Guinafnews

La manifestation du FNDC a globalement réussi, Conakry paralysée

Sékou Koundouno avait annoncé que si la manifestation du FNDC ne mobilisait pas le million et demi de personnes, lui et ses camarades aviseraient. Ce 17 août 2022, au moins le million et demi de personnes ont participé à donner à la capitale guinéenne l’image d’une ville morte. Même sur le tronçon de l’autoroute jusqu’au kilomètre 36 l’on a senti le succès de cette manifestation car, la circulation est fluide contrairement aux journées normales.

Toute la zone du Grand Conakry est militarisée depuis plus de trois (3) semaines, en prévision des manifestations annoncées par le FNDC pour que la junte s’engage dans le processus du retour à l’ordre constitutionnel.

Colonel Doumbouya et ses camarades ont fait quadriller la région par des centaines de militaires et paramilitaires lourdement armés, notamment le long de l’Axe Hamdallaye – Kagbelen, reconnue pour être le théâtre d’affrontements mais, « en réalité, selon un observateur, c’est une zone très favorable à l’UFDG, le parti majoritaire et depuis le général Conté, les descentes des forces de répression du gouvernement sont nombreuses, brutales, meurtrières, marquées par des viols et des assassinats. On va attendre la nuit pour voir leur comportent vu qu’il n’y a pas eu d’affrontements dans la rue, s’ils ne vont pas aller chez les gens comme ils en ont l’habitude« .

Pas d’embouteillages

Certains commentateurs qui ont estimé que la manifestation n’a pas été une réussite, font remarquer en même temps qu’il n’y a « pas eu d’embouteillages. Ce n’est pas comme les jours ordinaires. Il y a la tension. Mais espérons que la CEDEAO va pouvoir nous aider à sortir de cette situation difficile. En tout cas, il est préférable de dialoguer que ces déploiements de militaires et paramilitaires pour mater les populations qui veulent le retour à l’ordre constitutionnel« .

Pour Dr Edouard Zotomou Kpoghomou, président de l’Union démocratique pour le renouveau et le progrès (UDRP), « la CEDEAO ne fera pas ce que les Guinéens doivent faire pour eux-mêmes. La solution à cette crise est très simple. Le CNRD n’a qu’à comprendre qu’une décision unilatérale ne peut pas prospérer dans le cadre d’une transition. La Guinée n’est pas un lopin de terre dont le titre foncier appartient à quelqu’un. (…) Le CNRD doit ouvrir un cadre de dialogue. Cela n’est pas de la mer à boire. Il faut que les gens se parlent, il faut qu’on s’écoute pour que ça marche. S’il n’y a pas de dialogue, il ne peut y avoir de transition apaisée. Le dialogue est nécessaire dans ce pays. Sinon on sera dans une période tumultueuse ou d’incertitude. Cela ne sera pas bénéfique pour le pays. Le CNRD doit savoir que la Guinée nous appartient tous et que personne ne peut faire quitter l’autre ici ».

Le Médiateur Thomas Yayi Boni est attendu à Conakry dimanche. Qui va-t-il rencontrer à part le CNRD, son gouvernement et ses forces vives dirigées par Dansa Kourouma avec dans les coulisses Lansana Kouyaté, Faya Millimono, Siaka Barry, bah Oury…

 

Mamadou Alpha BAH 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.