Guinafnews
Votre pub ici 728

La corruption n’est-elle pas l’un des principaux freins au développement de la Guinée ?

0

La corruption dans les administrations publiques, est en accélération dans tous les pays africains et considérée comme l’un des principaux obstacles au développement de notre pays. Bien que la corruption soit définie de différentes manières comme: “l’utilisation de l’autorité par des agents publics pour obtenir des avantages matériels et immatériels en violation des règles juridiques’’.

Il y a deux (2) catégories de corruption: la corruption impliquant une compensation financière et la corruption impliquant la solidarité. Autrement dit, la corruption, l’extorsion, le détournement de fonds et l’extorsion de fonds peuvent être donnés comme exemples de corruption impliquant des coûts matériels, tandis que le fait de favoriser des proches et des personnes influentes peut être donné comme exemple de corruption impliquant la solidarité.

Ensuite, un autre problème dans notre administration publique est ‘’le favoritisme’’. C’est-à-dire l’octroi de privilèges à certaines personnes sur la base de certaines loyautés politiques. Le favoritisme des proches et le favoritisme politique. Le fait que des facteurs tels que les connaissances, les amis, les parents, les amis, les compatriotes ou l’affinité politique jouent un rôle primordial dans l’accès aux services publics plutôt que le mérite.

La corruption, un virus pour la Guinée

Hier et aujourd’hui, l’un des problèmes criards dans notre pays est sans aucun doute la corruption. Pour sauver la Guinée contre ce virus, l’on doit passer à la vitesse supérieure. Car tous les combats menés par le passé contre cette pratique n’ont jamais porté fruit. Elle ne se trouve pas uniquement au niveau du gouvernement, elle pollue aussi la vie politique.

Les partis politiques dans notre pays achètent des voix (un poison contre la démocratie) à travers les campagnes. Une fois à la présidence, ils continuent la même pratique afin de maintenir leur pouvoir. Il est impossible de dire qu’aucun gouvernement en Guinée n’a été corrompu à un moment donné. Si la corruption est collée en majeure partie sur la peau des pouvoirs publics, mais il est important de souligner que les citoyens guinéens eux-mêmes sont des acteurs principaux dans cette pratique. Parce qu’ils versent des pots-de-vin pour des services publics (le recrutement des fonctionnaires à la fonction publique, l’obtention des documents administratifs, les examens nationaux etc…). Et, rien n’est axé sur les compétences mais plutôt sur les pots de vin. Il n’y a jamais eu un corrupteur sans corrompu!

Comment y remédier ?

La corruption étant un cancer pour notre pays, il faut dès maintenant trouver un moyen efficace pour lutter contre ce fléau. Le combat contre la corruption n’est pas une lutte facile car tant d’intérêts égoïstes sont en danger mais jamais impossible; nous pouvons gagner le pari. A l’arrivée du Comité National pour le Rassemblement et le Développement (CNRD), les guinéens conscients ont compris combien de fois ce pays était pris en otage par une poignée de personnes.

La fameuse CRIEF; Cour de répression des infractions économiques et financières créée en décembre 2021, est devenue une arme forte pour lutter contre la corruption en Guinée (des soupçons de milliards, biens illicites …) et le travail continu pour traquer les voleurs de la République. Ni été cette junte militaire au pouvoir, il serait très difficile ou impossible pour un gouvernement civil de mener ce sentier de lutte contre les détournements de fonds (corruptions) dans nos institutions publiques. Je ne me limiterai pas seulement à dénoncer et il serait nécessaire de proposer ou suggérer des tas de solutions afin d’appuyer les efforts de tous les acteurs impliqués dans la lutte contre la corruption en Guinée:

  1. Le gouvernement doit être un bon exemple pour lutter contre la corruption;
  2. Mettre en place des structures ou institutions indépendantes d’anti corruption équipées financièrement et matériellement;
  3. Un canal de communication permettant à chaque citoyen guinéen où qu’il soit de dénoncer les actes de corruption et que ses plaintes soient prises en compte afin de mener des enquêtes sérieuses et protéger les citoyens guinéens exposés aux actes de corruption;
  4. Une éducation à la base sur le danger de la corruption;
  5. La mise en place de l’administration électronique ou E-administration dans la fourniture des services publics;
  6. Le vote d’une loi sévère contre la corruption (sanctionner sévèrement petite ou grande corruption);
  7. Revoir les conditions de vie des administrateurs (salaire, prime, mesure d’accompagnement etc…);
  8. Respect des principes de la bonne gouvernance;
  9. La gestion axée sur les résultats;
  10. D’autres non cités.

Il peut y avoir d’autres points à rajouter pour lutter contre la corruption en République de Guinée. Je préfère m’arrêter à ce niveau, car il ne s’agit pas seulement de les énumérer mais l’applicabilité dans la continuité est l’option la plus difficile et compliquée. Ensemble nous pouvons sauver la Guinée de cette situation déplorable: la corruption est un virus dangereux STOP!

Ibrahima CHERIF
Doctorant en Sciences Politiques et Administration Publique
Université Necmettin Erbakan- Turquie
E-mail: ibrahimacherif88@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies