Guinafnews

Pas sûr que la transition guinéenne ne va débuter qu’en janvier 2023, comme l’a dit Colonel Doumbouya

Le président de la transition guinéenne a informé que le chronogramme de la transition va commencer le 1 er janvier 2023. Il n’est pas sûr que la conférence des chefs d’États de la CEDEAO, qui se tiendra en décembre prochain, sera de son avis car, elle pourrait demander au CNRD et à son gouvernement, se référant à l’acte du CNT, à la déclaration du porte-parole du gouvernement et au séjour du Président Umaro Sissoco Embaló, de ramener ce délai à 21 mois, voire même moins (19 mois).

Parce que le CNRD est au pouvoir déjà depuis plus de 13 mois et a posé des actes, notamment l’installation du Conseil national de la transition, dont il a choisi l’essentiel des membres et dirigeants et mis en place un gouvernement. C’est dire que Colonel Doumbouya, ses camarades du CNRD et leurs conseillers sociopolitiques, qui pèsent nettement moins que d’autres sur le paysage politique guinéen, devraient se rappeler que les membres du CNT avaient adopté le mercredi 11 mai 2022, un chronogramme de 36 mois pour réaliser une transition réussie. Et que donc, depuis cette date, ils ont entamé le déroulé de ce chronogramme de 36 mois pour réaliser les 10 points inscrits au programme, et repris dans le chronogramme de 24 mois acceptés par la CEDEAO.

À ce propos d’ailleurs, Ousmane Gaoual Diallo, Ministre Porte-parole du gouvernement de transition, quelques jours après l’acte du CNT, avait indiqué que « la transition, c’est depuis le 5 septembre, le retour à l’ordre constitutionnel est à adosser à ce calendrier de 36 mois. Il faut dix étapes clés pour sortir de la transition. Ce sont ces deux processus qui sont en cours en ce moment (…) La première étape, c’est la mise en place du fichier électoral. Pour cela, il y a des acteurs qu’on invite au tour de la table, il y a un mécanisme qui sera déroulé et les différentes étapes du processus qui aboutiront à la mise en place des listes électorales… » (*).

Pour la date du début de la transition guinéenne, les Chefs d’États de la CEDEAO devraient normalement considérer que le 11 mai 2022, ou alors le 20 juillet 2022, date de l’arrivée du séjour du Président en exercice de l’organisation, Umaro Sissoco Embaló, accompagné du Président de la Commission, Omar Aliou Touray, venus présenter le médiateur Thomas Yayi Boni, au cours duquel les 24 mois ont été acceptés par la partie guinéenne. C’est dire que si la transition guinéenne n’a pas commencé le 11 mai 2022, les Chefs d’États ouest-africains devraient convenir qu’elle a commencé le 20 juillet dernier.

Il reste au quatuor (ANAD, CORED, FNDC-Politique et RPG AEC) à démontrer aux chefs d’États de la CEDEAO la faisabilité du chronogramme en 19 mois, si la date du débat est le 11 mai 2022 ou de 21 mois, si le top départ dudit chronogramme part du 20 juillet 2022. Dans l’un ou l’autre cas, ce serait l’adaptation du chronogramme de 24 mois recommandés par la CEDEAO, comme l’a fait la junte Burkinabè du Capitaine Ibrahim Traoré, en s’engageant à réaliser un programme de 21 mois devant se terminer au plus tard en juillet 2024.

Colonel Mamadi Doumbouya, ses conseillers et autres collaborateurs devraient pouvoir le comprendre et l’accepter car, non seulement  ils seront restés aux commandes du pays, plus de deux années et demi, au cours desquelles ils devraient doter le pays d’institutions républicaines inviolables, base d’un système démocratique fort ; quitte à annuler certains des points non essentiels à l’organisation d’élections inclusives et transparentes, comme par exemple le recensement général de la population et de l’Habitat.

Les autorités guinéennes doivent s’employer, en tenant compte des propositions de toutes les forces vives, à trouver les voies et moyens permettant de mettre en place des institutions judiciaires crédibles et indépendantes, des forces militaires et paramilitaires républicaines au service du peuple et non du pouvoir, une Constitution favorisant la décentralisation et l’inclusion des guinéens de toutes les origines aux centres de décisions et de gestion du pays.

 

Ibrahima Sory BALDÉ

(*) https://ledjely.com/2022/05/19/la-transition-debutera-quand-on-commencera-a-derouler-les-etapes-revele-ousmane-gaoual-diallo/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.