Guinafnews

L’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa-Wanindara-Sonfonia Cimenterie de nouveau victime de la violence d’État

Le plaisir de l’amour promis le 05 septembre 2021 par le Colonel DOUMBOUYA n’aura été que très courte durée pour les populations de Ratoma particulièrement ceux de l’axe de la démocratie.
La haine et la violence dont ces populations ont toujours été victime ont repris de belle. Pour avoir refusé de se soumettre aux diktats d’une junte féroce et manipulatrice, les populations de l’axe sont soumises à une violence sans précédente.
Mercredi, 27 juillet 2022, veille de la manifestation appelée par le FNDC et, soutenue par les partis et coalitions de partis politiques, des équipes mixtes de gendarmes, policiers et militaires font irruption nuitamment dans plusieurs quartiers de l’axe notamment à Hamdallaye, Koloma, Cosa, Wanindara, Cobaya et Sonfonia. Plusieurs personnes sont arrêtées et conduits au camp Alpha Yaya DIALLO où elles sont battues et torturées au point que certains se sont finalement retrouvé à l’hôpital.

Scène de répressions militaires et paramilitaires le 29 juillet 2022.

Jeudi, 28 juillet 2022 alors même qu’il n’y avait aucun regroupement encore, des forces de sécurités se sont mis à jeter du gaz lacrymogène à Koloma marché empêchant les femmes de faire librement des achats.
Cette situation a occasionné la résistance des jeunes qui se sont sentis dans l’obligation de défendre leurs mères et sœurs impuissantes devant cette violence dont elles ne comprenaient pas.
Face à la résistance des jeunes qui n’avaient que de simples cailloux, les forces de sécurités répondaient par des tirs à balles réelles, pénétrant dans les quartiers, agressant, injuriant des citoyens, renversant des marmites et vandalisant des boutiques. C’est dans cette circonstance que le vieux Mody Abdoulaye BARRY cuisinier à Hamdallaye 2, parti faire des provisions a reçu la balle qui emportera sa vie.
Vendredi, 29 juillet 2022, nous avions passé une nuit cauchemardesque, les tirs à balles réelles retentissaient partout dans nos quartiers. C’était comme si nous étions dans un pays en guerre. La journée de ce vendredi fut aussi violente que celle de la veille. Dans cette violence d’État qui s’est abattu sur les paisibles populations de Ratoma, Nassouroulaye quartier habituellement paisible a payé les frais de la haine des FDS contre des populations qu’elles sont censées protéger. Dans ce quartier situé à la limite entre Ratoma et Matoto, des civiles couverts et protégés par des FDS se sont livrés à des scènes de vandalisme de boutiques, de kioskes, de maisons, volant ce qu’ils peuvent emporter et pillant le reste.
Le bilan de cette journée fut lourd, les balles assassines des forces de défense et de sécurité ont arraché la vie de Mamadou Lamarana DIALLO à Koloma 2, de Mamadou Bella BARRY à Kakimbo, de Amadou CAMARA à Dar es Salam 1.
Samedi, 30 Juillet 2022 pendant que la famille d’Amadou SOW arrêté dans son quartier la veille de la manifestation du 27 juillet pleurait la mort de leur fils qui a succombé aux tortures que lui ont infligé les militaires qui l’avait arrêté, une colonne des FDS pénétrait dans les quartiers de Bantounka (Cosa), Démoudoula, et Kaporo Rails. Les populations terrorisées et terrées dans leur maison écoutaient impuissantes les injures à caractères ethniques proférées par les FDS à leur égard. Ce jour encore, les FDS ont pillé gargotes et kiosques et ont arrêté plusieurs jeunes innocents dont certains, les plus chanceux ont été libéré après que leurs familles ont payé de l’argent à leur ravisseur.
Mercredi, 17 août 2022, ce fut un jour de manifestation que nous ne sommes pas prêt à oublier. En effet, le FNDC avait appelé à une manifestation générale dans tout le pays. La militarisation de l’axe était au maximum ce jour encore. Partout des équipes mixtes de militaires de la BATA, de l’armée de l’air, de Gendarmes et policiers armés jusqu’aux dents et prêtes à tirer pour tuer, étaient présentes.
La situation était calme jusqu’au moment où passe sur l’axe le cortège présidentiel dans lequel se trouvaient plusieurs véhicules à bord desquels il y avait des militaires armés et qui parfois dégainaient leurs armes en direction de civils désarmés. Était-il venu savourer une victoire ou peut-être montrer ses muscles à sa population ? En tout cas c’est seulement à ce moment que les tirs à balles réelles ont commencé ce jour. Et cette violence a malheureusement pris les vies des jeunes Ibrahima BALDE et Alpha Oumar BARRY qui ont reçu les balles assassines des FDS.
Voilà le travail professionnel vanté par le ministre de la sécurité. Quoi de plus normal lorsque des assassins professionnels font leur boulot ? Pourquoi toute cette violence sur l’axe ? Et pourtant ça manifeste ailleurs, pourquoi c’est seulement sur l’axe les armes crépitent facilement ?
Est-ce parce qu’exiger démocratie et justice est devenu un crime ? Est-ce parce que nous refusons d’être manipuler pour tronquer nos convictions contre de l’argent ou des décrets ?
Pourtant en temps normal sur l’axe, nous cohabitons pacifiquement en plus des PA qui sont partout avec :

Les populations de « l’Axe » ont subi les répressions des militaires et paramilitaires particulièrement le 29 juillet, le 17 août 2022.

– Quatre CMIS ;
– Quatre Commissariats Centraux de Police ;
– Deux Commissariats Urbains ;
– Deux postes de Police ;
– Une BRB ;
– Neuf brigades de Gendarmerie ;
– Cinq unités de BAC ;

La répression et la violence ne commence que lorsque la brigade de la mort recrutée et formée pour commettre des assassinats ciblés les membres d’une communauté descend sur le terrain. Ratoma en général et l’axe en particulier est une zone très cosmopolite, où cohabitent pacifiquement toutes les composantes communautaires du pays. Et alors pourquoi c’est seulement une communauté qui est ciblée par les commandos de la mort ?

« Bhe yeethi kemboujè sosso bhen » (ils ont pris les charbons des soussous, en langue Pular) »

À titre illustratif, à Nassouroulaye, alors que des civils couverts et protégés par les FDS vandalisaient et pillaient tous sur leur passage tombent sur un commerce de charbon de bois. Soudain, un des hommes en tenue entendit dans le vacarme une voix qui s’écrier « bhe yeethi kemboujè sosso bhen », « Ils ont pris les charbons des soussous », il donna aussitôt l’ordre de laisser intact le charbon et même de le sécuriser alors qu’au même moment, au même endroit, les mêmes civils tentaient de mettre le feu dans la maison de citoyens.
Mais croyez-moi que vous perdez votre temps, car notre conviction et notre détermination sont inébranlables. Vous pouvez tuer le combattant mais vous ne tuerez jamais le combat. Et sachez que nous ne reculerons devant aucune force, nous n’avons peur d’aucune armée.
Nos convictions pour la justice, pour le droit et la démocratie dans notre beau pays sont des valeurs pour lesquelles nous sommes déterminés à nous battre jusqu’au bout.
Naturellement, ces valeurs, le Président Cellou Dalein les incarnent, c’est pourquoi avec lui et auprès de lui nous nous battrons jusqu’au dernier parmi nous.

 

Cellou Kansala DIALLO

Secrétaire Fédéral de Ratoma 1

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.