les Cellou Dalein, Sidya Touré, Kassory Fofana, Foniké Manguè, etc., sont des patriotes avec lesquels ils doivent dialoguer. Que ce sont des millions de guinéens qui se reconnaissent en eux.
Dans les cas de Sidya et Cellou, disons que si les résultats des élections avaient été respectés, ils auraient pu être, l’un ou l’autre, le  président élu. Comme vous, je l’ai appris à travers des déclarations faites par des proches d’Alpha Condé, sur la présidentielle de 2010.
En résumé, il faut un gouvernement d’union nationale et un CNT renouvelé avec 75 membres désignés par le CNRD et 74 par l’UFDG, l’UFR et le RPG arc-en-ciel, avec d’autres coalitions politiques et le FNDC.

Votre mot de la fin?
Rien de particulier sinon que j’insiste sur la nécessité d’organiser des manifestations de soutien à la médiation de la Cedeao. C’est là que nous trouverons les solutions.
J’aimerais revenir sur la question précédente pour dire qu’il serait bien indiqué qu’il ait des conseils préfectoraux de la transition pour que les idées partent des citoyens à la base pour être remontés au niveau national.
Financement ? La communauté internationale mettra les moyens.

 

Entretien réalisé par SAYON CAMARA

625254656/ camarasayon625@gmail.com

(*) https://guinafnews.org/7817-2/

In. http://actu21.com/2022/08/21/entretien-avec-ibrahima-sory-balde-les-manifestations-du-fndc-devraient-etre-des-mouvements-de-soutien-a-la-mediation-de-la-cedeao/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.