Guinafnews

« … J’ai pris le frère Dalein et on a continué. Je l’ai conduit à la clinique Ambroise Paré ». (Colonel Tiégboro)

Après le rejet par le tribunal des exceptions soulevées par la défense, les débats ont été ouverts dans le procès relatif au massacre du 28 septembreLe secrétaire d’Etat à la présidence chargé de la lutte contre la drogue d’alors, colonel Moussa Tiégboro Camara, est le premier à se présenter à la barre. 

Moussa Tiegboro Camara dit être arrivé au stade du 28 septembre et rappelle avoir tenté de négocier avec les personnes regroupées sur place.

‘’Ces gens partaient au stade. J’ai dit à ma femme qu’il faut que j’aille à leur rencontre pour les sensibiliser. Quand je suis arrivé devant le stade du 28 septembre, il y avait une foule. Dès que je suis descendu de ma voiture, la foule a commencé à applaudir. J’ai profité de cet enthousiasme pour passer mon message. Ceux qui étaient devant comprenaient, mais ceux qui étaient derrière ne pouvaient pas comprendre à cause du bruit. Directement, on m’a dit que les leaders sont vers l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Je suis directement allé à leur rencontre. J’ai échangé avec M. Jean Marie Doré. Je lui ai dit que le CNDD a passé des communiqués pour demander un report de cette manifestation. J’ai également parlé à M. Sidya Touré. Je lui ai dit que des manifestants ont détruit beaucoup de biens en allant au stade. Il m’a dit qu’on peut tout casser et qu’on va reconstruire après. Je lui ai dit que si on continue de casser comme ça, ce n’est pas bon pour notre pays’’, relate-t-il.

‘’Après, je me suis retourné. C’est quelques temps après qu’on m’a dit que les leaders sont au stade et ça commence à dégénérer. J’ai ainsi voulu aller au stade en tant que militaire pour sauver la vie de mes concitoyens. Une fois à la porte du stade, on m’a dit que je ne peux pas accéder. Ils m’ont empêché d’y accéder parce qu’il y avait des hommes de Toumba là-bas. Il faut souligner que je ne parlais pas avec Toumba à cause d’un antécédent entre nous. Depuis que des militaires étaient allés vandalisés le domicile d’Elhadj Cellou Dalein Diallo, j’ai ouvert une enquête et arrêté 9 bérets rouges qui étaient des hommes de Toumba. A cause de cela, je n’étais pas d’accord avec lui. Et cela m’a coûté de la quinine. Mais j’ai forcé pour accéder au stade. Dès ma rentrée, j’ai croisé Elhadj Cellou Dalein Diallo à la rentrée. Je l’ai accroché à mes bras. Il avait des égratignures sur la tête, mais il s’en n’était pas rendu compte sur le champ’’, explique Moussa Tiegboro Camara.

Avant de poursuivre : ‘’Quand j’ai croisé le frère Cellou Dalein à l’entrée, il avait du sang sur la tête. Je l’ai pris à la main et on a tenté de sortir et c’est là que j’ai aperçu des agents en train de tabasser Jean Marie Doré. J’ai dit au frère Dalein de m’attendre. J’ai couru vers eux pour dire : ‘tu ne sais pas que c’est un leader’. Un jeune m’a braqué son arme. Je me retourne et j’aperçois le frère Dalein en accrochage avec un autre élément, j’ai tenté de le faire libérer. Cet élément m’a donné un coup au dos (…)’’.

‘’Je n’ai pas pu savoir de quels corps étaient ils étaient, ils ne portaient pas de bérets. C’est ainsi j’ai pris le frère Dalein et on a continué. Je l’ai conduit à la clinique Ambroise Paré. Arrivés sur les lieux, des bérets rouges nous ont entourés pour dire que nous ne pouvons pas continuer, je me suis dis qu’on ne pouvait pas forcer la situation, on est allés ensuite au camp Samory. Je me demandais où étaient les autres leaders, on m’a dit qu’on les amène ailleurs’’, ajoute-t-il.

L’ancien secrétaire d’Etat à la présidence dit avoir été meurtri ‘’d’apprendre que mes hommes ont tiré sur des citoyens en ma présence et que je ne me suis pas opposé. Voilà des déclarations qui méritaient un débat contradictoire devant le pool des juges d’instruction. J’ose croire avoir joué le rôle d’un soldat. Ce que j’ai vu dans l’ordonnance de renvoi est une source de démotivation (…)’’.

Au moment où nous mettons cette dépêche en ligne, le colonel Moussa Tiegboro Camara fait face aux questions du parquet.

Abdoulaye Bella DIALLO

VisionGuinee.Info

In. https://www.visionguinee.info/massacre-du-28-septembre-le-colonel-tiegboro-camara-raconte-comment-il-a-sauve-la-vie-de-dalein/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.