Guinafnews

Cellou Dalein était à l’US institut for peace à Washington et les délégués de l’ANAD harcelés à Macenta

Toujours en mission aux États-Unis, avec certains de ses collaborateurs, le Président de l’UFDG a été reçu hier jeudi 23 juin l’US institut for peace à Washington où ils conféré avec Dr. Joseph Sany Vice-Président VTTt du Centre Afrique de l’US Institute of Peace entouré de ses collaborateurs.

Ses hôtes les ont informé qu’ils suivent de près l’évolution de la situation politique en Guinée. Ils les ont rassuré de l’engagement de l’Institut des USA pour la Paix à œuvrer pour le retour à l’ordre constitutionnel en Guinée à travers l’organisation dans un délai raisonnable d’élections inclusives, libres et transparentes.

Sur son compte son compte Facebook, Cellou Dalein Diallo rapporte qu’il a eu « des entretiens, ce jeudi 23 juin à Washington, avec Dr. Joseph Sany, Vice-Président du Centre Afrique de l’US Institute of Peace entouré de ses collaborateurs Johnnie Carson, Conseiller principal et Oge Onubogu, Directrice du programme Afrique de l’Ouest.

J’ai attiré l’attention de mes interlocuteurs sur les risques qu’une transition longue et non inclusive ferait peser sur la paix et la stabilité de la Guinée et de la sous-région ouest-africaine.

Nos interlocuteurs qui disent suivre de près l’évolution de la situation politique en Guinée ont rassuré la délégation de l’UFDG sur l’engagement de l’Institut des USA pour la Paix à œuvrer pour le retour à l’ordre constitutionnel en Guinée à travers l’organisation dans un délai raisonnable d’élections inclusives, libres et transparentes ».

Étape de Macenta

Diabaty Doré

En mission de remobilisation, des dirigeants de l’ANAD, l’alliance politique de Cellou Dalein Diallo, a informé que lui et les autres membres de la délégation ont rencontré des difficultés à Macenta où, selon le Fédéral UFDG, « le Préfet a interdit toute réunion même privée dans les familles par rapport à la manifestation du FNDC« .

Arrivés à Macenta, Diabaty Doré, Président du Rassemblement Pour la République (RPR) et ses camarades sont allés à la Préfecture dans le but de rencontrer le Préfet. Il explique que « malheureusement, il ne nous a pas reçus. Sa Secrétaire est partie l’informer avec nos ordres de mission et nous ramène chez ses deux secrétaires généraux (…) Nous avons échangé avec M. Ifono et un certain Cissoko, qui nous ont dit que l’instruction vient de là haut, interdisant toutes les réunions. J’ai dit que nous ne sommes pas venus pour une manifestation. A ce que nous sachions,  aujourd’hui, le communiqué du CNRD, il s’agit de l’interdiction des manifestations sur la place publique. Mais dire qu’on va se retrouver à notre siège ou quelque part dans une cour loin de nos militants, c’est pas interdit. Mais ils ont dit non, que tout est interdit”.

Le climat sociopolitique est en train de se dégrader par la faute des acteurs sociaux et politiques proches du CNRD qui mènent leurs activités, mais pas ceux du groupe des forces vives qui s’opposent aux 36 mois de transition.

 

Khady THIAM et B. O. MAHMOUD

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.