Guinafnews
Votre pub ici 728

L’Alliance pour l’Alternance Démocratique pose ses conditions pour sa participation au Cadre du dialogue

0

En compagnie des facilitatrices, le PM Bernard Gomou vient de rencontrer les dirigeants de l’Alliance pour l’Alternance Démocratique (2AD). Fodé Bangoura, président du PUP, Koureissy Condé, président de ARENA et Jean Marc Telliano, président du RDIG les ont reçus au siège du PUP, ancienne formation principale du mouvement présidentiel sous le règne du général Lansana Conté.

Depuis le début de leur tournée auprès des coalitions politiques, c’est la première fois que la délégation du premier ministre guinéen rencontre un groupe qui pose des conditions pour prendre part au cadre de dialogue. Signe qu’il n’y a pas que le quatuor qui trouve des choses à rectifier dans la conduite de la transition en Guinée.

Suite à la rencontre, Jean Marc Telliano, porte-parole de cette coalition, a indiqué : « nous avons proposé qu’ils respectent l’article 77 de la charte de la transition ». Pour cette coalition, il faudrait que la composition de la facilitation soit élargie pour « que la classe politique aussi ait trois (3) facilitatrices ou facilitateurs pour travailler ensemble. Il faudrait que le dialogue soit sincère et inclusif ».

La Coalition 2A informe qu’elle ne participera pas au dialogue si le quatuor n’y prend pas part. Elle assure qu’elle pourrait les faire participer et demande au PM Gomou et aux facilitatrices de garantir qu’il n’y aura pas de chasse aux sorcières. 

 

Il a informé : « nous avons également dit au premier ministre si nos pairs ne sont pas au tour de la table, nous ne participerons pas au dialogue. Les recevoir ne veut pas dire que nous sommes d’accord. Il faudrait qu’il prenne nos préoccupations en compte », et a souligné que :  « nous pouvons être même des messagers pour aller vers nos pairs, mais il faudrait que nous ayons la garantie qu’il n’y aura pas de chasse au sorcière ».

Garantie de la CEDEAO

Pour un cadre de l’ANAD, « la Coalition 2 AD envoie un message fort au CNRD et au gouvernement pour que des changements soient faits dans la conduite de cette transition. Il est facile d’observer que pour le moment, les nouvelles autorités ne collaborent qu’avec ceux qui veulent les accompagner. Or, il faut travailler avec ceux qui sont en mesure de favoriser le succès de la transition. Mais pour que les Dalein et Sidya viennent ici, ce n’est pas la garantie du gouvernement qu’il faut, mais celle de la CEDEAO, de la communauté internationale. Cellou et Sidya n’ont pas peur de la Justice qui peut juger selon les lois et non selon les directives. La CRIEF est devenue un instrument politique aux mains du pouvoir. Regardez comment ils maltraitent les Kassory, Dr. Diané… Si Cellou était là, c’est au moins le même sort  qui lui aurait été réservé ».

De l’avis d’un commentateur, « cette prise de position de la Coalition 2AD pourrait faire avancer les choses dans le bon sens car, le gouvernement et le CNRD vont se rendre compte qu’il est nécessaire d’écouter les revendications des uns et des autres ; que ce n’est pas seulement le quatuor qui a des exigences. En tout cas, en prenant une telle position, cette coalition va gagner auprès des populations, contrairement aux Kouyaté, Faya, Bah Oury, les Siaka et Abdoulaye Sylla… »

Brehim Ould MAHMOUD 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies