Contre La sansure

« Partout où il se trouve, Dalein nous mobilise… et peut-être même d’avantage à partir de l’étranger »

0

Dans une sortie, le président du parti Union guinéenne pour la démocratie et le développement (UGDD) Pépé Francis Haba, analysant l’absence du président de l’UFDG et de l’ANAD et d’autres leaders, a déclaré : « il est vrai qu’un leader comme Elhadj Cellou Dalein Diallo est difficilement remplaçable. Son absence dans le pays nous crée un peu de problèmes de mobilisation et d’organisation« .

Même s’il rapidement rectifié le tir en soulignant : « mais nous avons commencé à faire des réunions en ligne qui permettront de régler tout cela. Qu’ils soient là ou pas, ils vont tout faire pour que la démocratie puisse s’émanciper dans notre pays. Ils sont engagés à ne pas échouer, ils sont engagés à ce que notre pays sorte de l’ornière », M. Haba a été contredit par des leaders qui estiment que « partout où il se trouve, Dalein nous mobilise… et peut-être même d’avantage à partir de l’étranger. C’est vrai qu’il a duré là-bas, obligé par l’attitude des nouvelles autorités qui ne veulent pas de lui dans le paysage sociopolitique guinéen. En homme de paix, il a préféré se tenir loin, comme il l’avait fait en durant les premiers mois du 1er mandat d’Alpha Condé en 2011. Mais le CNRD a commencé par le vider de sa maison de Dixinn avant de lancer abusivement la Justice à ses trousses. L’UFDG et l’ANAD, à travers les visites de Dalein à travers le monde, notamment en Amérique du Nord, (CANADA et USA), en Europe et dans certains pays africains se renforcent« .

Au cours de cette sortie, Pépé Francis Haba a informé qu’à l’ANAD, « nous continuons nos réunions politiques, les rencontres avec nos comités de base. La stratégie pour le moment, c’est de dénoncer, d’informer les populations, de rencontrer nos partenaires et de tirer à sonnette d’alarme pour ne pas qu’un jour qu’on dise que nous aimons la violence (…) Nous n’aimons pas la violence. Nous voulons que ces gens (CNRD) comprennent que ce pays appartient à tout le monde et que les violations de droits humains ne profitent pas même au CNRD. Malheureusement ça terni leur image ».

« Nous n’avons pas peur…« 

Poursuivant, Pépé Francis Haba souligne : « Nous n’avons pas peur. Cette lutte, nous la menons depuis plusieurs dizaines d’années. La démocratie, c’est le pilier du développement socioéconomique. Maintenant, si nous avons aujourd’hui des gens au pouvoir qui ne veulent pas qu’il y ait des opinions différentes, qui voudrait une sorte de monarchie, c’est à nous de continuer à nous organiser, de nous mobiliser, de continuer à dénoncer et de trouver d’autres stratégies. Dans les semaines et mois à venir, nous allons proposer d’autres stratégies de lutte’’.

Quand la technologie le permet, Cellou Dalein Diallo intervient dans toutes les assemblées générales, partout où il se trouve.

 

De l’avis d’un analyste politique, « il est temps que la Cedeao et le G5-Guinée disent au CNRD et à son gouvernement que la chasse aux sorcières doit cesser. Les restrictions imposées illégalement aux acteurs sociaux et politiques doivent êtres supprimées. Leurs sécurités, particulièrement celles de Dalein, de Sidya doivent être assurées. Qu’ils soient poursuivis, Ok mais dans le respect de leur dignité. Ce qui est arrivé aux Kassory Fofana, Damaro Camara, respectivement ancien Premier ministre et ancien Président de l’Assemblée nationale mal élue grâce aux Magistrats et aux forces militaires et paramilitaires ne soit plus appliqué à d’autres ; que le contrôle judiciaire soit la règle tant et aussi longtemps que la culpabilité n’est pas établie ».

Le CNRD et son gouvernement ont annoncé le début du chronogramme des 24 mois. Que va-t-il maintenant se passer ?

Hamidou BAH

Collaboration B. O. MAHMOUD

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.