Guinafnews

Colonel Doumbouya recycle Zeinab Touré pour diriger les opérations électorales

Après le retour aux affaires du Procureur Sidy Souleymane N’Diaye, nommé à la Cour suprême, après avoir publiquement avoué qu’il recevait des directives de la Présidence (Alpha Condé) pour gérer ses dossiers, Colonel Mamadi Doumbouya, vient de recycler la controversée Zeinab Touré, ancienne Directrice du département fichier de la « défunte » CENI, organisation dont la gestion financière a été plus catastrophique que celle de ses opérations électorales.

Dans un décret du Président de la transition, Mme Touré a été nommée au poste de Directrice Nationale des Affaires politiques et administration électorale.

Pour un cadre de l’ANAD, alliance politique dirigée par Cellou Dalein Diallo, « cette nomination est une nouvelle illustration de la détermination du CNRD de confisquer le pouvoir par tous les moyens. Ce qui est sûr, c’est que cette fois-ci les choses ne vont pas se passer comme en 2020. Ces militaires avaient donné le pouvoir à M. Alpha Condé alors que ce dernier était battu. Maintenant c’est eux qui sont aux devants de la scène. Et la communauté internationale a les moyens d’imposer ses solutions car, contrairement au Mali ou une frange de la population soutient le pouvoir militaire, ici en Guinée, ce n’est pas le cas. La quasi totalité de la population tient à des élections inclusives et transparentes« .

Reformes constitutionnelles pour favoriser un meilleur partage du pouvoir

De l’avis d’un commentateur, « il faut mettre à jour la Constitution de 2010 dont certains des rédacteurs, comme M. Thiam Mohamed Aly, Magistrat ou l’ancien Bâtonnier Me Mohamed Traoré, sont au CNT. Il faudrait notamment tout faire pour que les ressortissants d’une seule région, comme c’est le cas depuis Alpha Condé et un peu sous Dadis Camara, n’ait pas tous les postes importants, civils et militaires. Il faut que les ressortissants de toutes les préfectures et des régions administratives soient impliqués. Il faut des réformes constitutionnelles pour favoriser un meilleur partage du pouvoir« .

Poursuivant, il recommande que « la nomination des membres de la CÉNI se fasse démocratiquement. Chaque District choisi ses membres locaux et ceux de leurs préfectures. Ceux-ci vont choisir ceux de leur commission régionale qui, à leur tour vont choisir les membres de la Commission nationale. Chaque région aura deux membres. La commission devrait être présidée par un Magistrat, assisté de deux avocats. Ainsi, elle ne sera pas politique cette commission dont les membres devraient être issus de la société civile et non désignés par les partis politiques« .

Reste à savoir si Colonel Doumbouya et le CNRD sont pour des élections transparentes, inclusives et surtout pacifiques. Car, depuis bientôt un an, aucune véritable action n’a été engagée dans le sens du retour à l’ordre constitutionnel.

 

Mamadou Alpha BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.