Guinafnews

Noël et réveillon sérieusement perturbés pour le Général Konaté

Les fêtes de fin d’année sont perturbées pour le  fameux président de la transition de 2010. Et pour cause? Le général Sékouba Konaté est accusé à la barre du procès en cours actuellement au tribunal spécial de Dixinn chargé de juger les événements de 2009 d’avoir une pris une part active dans ce que le capitaine Dadis Camara appelle « le complot » fomenté pour massacrer les manifestants au stade du 28 septembre, rendre son régime infréquentable, et le chasser du pouvoir.

L’ancien chef de l’Etat guinéen, le général Sékouba Konaté, qui a assuré l’intérim du capitaine Moussa Dadis Camara en 2010, est sous le coup d’une commission rogatoire internationale décernée par le tribunal de Dixinn dans le cadre du procès du massacre perpétré contre la population civile au stade du 28 septembre et dans les quartiers voisins de la route Leprince à Conakry en 2009.

Le procureur de la République de Dixinn, Algassimou Diallo, a transmis le 15 décembre 2022 au Procureur général près la Cour d’appel de Conakry une Commission rogatoire internationale décernée le 14 décembre 2022 contre le général Sékouba Konaté en séjour en France.

Cet acte s’inscrit en droite ligne de la procédure judiciaire engagée contre Aboubacar Diakité alias Toumba « et autres inculpés des faits d’assassinats, meurtres, viols, pillages, incendies volontaires, vols à mains armées, détentions illégales de matériels de guerre de première catégorie, coups et blessures volontaires, outrages à agents de la force publique, tortures, détentions arbitraires, non assistance à personne en danger, enlèvements, séquestrations, violences sexuelles, attentat à la pudeur et complicité».

À Ouagadougou, en janvier 2010, Capitaine Moussa Dadis Camara a été obligé par la communauté internationale, lors de la Médiation de Blaise Compaoré, à céder le pouvoir au Général Sékouba Konaté.

 

L’ancien président de la Transition de 2010 va être entendu dans le cadre du massacre perpétré à Conakry le 28 septembre 2009 par des membres des forces de défense et de sécurité.

Au moment des faits, le général Konaté assumait les fonctions de ministre de la Défense nationale. Dans la réalité du pouvoir, il était surtout le plus puissant après le capitaine Moussa Dadis Camara.

L’Affaire portant sur les 22 millions de dollars

Ses fêtes de fin d’année 2022  sont aussi perturbées par  une enquête préliminaire ouverte à son encontre pour « détournement de deniers publics et blanchiment de capitaux portant sur le montant de 22 millions de dollars américains ».

Dans le procès en cours devant le tribunal spécial de Dixinn délocalisé à la Cour d’appel de Conakry, le nom du général Sékouba Konaté a été cité par le capitaine Dadis Camara. Il est accusé d’avoir comploté notamment en envoyant des militaires tirer sur les manifestants réunis au stade du 28 septembre. Cela, dans le but de susciter un soulèvement pour renverser le régime du capitaine Moussa Dadis Camara et s’emparer du pouvoir.

Le Général Konaté pas au-dessus de la loi

Selon nos informations, «pendant l’instruction de l’affaire 28 septembre 2009, le général Konaté avait été entendu mais les juges instructeurs n’ont pas jugé bon de l’envoyer en procès comme les onze accusés dont le Capitaine Dadis qui comparaissent actuellement devant le tribunal criminel de Dixinn».

Le général Sékouba Konaté est indexé du doigt dans ce massacre avec Toumba Diakité et l’ancien président Alpha Condé.

«Au lieu que ça soit moi qui vienne demander pardon au peuple, pour le massacre du 28 septembre 2009insiste à dire le capitaine Dadis Camara, c’est Toumba et le général Sékouba qui doivent venir devant votre auguste barre».

Le capitaine Moussa Dadis Camara laisse entendre que le complot fomenté visait à rendre son régime infréquentable, le renverser par coup de force, imposer le général Sékouba Konaté et à la fin organiser une mascarade électorale pour donner la direction du pays à l’opposant historique Alpha Condé.

Les faits

Dans les faits, le Général Konaté est devenu président par intérim en 2010 à la suite de l’accord de Ouagadougou conclu avec les forces vives de la nation et le capitaine Dadis Camara.

L’homme qui a été porté à la tête de l’Etat quelques heures seulement après l’annonce de la mort du général Lansana Conté dans la nuit du 22 décembre 2008 était en situation de  convalescence dans la capitale du Burkina Faso, pays sahélo-sahélien d’Afrique de l’ouest dirigé à l’époque par le capitaine Blaise Compaoré.

L’avion qui l’a transporté dans ce pays très éloigné de la Guinée était en provenance du Maroc, le pays qui l’a accueilli et soigné sa blessure à la tête après son assassinat manqué du 3 décembre 2009 dans la caserne de Koundara à Conakry par son aide de camp le commandant Aboubacar Diakité dit Toumba.

A la barre, le capitaine Dadis Camara réitère que les élections présidentielles de 2010 ayant abouti à placer Alpha Condé à la tête de l’Etat guinéen avaient été remportées dans les urnes par l’actuel principal leader politique Cellou Dalein Diallo.

Dadis et Konaté ne s’étaient pas encore revus et ne s’étaient pas pris en photo depuis la signature des accords de sortie de crise de Ouagadougou le 15 janvier 2010 par lesquels il a cédé la direction du pays à Konaté pour organiser les élections présidentielles de 2010.

Il a fallu le coup d’Etat du 5 septembre 2021 et médiation du colonel Mamadi Doumbouya pour tenter de les réconcilier.

L’image de l’acte existe. Elle date du samedi 25 décembre 2021  dans la salle de banquet du palais Mohammed V. On y voit  le capitaine Moussa Dadis Camara en costume-cravate bleu et le général Sékouba Konaté en mini boubou-bazin se serrer la main sous les yeux de leur hôte le colonel Mamadi Doumbouya.

Par Racine Dieng

In https://www.lepopulaireguinee.com/noel-et-reveillon-serieusement-perturbes-pour-le-general-konate/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.