Guinafnews

Charles Wright ordonne d’identifier le gendarme filmé avec une arme et d’engager des poursuites. Et après… ?

Pour le Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, «cette démarche permettra sans doute de diligenter les enquêtes judiciaires pour la manifestation de la vérité en vue de traduire les auteurs, coauteurs et complices devant les instances judiciaires compétentes (…) En attendant les résultats de cette autopsie, le département de la Justice et des droits de l’homme condamne de manière formelle ces atteintes à la vie qui deviennent de plus en plus récurrentes lors des manifestations violentes où chaque entité politique, sociale ou administrative se rejette la responsabilité ».

Pour Charles Alphonse Wright, « c’est pour toutes ces raisons et pour une question de cohérence de cette politique pénale, injonction est faite au Procureur Général près la Cour d’Appel de Conakry, d’engager ou de faire engager des poursuites judiciaires, ou de saisir les juridictions compétentes pour des faits présumés d’atteinte à la vie de Thierno Bella Diallo, El Hadj Boubacar Diallo et Thierno Moussa Barry survenus dans la commune de Ratoma ».

Le gouvernement guinéen préfère opposer ses militaires et paramilitaires aux forces vives qui réclament un dialogue inclusif sincère.

 

De l’avis d’un leader des forces vives, « même si Charles Wright fait faire ces enquêtes, il va faire quoi après ? Depuis qu’il est Ministre de la Justice, il y a combien de tués, combien de blessés, combien de détenus, sans compter les nombreuses destructions de bien, les prises d’otages pour des rançons à payer par les familles, il va faire qui après ? Charles Wright qui dit mener des actions visant à porter atteinte à la paix, à l’autorité de l’Etat, à la sécurité publique et toutes celles visant la destruction des édifices publics ou privés, les violences sous toutes ses formes d’où qu’elles viennent, la désinformation sur les réseaux sociaux de nature à ternir l’image du gouvernement en particulier et celle des autorités de la transition de manière générale, est-il un homme de pais, un démocrate ? Si oui, pourquoi au lieu de s’opposer aux manifestations pacifiques par la force, le gouvernement ne devrait-il les autoriser et les encadrer ? ».

Mais pour un analyste politique, « il faut que le quatuor change de méthodes et que le FNDC continue ses pressions diplomatiques. Les manifestations ne font pas bouger les lignes. Les forces militaires et paramilitaires de Guinée sont formées pour défendre le régime en place et non la République. On croyait que le coup d’État contre le régime d’Alpha Condé était pour libérer le pays de sa dictature. Mais Doumbouya et ses camarades, conseillés par des leaders de mouvements sociopolitiques marginaux, ont déçu. C’est pourquoi les gens parlent de gouvernement Alpha Condé sans Alpha Condé. On va voir ce que la CEDEAO va décider. Le peuple n’a pas peur des sanctions. C’est le CNRD, le gouvernement et le CNT qui ont cette peur ».

Mamadou Alpha BAH 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.