Guinafnews
Votre pub ici 728

Moussa Faki Mahamat (UA): «Il y a manifestement une violation de l’engagement» pris par le président tchadien

0

C’est un homme qui a une parole médiatique rare. En marge du XVIIIe sommet de la Francophonie, à Djerba, le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a cependant accepté d’accorder une interview conjointe à RFI et France 24. Il revient notamment sur les débats qui ont eu lieu au sein du Conseil paix et sécurité de l’UA sur une éventuelle suspension du Tchad. Il conteste que son point de vue sur le fonctionnement de la transition tchadienne soit dicté par un agenda personnel. « Les contreparties de l’attitude clémente de l’UA, explique-t-il, n’ont pas été respectées. » 

Marc Perelman: On va commencer par la situation dans l’est de la RDC. Les combats se poursuivent. Les pays de l’Afrique de l’Est sont en train de déployer une force régionale. Les efforts diplomatiques se multiplient. Alors une question simple, mais grave: est-ce que vous pensez qu’une solution diplomatique est encore possible ou est-ce que vous craignez un embrasement régional ?

Moussa Faki Mahamat: Cette situation n’est malheureusement pas nouvelle. Depuis pratiquement plus de deux décennies, l’est du Congo est en troubles. C’est éprouvant pour le peuple congolais. C’est éprouvant pour son voisinage, c’est éprouvant pour l’ensemble du continent. Mais dans ce genre de conflit, nécessairement, il faut trouver une solution politique. Donc, le processus qui est engagé à Nairobi avec la communauté est-africaine, les efforts du président d’Angola [João Lourenço], qui a été désigné par l’Union africaine comme facilitateur, je crois que ces efforts combinés doivent nous amener à trouver une solution politique, en tout cas c’est ce qu’on préfère.

Laurent Correau: Alors justement, les autorités congolaises refusent de discuter avec le M23 qu’elles considèrent comme un groupe terroriste. Est-ce que cela ne fragilise pas la recherche d’une solution négociée ?

M.F.M.: À écouter l’envoyé spécial, l’ancien président du Kenya Uhuru Kenyatta, les discussions de Nairobi doivent continuer. C’est aux Congolais bien entendu de déterminer quels sont ceux qui vont prendre part. Mais, il est souhaitable dans le cadre de la recherche de la paix que le processus soit le plus inclusif possible. C’est notre souhait. De toutes les façons, ce sont les parties elles-mêmes qui savent de quoi il s’agit.

M.P.: La situation au Tchad, les autorités ont décidé de prolonger la transition, d’ouvrir la possibilité au chef de la junte, Mahamat Idriss Déby, d’être candidat aux élections à venir. Il y a eu les événements tragiques du 20 octobre où une manifestation a été réprimée dans le sang. Dans un rapport que vous avez remis au Conseil paix et sécurité de l’Union africaine, vous avez demandé la suspension du Tchad en affirmant que c’est nécessaire pour « sauvegarder un minimum de crédibilité et être cohérent avec les situations dans d’autres pays, à savoir le Mali, le Burkina Faso, la Guinée et le Soudan ». Cela pose la question: est-ce que la crédibilité de l’Union africaine a été mise à mal dans cette affaire ?

M.F.M.: Je crois qu’il est nécessaire de situer les choses dans leur contexte. En avril 2021, le président de la République du Tchad, le maréchal Idriss Déby, a trouvé la mort de manière violente, paix à son âme. Et à ce moment, contrairement à la pratique de l’Union africaine qui, en cas de changement non-constitutionnel, suspend presque automatiquement l’État, l’Union africaine, notamment le Conseil paix et sécurité, a envoyé une mission sur place pour pouvoir examiner les circonstances particulières qui ont conduit à la mort du président. Et l’Union africaine, à travers son organe compétent qui est le CPS [Conseil de paix et de sécurité], a décidé de ne pas suspendre le Tchad, mais sa décision comporte pratiquement les dispositions ou les décisions qui sont généralement prises en cas de changements non-constitutionnels, notamment en insistant sur un délai de 18 mois non renouvelable et l’inéligibilité des militaires qui sont à la tête du Conseil militaire de transition.

