Guinafnews

Plainte contre des responsables du FNDC par des membres de la junte militaire : la énième incohérence des putschistes

On apprend que Mamadi Doumbouya, Sadiba Koulibaly, Amara Camara, Aboubacar Sidiki Camara,  Balla Samoura et Alphonse Charles Wright ont porté plainte contre les camarades Oumar Sylla et Ibrahima Diallo suite à la dénonciation et la plainte devant la justice française des victimes de la répression sanglante des manifestations pour le retour à l’ordre constitutionnel.

Cette plainte des putschistes prouve que le dossier pour lequel les deux responsables du FNDC sont en prison depuis des mois est totalement vide et que même le juge le plus inféodé aux militaires ne pourrait les condamner.

Il faut donc inventer de toutes pièces un autre dossier en espérant faire taire sinon définitivement au moins pour longtemps le coordinateur national et le chargé des opérations du FNDC.

La junte militaire est véritablement embarrassée et déboussolée. Cet embarras se traduit par l’incohérence de ses démarches.

En effet, cette même junte, à travers son ministre de la Justice, le très agité Alphonse Charles Wright,  a fait ouvrir des enquêtes contre l’ancien président Alpha Condé et plusieurs responsables de son régime, pour crimes de sang et sur la base de dénonciations du FNDC.

Pourquoi, les putschistes ne veulent pas que la justice soit saisie pour le même type d’actes commis pendant qu’ils sont eux-mêmes au pouvoir ? L’ouverture d’enquêtes contre des responsables du régime de Alpha Condé n’était donc qu’une mesure populiste, démagogique et relevant de manœuvres politiques visant à écarter des acteurs politiques.

La justice guinéenne ne cessera jamais d’être un instrument politique pour éliminer ou intimider des opposants dans l’objectif de l’assassinat de la démocratie. Si Alphonse Charles Wright était un ministre engagé dans la lutte contre l’impunité et pour la défense des droits des citoyens, il allait se saisir des cas de morts par balles enregistrés depuis le 5 septembre jusqu’à la date d’aujourd’hui.

La ‘’justice’’ de Mamadi Doumbouya n’a rien à faire des guinéens tués lors du putsch sanglant du 5 septembre 2021 et des manifestations pour le retour à l’ordre constitutionnel.

Mais les putschistes oublient que rien ne pourra empêcher la réalisation des aspirations des citoyens guinéens à la liberté, à la démocratie et à l’Etat de droit.

D’autres actions judiciaires sont en cours contre le légionnaire Mamadi Doumbouya et sa nébuleuse CNRD.

Sékou Koundouno
Responsable des stratégies et planification du FNDC
Membre du réseau Afrikki Network

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.