Guinafnews

Pour Me Mohamed Traoré : ‘’il est possible de retrouver tous ceux qui ôtent la vie à des citoyens pendant les manifestations’’

Pour l’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée, membre du conseil national de la transition « on entend souvent dire que les organisateurs de manifestations doivent revoir leur stratégie ou la changer en l’adaptant aux différentes situations. Cette observation n’est pas dénuée de pertinence. Mais il est tout aussi pertinent de dire qu’il doit y avoir de nouvelles méthodes de maintien d’ordre’’.

Me Traoré estime que « les actuelles autorités de la transition n’ont pas tiré les leçons du massacre du 28 septembre 2009 (…) Ce procès du 28 septembre n’a apparemment aucun effet sur certains et ne leur donne aucune leçon. Sinon, on n’aurait pas entendu parler encore d’usage d’armes létales, de tirs à balles réelles dans les opérations de maintien ou de rétablissement de l’ordre. Peut-être qu’en prenant en considération l’identité et ce qu’était la position des accusés dans ce procès en 2009, ceux qui opèrent sur le terrain pensent qu’ils ne seront jamais inquiétés. Puisqu’on ne voit quasiment que des hauts responsables de l’époque’’.

Ce gendarme est-il difficile à identifier ? Les balles sorties de son pistolet font-elles parties de celles qui ont tué trois personnes ? (images africaguinee)

Poursuivant, il indique : « ils s’imaginent qu’au pire des cas, ce sont leurs chefs hiérarchiques qui répondront comme c’est le cas aujourd’hui par rapport aux événements du 28 septembre 2009. Ces derniers pourraient répondre à leur tour qu’ils n’ont jamais donné des ordres à qui que ce soit pour tuer ou blesser des manifestants (…) Chacun pourrait espérer s’en tirer à bon compte en profitant de ce qu’il considère comme l’impossibilité d’identifier ceux qui utilisent des armes à feu dans le maintien ou le rétablissement de l’ordre ou les donneurs d’ordre. Mais ce qu’ils oublient, c’est qu’avec des enquêtes et une instruction sérieuse, il est parfaitement possible de rechercher et de retrouver tous ceux qui ôtent la vie à des citoyens ou les blessent pendant les manifestations’’.

 

Le Ministre de la Justice, Alphonse Charles Wright, qui a ordonné « d’engager ou de faire engager des poursuites judiciaires, ou de saisir les juridictions compétentes pour des faits présumés d’atteinte à la vie de Thierno Bella Diallo, El Hadj Boubacar Diallo et Thierno Moussa Barry survenus dans la commune de Ratoma », dispose d’éléments qui permettent de savoir qui étaient armés et possiblement les tueurs de guinéens. Le problème, c’est qu’il faut se demander quelles seront les sanctions et qui seront sanctionnés. Il ne suffit de sanctionner le tireur, il faudrait que ses supérieurs le soient aussi. En procédant ainsi, les choses pourraient commencer à changer ».

 

Hamidou BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.