Guinafnews

L’U.E. accorde d’autres miettes pour ‘soutenir’ les victimes des massacres et viols du 28 septembre 2009

Le Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme a reçu mardi dernier l’ambassadrice de l’Union Européenne, Mme Jolita Pons. À sa sortie, la diplomate européenne a informé que « cette année encore, on a dégagé 1 million d’euro pour le soutien des victimes et à ce jour, on a soutenu 450 victimes et nous allons les soutenir tout au long du procès ».

Avec le Ministre Alphonse Charles Wright, Mme Jolita Pons rapporte : «Nous avons abordé les modalités à la requête du ministre de la justice qui est la formation des magistrats que nous allons examiner, cela fera partie de notre accompagnement global de la transition à déterminer. Nous restons engagés sur toutes les questions de droits de l’Homme notamment l’accès à la justice qui est un aspect fondamental de l’Etat de droit. Nous avons par exemple un projet pour renforcer l’accès à la justice pour les populations les plus vulnérables. Moi-même, j’ai visité une maison de justice à Labé et j’ai pu constater que le soutien apporté par l’Union Européenne aide vraiment les personnes sur place les plus démunies à pallier aux crimes et injustices qui ont été faites ».

« …on veut des structures qui nous aident à nous prendre en charge »

Mais pour certaines victimes, « ces aides, nous en entendons parler. Ce n’est pas en formant du personnel de l’administration et des ONGs que l’on va nous aider. Il faudrait que ceux qui aident le fassent autrement. En nous aidant directement à nous prendre en charge. Qu’ils aident nos défenseurs ok, mais qu’ils vérifient surtout si l’aide qu’ils apportent aux magistrats et autres services publics sert la démocratie, le respect des droits humains. Des magistrats, officiers militaires et de police vont faire du tourisme dans leurs pays (Union européenne et Etats-Unis, principalement), mais n’est-ce pas les mêmes qui reviennent ici pour massacrer la Justice ? Nous on veut des structures qui nous aident à nous prendre en charge ».

Pour un binational, « les montants de ces aides sont no seulement ridicules, mais elles servent d’abord à payer les personnes ressources venant des pays donateurs. Dans leurs formes actuelles, ces aides n’aident pas... Ce qu’il faut, c’est identifier les victimes et les accompagner dans des entreprises qui les permettront de se prendre en charge concrètement. Si cela est fait, on saura que même si ce ne sont seulement que des produits commerciaux de ces pays que les bénéficiaires pouvaient revendre sur le marché ici, cela les aiderait mieux que le système actuel. L’occident qui dit qu’il aide, depuis des années, à quoi ces aides ont-elles servi ? N’est-ce pas seulement à endetter nos pays ? ».

Brehim Ould MAHMOUD

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.