Dix-huit mois après, il y a eu le dialogue qui a été organisé. Et donc, ces deux conditions qui sont la contrepartie de l’attitude clémente de l’Union africaine n’ont pas été respectées. Et naturellement, donc en tant que président de la Commission en charge de mettre en œuvre les décisions de ces organes, j’ai présenté un rapport que certains ont trouvé accablant ou qualifié de réquisitoire, mais moi, je le trouve plutôt exigeant. Exigeant et clair, d’autant plus qu’il y a manifestement une violation des décisions et des principes [de l’Union Africaine] et de l’engagement pris par le président du Conseil militaire de transition.

J’ai donc soumis ce rapport au Conseil paix et sécurité. En plus, il y a eu ces événements que vous citez, qui marquent pratiquement la fin de ces 18 mois. Ils ont été réprimés violemment. Et naturellement, tout cela, je devais le porter à l’attention de l’organe qui est en charge. Le CPS a discuté de la question, il n’a pas encore vidé le sujet. Il a suspendu ses travaux. Et je crois qu’il va les reprendre avant la fin de ce mois.

M.P.: Il ne vous a pas suivi. Est-ce que ce n’est pas quand même un problème de crédibilité ?

M.F.M.: De toutes les façons, la décision n’est pas encore prise. Il y a un certain nombre d’États qui ont estimé qu’il faut suspendre le Tchad, à l’exemple des autres pays. D’autres ont estimé qu’il ne faut pas le faire. Et puisque c’est une décision de fond, pour que la décision soit prise dans un sens ou dans un autre, il faut recueillir les deux tiers. C’est la raison pour laquelle je crois qu’ils ne sont pas arrivés à ça. Et la séance a été reportée pour reprendre. Quelle que soit la décision, nous allons la mettre en œuvre bien entendu.

L.C.: Justement, comment expliquez-vous que, pour certains pays comme le Mali, la Guinée, le Burkina Faso, l‘Union africaine parvient à rappeler les principes, à les poser alors que pour le Tchad, elle a plus de difficultés. Est-ce qu’il y a une exception tchadienne ? Est-ce qu’il y a eu des pressions à ce sujet sur le Conseil paix et sécurité ?

M.F.M. : Je ne sais pas. Le Conseil paix et sécurité est composé de 15 États qui représentent l’ensemble du continent. Cet organe permanent est en charge des questions de paix et de sécurité. Et donc, c’est aux États membres de pouvoir discuter et de prendre une décision. Manifestement, dans ce cas, il y a une violation parce qu’un répit a été donné aux autorités de la transition. Mais finalement, elles n’ont pas appliqué les décisions qui ont été prises par le Conseil paix et sécurité. C’est ça la réalité.

L.C. : Mais je vous repose ma question : pourquoi le Conseil paix et sécurité ne parvient-il pas à se prononcer sur le Tchad alors qu’il y est arrivé sur d’autres pays ?

M.F.M. : Ce sont des États pris individuellement et qui expriment leur point de vue sur la question.

M.P. : Vous avez mentionné évidemment les événements du 20 octobre. Les autorités tchadiennes affirment que ce n’était pas un mouvement de protestation, mais que c’était une insurrection qui était planifiée. Est-ce que cet argument vous convainc ?

M.F.M. : De toutes les façons, quel que soit le cas de figure, dénombrer officiellement plus de 50 morts et 300 blessés pour une manifestation de civils me semble une utilisation abusive des armes. Et donc, bien entendu, il y aura, je l’espère, des enquêtes indépendantes, mais le fait lui-même d’une manifestation dans des villes et qu’il y ait autant de victimes me semble quelque chose d’extrêmement grave.

L.C. : Le gouvernement tchadien vous accuse de vouloir sanctionner le Tchad coûte que coûte. Il affirme que vous faites tout cela parce que vous souhaitez être candidat à la présidentielle tchadienne à la fin de la transition. Comment réagissez-vous à ces accusations ?

M.F.M. : Sur cette question de candidature ou pas… je suis un citoyen tchadien. Et tout citoyen tchadien qui remplit les conditions peut à un moment ou à un autre avoir des ambitions, ou un projet pour son pays. Je crois qu’il y a un amalgame entretenu sciemment. Au départ, on m’a accusé de vouloir faire la part belle à mon pays qui a échappé à la suspension, maintenant c’est le contraire. Donc, je crois que c’est une querelle politicienne sur laquelle on veut m’entraîner. En tout cas, je ne tomberai pas dans ce piège. Ce qui est évident, en tant que président de la Commission de l’Union africaine, c’est que je suis assermenté et que je dois vraiment situer les choses dans leur contexte. J’ai soumis un rapport et personne ne conteste aujourd’hui que les conditions qui ont été mises par le Conseil paix et sécurité ont été allègrement négligées, voire violées. C’est là la réalité.

M.P.: Mais vous venez de dire que tout citoyen tchadien qualifié peut être candidat. Donc, cela pose quand même la question : est-ce que vous excluez ou pas toute candidature à la prochaine élection présidentielle ?

M.F.M. : Est-ce que c’est le sujet ?

M.P.: C’est le sujet d’après le gouvernement tchadien…

M.F.M. : Il y a 18 ans et demi,en 2004, votre confrère Christophe Boisbouvier me posait la question quand j’étais encore Premier ministre, si j’étais le dauphin du président Déby. Donc, cette question pour moi, elle revient très souvent. Je ne sais pas si je représente le portrait-robot (rires) de ce fameux candidat, mais je ne pense pas que le problème soit à ce niveau.

M.P.: Mais vous n’excluez pas une candidature quand même dans l’avenir ?

M.F.M. : Je ne suis candidat à rien. Je suis président de la Commission de l’Union africaine. Il me reste encore deux ans et plus pour remplir mon mandat. Moi, je me concentre sur le travail que je fais actuellement.

M.P. : Mais d’un point de vue personnel, est-ce que le fait que vous n’ayez pas été suivi par le Conseil de paix et de sécurité, cela vous a affecté ? Personnellement, est-ce que vous vous dites : à quoi bon continuer finalement, peut-être dois-je démissionner, aller faire autre chose, parce que je ne suis pas écouté ?

M.F.M. : Pas du tout. J’aurais réagi de la même façon qu’il s’agisse du Tchad ou de tout autre État membre. Le travail du président de la Commission est de mettre en œuvre les décisions de ses organes. Ça, c’est ma responsabilité, j’ai prêté serment. Ça peut être le Tchad, ça peut être un tout autre pays. Je crois que je suis totalement… et je l’ai dit : si demain le Conseil paix et sécurité décide de ne pas suspendre le Tchad, j’appliquerai totalement les décisions de cet organe.

M.P.: Vous n’allez pas démissionner…

M.F.M. : Je n’ai pas à démissionner. Pourquoi dois-je démissionner ? J’ai été élu par l’ensemble du continent. J’ai un mandat, je fais mon travail.

L.C.: Pour parler du Mali maintenant, la France s’est retirée de ce pays. Les Européens s’en vont. Les Ivoiriens également. Est-ce que vous êtes inquiets de voir une situation dans laquelle les Forces armées maliennes, les Fama, et le groupe Wagner seraient seuls face aux jihadistes ?

M.F.M.: Les troupes dont vous parlez, notamment celles qui sont dans la Minusma, sont venues dans le cadre d’une mission des Nations unies. C’est vrai, la plupart des effectifs sont des effectifs africains. J’espère que cette mission pourra continuer, quand bien même nous, à l’Union africaine, dans le continent de façon générale, nous constatons que les missions de maintien de la paix n’ont pas montré une efficacité dans un contexte comme celui du Mali. Il s’agit de trouver la paix avant de la maintenir donc, avec la question des mandats, etc. Donc, j’espère que cette mission va continuer. Du reste, ce sont des accords entre les autorités maliennes et les pays comme la France. Naturellement, c’est aux Maliens de décider.

L.C.: Concernant l’Éthiopie, un accord parrainé par l’Union africaine vient donc d’être signé entre le gouvernement éthiopien et les rebelles du Tigré. Il prévoit le retrait de toutes les forces étrangères de la région. Or, l’armée érythréenne est toujours présente. Est-ce que le comportement de l’armée érythréenne ne va pas être essentiel à la réussite de cet accord ?

M.F.M.: Ce qui est positif, c’est que les parties se soient assises autour d’une table. C’était à la fin du mois passé en Afrique du Sud. Elles ont signé cet accord important sur la cessation des hostilités. De toutes les façons, il y a des acteurs… les parties elles-mêmes savent de quoi il s’agit. Notre souci, c’est de les accompagner puisqu’ils se sont engagés. Il faut bien que ces forces-là, à un certain moment, partent parce que c’est convenu entre les parties.

Par Marc PERELMAN & Laurent CORREAU 

Image de la UNE : Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, lors de son entretien pour RFI et France 24, le 19 novembre 2022. © RFI / France 24

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies